Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux et consacré au dessin animé
Gloups! je suis un poisson
de Stefan Fjeldmark et Michael Hegner
Danemark, 2001, 1h20

Le dossier pédagogique consacré à Gloups! je suis un poisson s'adresse essentiellement aux enseignants de la fin du maternel et du début du primaire. Il propose plusieurs pistes pour mener des discussions autour du film avec de jeunes enfants afin d'améliorer leur compréhension du film mais aussi pour leur permettre d'exprimer les émotions qu'ils auront ressenties lors de la projection.

L'esthétique cinématographique

Il n'est évidemment pas question de procéder à une analyse du «langage cinématographique» ou des techniques du dessin animé dans Gloups! je suis un poisson. Il est néanmoins tout à fait possible d'attirer l'attention des jeunes spectateurs sur certains traits stylistiques comme le gigantisme des décors sous-marins où évoluent Joe et son armée de crabes et de poissons (gigantisme qu'on retrouve dans d'autres films comme Titanic ou Blade Runner).

Mais il est sans doute intéressant de réfléchir, ne serait-ce qu'un instant, sur la manière dont est traité le thème principal du film, à savoir la mer et la vie sous-marine. Beaucoup d'enfants ont sans doute une expérience directe de la mer; presque tous ont vu des images sous-marines tirées de documentaires (comme ceux du célèbre commandant Cousteau) ou d'autres films de fiction. On peut alors leur demander de comparer ces images à celles de Gloups! je suis un poisson et d'essayer de caractériser de ce point de vue le dessin animé de Stephan Fjeldmark et Michael Hegner. Pour les aider dans cette réflexion, on peut leur soumettre une liste d'adjectifs en leur demandant quels sont les termes qui conviennent à leur avis à Gloups!... Les plus grands qui commencent à lire pourront utiliser une copie de la liste ci-dessous et cocher les cases correspondant aux termes qui leur paraissent les plus pertinents.

Sans doute, certains termes sont inconnus ou mal connus des jeunes spectateurs et devront faire l'objet d'une explication. Par ailleurs, si l'on utilise le questionnaire écrit, l'on n'oubliera pas non plus d'expliquer aux élèves comment utiliser les cases à cocher.

Gloups! Je suis un poisson

Voici une liste de mots. À ton avis, quels sont les mots qui conviennent à la mer dans Gloups! Je suis un poisson ?

  • lumineuse
  • floue
  • transparente
  • sombre
  • effrayante
  • magnifique
  • bruyante
  • hostile
  • claire
  • froide
  • nette
  • grise
  • merveilleuse
  • mouvante (qui bouge tout le temps)
  • horrible
  • foisonnante (remplie de beaucoup de plantes et d'animaux)
  • vivante
  • immense
  • trouble
  • silencieuse
  • chaude
  • colorée
  • accueillante
  • sale
  • opaque (on ne voit pas bien à travers, comme à travers une vitre sale)

Commentaires

Tous les spectateurs adultes auront sans doute remarqué l'idéalisation de la vie sous-marine dans Gloups! je suis un poisson: la mer est décrite comme un milieu accueillant (si l'on excepte le vilain Joe), magnifique et coloré. De manière plus précise, on peut remarquer que les décors ont fait l'objet d'une grande attention et d'un grand soin avec une multitude de détails et des dominantes colorées bleue, verte, émeraude selon les cas (jaune orangé pour beaucoup de séquences hors de la mer avec le professeur Crevette)... Ces décors sont cependant faiblement animés sinon pas du tout - les algues et autres plantes aquatiques ne bougent pas -, le mouvement principal étant celui des poissons ou des bancs de poissons souvent extrêmement nombreux et dessinés manifestement par ordinateur. Les animaux marins ont d'ailleurs été retenus en fonction de leur beauté, de leurs couleurs vives et de leur aspect chatoyant ou lumineux: dans les faits, la mer apparaît évidemment souvent beaucoup plus grise, plus terne et moins spectaculaire.

On soulignera également la luminosité de l'image de Gloups!..., qui rend sans doute peu compte de l'obscurité rapide des fonds sous-marins (au-delà d'une dizaine de mètres, l'eau de mer arrête rapidement les rayons lumineux), la transparence de l'atmosphère qui apparaît pratiquement «aérienne» (alors que la mer est souvent trouble et dans de nombreux cas pratiquement opaque au-delà de quelques mètres à cause des matières en suspension), ainsi que l'aspect uniformément éclairé des paysages marins (les contrastes de lumière sont en réalité beaucoup plus importants). Enfin, on peut également remarquer quelques impossibilités manifestes comme l'utilisation d'un lasso sous l'eau, le comportement des bulles d'air semblables à des bulles de savon sinon à des ballons, ou la propagation des sons qui est évidemment très différente sous l'eau ou dans l'air (on n'entend aucune transformation des voix des personnages - ce qu'on peut admettre pour que la vie sous-marine ne devienne pas inaudible - mais les autres sons sous-marins ne sont pas plus réalistes).

Même si les enfants ne sont sans doute pas capables d'une analyse aussi fine, l'enseignant pourra certainement attirer leur attention sur l'un ou l'autre aspect très voyant de l'esthétique idéalisée de ce dessin animé.

Pour terminer, signalons qu'il existe un site Internet du film qui présente notamment plusieurs étapes de la réalisation du dessin animé. Même si cette approche reste sommaire, elle peut faire percevoir aux enfants le travail notamment graphique qui est à la base d'un dessin animé comme Gloups! Je suis un poisson.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier