Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos Blog Grignews
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos

 

L'asbl Les Grignoux

 

Entreprise culturelle d’économie sociale, notre asbl, créée il y a plus de 40 ans, gère aujourd'hui 13 salles de cinéma sur trois sites liégeois et un site namurois : 
 
 Le Parc
 Churchill  
 
Sauvenière  
 Caméo (Namur)

Elle propose également au public 3 espaces horeca : le café le Parc, la brasserie Sauvenière et le Caféo.

Nos cinémas valorisent les meilleurs films récents en version originale sous-titrée (avant-premières avec réalisateurs et équipes du film, soirées spéciales, conférences-débats avec le monde associatif, etc.) Les Grignoux développent un vaste programme de matinées scolaires sur l'ensemble de la Fédération Wallonie-Bruxelles : « Ecran large sur Tableau noir ».  Ils organisent également une cinquantaine de concerts par an et accueillent trois galeries d'art en leurs murs. Enfin, grâce au Parc distribution, Les Grignoux distribuent plus d'une dizaine de films par an sur tout le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les objectifs généraux du travail de l’asbl sont d'offrir une alternative à la culture dominante et de permettre au public le plus large possible de découvrir des films de qualité dans des conditions optimales (d’accessibilité financière, d’accueil, de projection, d’information, etc.) Occupant plus de 150 travailleurs, l’association fonctionne en autogestion et accueille environ deux mille personnes par jour, toutes activités confondues.

 


Pour parcourir l'histoire de l'asbl les Grignoux, consultez le journal des 40 ans paru en 2016 (cliquez sur le bandeau)

 

 Le nom "Grignoux" 

Une histoire qui remonte au 17e siècle et qui oppose le parti populaire les Grignoux, «les grognons, les grincheux », farouchement indépendants et défenseurs des libertés liégeoises, aux Chiroux, le parti au pouvoir de l’époque. Le choix du nom n’a donc rien d’anodin. Le centre culturel associatif les Grignoux, géré par les travailleurs eux-mêmes, s’engagera dès sa création dans l’éducation permanente, privilégiera la coopération avec les mouvements associatifs et fonctionnera sur le mode autogestionnaire.

 

Sites & fonctionnement ... 

L'asbl "les Grignoux" est la seule entité juridique chargée de la gestion des différents cinémas et annexes. Comme toute asbl, elle n’a pas de but lucratif et les bénéfices éventuellement générés par ses activités sont réinvestis au fur et à mesure dans ses projets et développements : c’est ainsi que les Grignoux, dont l’activité cinématographique a pris naissance en 1982 au cinéma le Parc à Droixhe, a pu, avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles, investir de façon importante d’abord dans la rénovation en 1993 du cinéma Churchill (alors à l’abandon), puis dans la construction et l’aménagement en 2008 du cinéma Sauvenière, dont le projet, né en 2000, a été soutenu par la Ville de Liège, la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Région Wallonne et la Communauté Européenne, via les fonds FEDER - Objectif 2 : Meuse-Vesdre. Le projet de réhabilitation du Caméo à Namur, quant à lui, a abouti en 2016 grâce au soutien de la Ville de Namur mais aussi des spectateurs des Grignoux qui ont largement répondu à l'appel à obligations lancé par l'asbl. 

Les Grignoux ont un fonctionnement original puisque les principaux organes de décision, l’Assemblée générale et le Conseil d’Administration, sont à plus de 90 % composés, sur base volontaire, de travailleurs de l’association ou bien sont élus par leurs pairs. Ceci constitue une exception remarquable dans le monde culturel et représente une garantie de participation des travailleurs à la vie de l’association. Ainsi les Grignoux ont une vocation autogestionnaire, qui se traduit également par l’existence en son sein de multiples structures favorisant la prise de décision démocratique des travailleurs.   

© Grignoux : prix du Public pour les Générations Futures en 2013       


Mérite Wallon en 2014  

Les salaires des travailleurs des Grignoux, qui, avant l’existence de barèmes au sein des commissions paritaires dont ils dépendent, étaient fixés selon un barème propre à l’asbl, sont à présent alignés sur ceux de la CP 329.02 (secteur culturel en CFBW) ou de la 302 (secteur Horeca) pour les travailleurs du café le Parc et de la brasserie Sauvenière. Cela signifie concrètement qu’aucun travailleur de quelque niveau que ce soit ne reçoit de salaire « exceptionnel » (style « top manager »), de « prime » ni autres « bonus » liés aux performances de l’entreprise.

Les Grignoux entendent ainsi répondre aux critères de l’économie sociale (finalité de service à la collectivité, autonomie de gestion, processus de décision démocratique et primauté des personnes et du travail sur le capital) et ont reçu le prix de l’Économie sociale qui récompense ce type d’entreprises.


les Grignoux sont membres du réseau SAW-B,  Solidarité des Alternatives Wallonnes et Bruxelloises

 

Les objectifs des Grignoux

Depuis le début, les Grignoux veulent défendre les cinémas « minoritaires » et notamment les films d’art et essai par une politique de diffusion qui repose sur quelques axes essentiels.

 

1. La défense des cinémas « minoritaires »

L’objectif des Grignoux est de diffuser des films qui ne trouvent pas toute leur place dans les circuits de l’exploitation cinématographique commerciale parce que leur rentabilité est inférieure à celle de productions plus importantes. Parmi les types de films présentés dans les salles des Grignoux, on relève notamment :

• des films recommandés « art et essai » par le CNC et l’AFCAE français (le Centre National de la Cinématographie et l’Association Française des Cinémas d’Art & Essai sont officiellement mandatés pour effectuer ce classement en France ; il n’existe pas d’organismes similaires en Belgique) ;
• des films des différentes cinématographies européennes qui subissent la domination écrasante du cinéma américain ;
• des films américains de qualité présentés en version originale sous-titrée ;
• des films des « trois continents » (Asie, Afrique, Amérique du Sud) qui sont sous-représentés sur le marché européen ;
• des productions belges auxquelles les Grignoux souhaitent donner une meilleure exposition ;
• des genres ou des réalisations en général peu présents dans les salles et qui sont rassemblés lors d’événements exceptionnels dans divers festivals que nous décentralisons (Anima, festival du dessin animé ; Genres d’à côté, Festival du gay, lesbien et transgenre; etc.)
• des films « classiques », moments importants de l’histoire du septième art (présentés généralement en collaboration avec la Cinémathèque Royale de Belgique) ;
• des films documents ou des documentaires donnant des éclairages originaux sur le monde ;
• des films hors-normes que ce soit par leur forme, leur projet ou leurs conditions de réalisation…

La politique des Grignoux consiste à présenter un éventail diversifié de films et à ne pas se limiter à un genre ou à un type de films. Cette diversité correspond à celle des publics visés mais aussi des objectifs poursuivis par l’association (notamment en termes d’éducation permanente, expliqués ci-dessous). Cette politique implique cependant un certain nombre de choix dans une production cinématographique parfois extrêmement abondante et multiple. À l’inverse, certains films ne peuvent pas être montrés parce qu’ils ne sont pas ou plus distribués en Belgique (c’est le cas notamment de beaucoup de films qui ont plus de cinq ans d’âge).

 

 2. La grille horaire

Contrairement à ce qui se fait dans l’exploitation cinématographique traditionnelle, les films sont présentés dans les salles des Grignoux selon un horaire variable. Cela permet, avec treize salles, d’exposer un beaucoup plus grand nombre de films, tout en prolongeant leur durée d’exploitation. Cette grille horaire, qui est élaborée plusieurs semaines à l’avance (cinq ou six habituellement, dix aux mois de juillet et d’août) tient compte, autant que faire se peut, du type de films et de leur succès probable : les résultats chiffrés montrent que les plus « petits » films (en termes de fréquentation) ont proportionnellement un plus grand nombre de séances que les films au succès plus important, ce qui correspond à notre volonté de favoriser la découverte des films moins connus.

 

3. La communication

La contrainte que représente l’agenda rend indispensable l’information du public. C’est le rôle du journal des Grignoux (anciennement L’Inédit) ainsi que du site Web et l'application mobile. Outre la grille de programmation, le journal a pour but d’informer les spectateurs sur les différents films et les différentes manifestations proposées par les Grignoux. C’est un outil indispensable notamment pour soutenir les films les moins connus, au même titre que nos newsletters qui sont envoyées hebdomadairement pour annoncer nos événements et nos concours (inscrivez-vous !). le tout est également relayé sur les réseaux sociaux.

FacebookInstagramTwitter Flickr

 

 

 

4. Le cinéma, un outil culturel d’éducation permanente

L’asbl les Grignoux entend défendre le cinéma d’art et essai en l’inscrivant plus largement dans un projet de politique culturelle visant à favoriser une participation citoyenne : à travers les films que nous diffusons, à travers les multiples activités que nous proposons — concerts, débats, rencontres, expositions, publications en libre accès, ...  —, nous voulons donner à nos différents publics l'occasion d'aborder d'autres gens, d'autres cultures, d'autres univers, tout en menant une réflexion sur les réalités qu'ils découvrent. 

Dans cette perspective, les Grignoux travaillent également régulièrement en collaboration avec le monde associatif pour organiser rencontres, débats, manifestations diverses autour des thématiques abordées par différents films.

Le rôle du café le Parc, de la brasserie Sauvenière et du Caféo est notamment de favoriser de telles rencontres entre public, associations diverses et professionnels du cinéma.

 

 
© Grignoux : Avant-première du film "Demain" avec plus de 100 partenaires, proposée par le Parc Distribution et nos amis de longue date, Cinéart

 

5. L’élargissement du public

Depuis leurs débuts, les Grignoux n’ont cessé de développer leur offre cinématographique en direction du public : débutant avec des séances le vendredi soir au cinéma le Parc, la programmation s’est rapidement étoffée en s’étendant à tous les jours de la semaine, pendant les douze mois de l’année ; bientôt à l’étroit au Parc, elle a pu profiter des deux salles du Churchill (en février 1993) auxquelles s’ajoutera une petite troisième quelques mois plus tard (en décembre 1995) ; enfin, l’arrivée du nouveau cinéma Sauvenière en mai 2008 avec ses quatre salles multipliera pratiquement par deux l’offre proposée par les Grignoux. Et c'est en 2016 que les 5 salles du Caméo namurois sont venues renforcer les Grignoux.

Ce développement s’inscrit dans un objectif d’éducation permanente et non pas dans une stratégie commerciale d’augmentation de la clientèle. Il s’agit pour l’asbl les Grignoux d’amener un public élargi à découvrir des films ou des œuvres que l’exploitation commerciale habituelle tend à marginaliser et de ne pas s’adresser uniquement à un public « cible », nécessairement restreint, aussi estimable, cinéphile et motivé soit-il. Cet élargissement n’est cependant possible que si l’on propose un éventail de productions mêlant des films connus, dont le succès semble déjà assuré, à d’autres moins connus, plus difficiles, plus « pointus »… 

Seul un tel équilibre entre des productions différentes permet de créer une véritable dynamique en faveur de la découverte chez un nouveau public. Bandes-annonces, journal, site web, « applis » et « newsletter » concourent également à mieux faire connaître la diversité des productions cinématographiques tout en créant des événements (rencontres, débats, manifestations diverses…) autour des films les moins connus ou les plus difficiles.

 

 
© Grignoux : jeune public au Caméo 


La gestion de l’association

Pour favoriser un large accès au cinéma, les Grignoux pratiquent une politique de bas prix en tenant compte cependant des intérêts légitimes des ayant-droits (et en premier lieu des cinéastes). Un système de cartes de membre ou d’abonnement permet par ailleurs de favoriser les spectateurs les plus assidus.

Dans une perspective culturelle, les Grignoux ont par ailleurs choisi de ne pas passer de publicités commerciales dans leurs salles de cinéma.

Pour remplir ses différentes missions, l’asbl les Grignoux reçoit différentes subventions, en particulier de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Région Wallonne, de l’Europe (Programme Media, via Europa Cinemas), de la Ville de Liège et de la Ville de Namur. Ces missions relèvent entre autres des secteurs de l’audiovisuel, de la diffusion cinématographique, de l’éducation permanente et de l’enseignement. Actuellement, les bâtiments qui abritent les cinémas le Parc, Churchill et Sauvenière appartiennent à la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le Caméo, quant à lui, appartient à la Ville de Namur. Leur gestion est confiée aux Grignoux.

La plus grande partie des rentrées de l’asbl est cependant constituée par les recettes propres des cinémas et des activités annexes (concerts, Horeca, etc.). Les Grignoux ont réussi en outre à dégager une capacité d’investissement suffisante pour assurer l’entretien et le renouvellement de leurs infrastructures, au Parc d’abord (rénové en 1986, en 1994 et en 2005), au Churchill ensuite (reconstruit en 1993 et rénové en 2003), au Sauvenière (dont la construction s’est étalée de mars 2006 à mai 2008) et au Caméo en 2016, notamment grâce à l'apport des spectateurs via un appel à obligations.

Les Grignoux sont soumis à la législation sur les grandes asbl, ce qui implique notamment que les bilans et comptes annuels sont contrôlés par un réviseur d’entreprises qui, comme commissaire, certifie leur exactitude.

 

© Grignoux : Une partie des travailleurs à l'inauguration du Caméo

 

© Crédits photos : Les Grignoux

Julien Forthomme
Dominique Houcmant⎟Goldo

Alain Janssens
Thierry Lechanteur
Hélène Legrand

Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos Blog Grignews
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos