Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos Blog Grignews
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page Acheter ce dossier

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par Les Grignoux et consacré au dessin animé
Loulou, l'incroyable secret
de Grégoire Solotareff, réalisé par Eric Omond
France, 2013, 1 h 20

Ce dossier pédagogique consacré au dessin animé Loulou, l'incroyable secret s'adresse notamment aux ensiegnants du début du primaire qui souhaitent aborder ce film avec un public d'enfants à partir de cinq ans environ. Il propose plusieurs animations qui portent sur différents aspects du film et qui pourront être mises en œuvre en classe rapidement après la projection. L'animation reprise partiellement ci-dessous porte plus particulièrement sur les émotions suscitées par le film.

Quelle émotion!

Loulou, l'incroyable secret ne vise pas ‹ tous les adultes en sont bien conscients ‹ à nous renseigner sur la vie des loups (ni des lapins !) : c'est un dessin animé dont le but est de nous distraire, de nous amuser, de nous procurer un plaisir plus ou moins important. C'est d'ailleurs en fonction essentiellement de ce plaisir que nous jugerons de la réussite du film : nous apprécierons le film s'il est parvenu à nous distraire et à nous amuser, et nous le jugerons raté s'il nous ennuie et nous fait bâiller d'ennui !

On remarquera que l'histoire racontée est elle aussi au service de ce plaisir des spectateurs : le dessin animé nous raconte une histoire de loups et de lapins, et il est sans doute nécessaire de comprendre cette histoire pour l'apprécier (des enfants trop jeunes risquent effectivement de ne pas comprendre nombre de sous-entendus dans le film), mais cette compréhension n'est pas l'objectif de notre vision du film. Après la projection, nous pouvons avoir oublié la plus grande partie de cette histoire et nous souvenir néanmoins du plaisir que nous avons ressenti comme spectateur.

C'est pour cela que faire un résumé du film, une activité souvent proposée dans le cadre scolaire, n'est pas nécessairement pertinente : il s'agit en effet d'un exercice souvent ardu, sans grand bénéfice, et qui surtout ne correspond pas à l'objectif même du film qui est d'abord et avant tout de susciter un plaisir de spectateur. Cela ne signifie pas qu'il ne faut jamais faire de résumé ‹ l'exercice peut être profitable au niveau de l'expression orale ‹, mais il ne doit pas devenir une fin en soi, ni conduire à négliger d'autres aspects essentiels du film.

L'objectif de l'animation proposée à présent est précisément d'amener les jeunes enfants à s'exprimer sur leur plaisir de spectateurs ‹ ou leur absence de plaisir ‹. Il s'agira de comprendre quels éléments du film plaisent ou déplaisent plus précisément, de comparer les différentes opinions à ce propos, d'apprendre enfin à maîtriser certaines émotions plus déplaisantes comme la peur ou l'effroi : un dessin animé comme Loulou, l'incroyable secret joue en effet à certains moments sur des émotions déplaisantes, et, même comme adultes, nous pouvons être effrayés à l'instar de Tom le lapin menacé par une bande de vilains carnassiers ! Le dessin animé et en général les contes pour enfants nous plongent dans un univers de fiction où nous pouvons rire de nos peurs et tirer en définitive un évident plaisir d'émotions qui, dans la vie courante, seraient perçues comme déplaisantes.

Ces réflexions théoriques ne sont évidemment pas destinées aux enfants à qui l'on proposera des exercices d'expression autour des émotions ressenties : dire qu'on a eu peur ou un peu peur permet certainement de mieux maîtriser sa peur. Et partager avec d'autres le plaisir qu'on a ressenti à la vision d'un dessin animé permet sans aucun doute de prolonger ce plaisir.

En pratique

La peur

La peur joue un rôle important dans Loulou, l'incroyable secret puisque Tom le lapin accompagne son ami Loulou à la principauté de Wolfenberg où se retrouvent de nombreux loups et autres carnassiers, prêts à le manger : comment ne pas partager ses craintes !

Demandons ainsi aux jeunes spectateurs s'ils se souviennent de moments où ils ont eu peur ou, s'ils refusent d'admettre avoir ressenti un tel sentiment[1], des scènes les plus impressionnantes. Si les souvenirs ne sont pas assez vifs, l'on pourra rappeler notamment les scènes suivantes (citées dans l'ordre du film) :

  • Loulou se retrouve dans une roulotte avec une espèce de diseuse de bonne aventure, Cornelia.
  • À Wolfenberg, Loulou et Tom sont hébergés par Madame Galantine dont le défunt mari a sa tête empaillée accrochée au mur ! Tom n'est pas rassuré.
  • Le lendemain matin, Tom et Loulou se rendent dans un restaurant, le Croc-Monsieur où chante Scarlett mais où plusieurs convives ouvrent également des gueules menaçantes comme s'ils allaient manger le lapinŠ
  • La nuit, Loulou et Tom rejoignent Scarlett pour visiter une galerie remplie d'étranges et inquiétants portraits : les deux compères sont finalement arrêtés par des agents secrets, des espèces de fouines.
  • Tom et Loulou s'évadent de prison grâce aux rebelles, mais, après un passage par un tunnel, ils se retrouvent nez à nez avec des invités menaçants au Festival de Carne.
  • Tom est jeté au-devant d'un labyrinthe de verdure et sert d'appât à une chasse au lapin menée par sept lévriers féroces !
  • Le prince Lou-Andrea invite Loulou à jouer à un jeu dans ses appartements remplis de têtes d'animaux empaillés ou de squelettes : Loulou a peur dans l'obscurité puis est pris de panique quand Lou-Andrea surgit derrière lui, la gueule ouverteŠ
  • Lors d'un banquet donné par le prince Lou-Andrea, les invités s'empiffrent de morceaux de viande saignante puis avalent des poussins vivants.
  • La nuit, Loulou se retrouve dans une église mystérieuse avec des loups masqués ‹ l'un d'entre eux porte une espèce de tête de squelette d'animal ‹ qui parlent un langage étrange : cette confrérie exige que Loulou griffe, morde et déchiquette ce qu'il y a dans un sac, quoi qu'il y ait dedans. Loulou obéit, mais c'est Tom qui se trouve dans le sac ! Loulou se réveille : c'était un cauchemarŠ
  • Le lendemain, tous les invités du Festival de Carne, assis sur de gros ours, partent à la chasse dans la forêtŠ Les petits animaux s'enfuient.
  • Le prince Lou-Andrea tend un piège à Loulou et aux rebelles. Il les menace de mort.

On pourrait également utiliser une série d'images du film qui rappellent des moments plus ou moins effrayants de l'intrigue. Le recours à ces images devrait permettre de mener une réflexion un peu plus approfondie sur les émotions ressenties par les uns et les autres. On pourrait ainsi demander aux enfants :

  • Laquelle de ces images vous paraît la plus effrayante ?
  • Vous souvenez-vous d'avoir eu peur quand vous avez vu cette image au cinéma ?
  • Qu'est-ce qui fait finalement que vous n'avez plus eu peur en voyant cette scène ?
  • Finalement est-ce que toute la scène était effrayante ou seulement un petit moment ?
  • Quelques-unes des images pourront ainsi faire l'objet d'une réflexion et d'un petit débat entre les participants.

Quelques images du film

On trouvera dans le dossier imprimé des images de plus grande taille.

01.jpg

A1

02.jpg

A2

03.jpg

A3

04.jpg

A4

05.jpg

A5

06.jpg

A6

07.jpg

A7

08.jpg

A8

09.jpg

A9

10.jpg

A10

11.jpg

A11

 

La première image par exemple n'est sans doute pas très effrayante mais un peu inquiétante parce que la scène se déroule dans le noir et que Cornelia semble un personnage étrange. Mais la séquence se termine de façon positive puisqu'elle annonce que Loulou a une maman. Il y a également un petit échange comique où Loulou se moque un peu de Cornelia qui le traite gentiment de «galopin».

La troisième image est plus effrayante puisqu'au restaurant Croc-Monsieur, une espèce de grosse tigresse semble vouloir manger Tom le lapin. L'image est d'ailleurs vue au niveau de Tom, et le spectateur se situe comme lui en dessous des tables comme s'il était très petit. Néanmoins, il ne se passe rien : les personnages sont menaçants, mais ils ne touchent heureusement pas à Tom. Un peu plus tard d'ailleurs, Tom s'attable avec Loulou près de la scène, et un loup (en habits militaires) au-dessus d'eux commence à mâchouiller distraitement les grandes oreilles de Tom ! La scène devient alors comique, surtout que Loulou prend la défense de son ami.

Dans les images suivantes (4, 5, 6), on passe de la menace à la mise en dangerŠ surtout pour Tom. Le lapin se retrouve en effet encerclé par les policiers furets; puis les invités du Festival de Carne s'approchent en cercle autour de lui pour le manger, et ensuite il est poursuivi par des lévriers dans le labyrinthe de verdure. Cependant, si l'on peut être effrayé à l'instar de Tom, c'est chaque fois un bref moment : Tom et Loulou sont simplement jetés en prison; Paul-Loup, le lieutenant de la garde, puis Scarlett s'interposent entre les invités du Festival de Carne et Tom le lapin; enfin, la course-poursuite dans le labyrinthe commence de façon dramatique mais Tom est le plus malin et il parvient à se débarrasser de tous ses poursuivants. Il s'en sort triomphant, un large sourire aux lèvres, au grand dam des spectateurs qui ont parié sur la victoire de l'un ou l'autre chien.

La septième image est le moment culminant d'une séquence assez effrayante : Lou-Andrea surprend Loulou dans le noir par derrière comme s'il allait le mordre et le dévorer. Plus que la peur d'ailleurs, c'est l'effet de surprise qui saisit LoulouŠ et le spectateur. Mais au final, Lou-Andrea ne fait que se moquer du gentil Loulou : «Instinct zéro ! Courage zéro !Š Tu n'as rien d'un loup de Wolfenberg !». Encore une fois, on a eu peur si l'on s'identifie un peu à Loulou, mais il ne se passe finalement rien de grave.

Les dernières séquences illustrées par les images 8, 9, 10 traduisent sans doute un crescendo dans l'émotion : ces séquences sont de plus en plus impressionnantes et font de plus en plus peur ! Lors du banquet, les carnassiers s'empiffrent de manière sauvage et avalent même des petits poussins vivants; la nuit, Loulou fait un cauchemar sinistre[2] où il en vient à manger Tom le lapin; et enfin, la partie de chasse montre des carnassiers patibulaires dans une ambiance sombre et effrayante[3].

Mais, si toutes ces séquences sont effrayantes, elles ne se terminent cependant pas de manière dramatique (sauf pour les poussins !) : Loulou quitte le banquet sans vraiment y participer; il se réveille de son cauchemar, et, enfin, les vilains carnassiers tombent dans les pièges tendus par les rebelles.

La discussion proposée ne doit pas nécessairement prendre la forme qui précède. Ce qui importe, c'est de souligner le caractère plus ou moins effrayant des images et des séquences où elles prennent place, mais aussi et surtout de montrer que ces moments sont généralement brefs et contrebalancés par l'issue positive des événements : Tom et Loulou sortent indemnes de toutes ces situations menaçantes ! La peur éventuellement ressentie cède la place au soulagement, notamment à la fin du film où le prince Lou-Andrea qui croyait triompher des rebelles est finalement vaincu par les plantes carnivores et les grattouilles de ScarlettŠ

Le rire

Si l'on a accordé beaucoup de place à la peur ‹ notamment parce que Tom le lapin en est la principale victime ‹, il ne faudrait évidemment pas en conclure que Loulou, l'incroyable secret est un film d'horreur ! Que du contraire ! On invitera donc à présent les jeunes spectateurs à aborder d'autres aspects du film, d'autres émotions que le dessin animé a pu susciter et qui sont certainement positives : une grande place en particulier est faite au rire. [Š]


1. Très tôt, l'on apprend aux enfants à ne pas avoir peur ‹ ne pas avoir peur du noir, ne pas avoir peur des cauchemars, ne pas avoir peur des autresŠ ‹, et, pour beaucoup d'entre eux, grandir signifie dès lors que l'on n'a pas (ou plus) peur. On nuancera donc cette idée, et l'enseignant pourra par exemple remarquer qu'il a eu peur à certains moments même s'il ne s'est pas enfui de la salle de cinémaŠ

2. Loulou, l'incroyable secret pratique très fréquemment le second degré, et cette scène de cauchemar assez énigmatique rappellera certainement à beaucoup de spectateurs adultes un film comme Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick (1999) qui n'était manifestement pas destiné à un public d'enfantsŠ

3. Comme pour la scène précédente, il y a ici une allusion très claire aux films de zombies ou de morts-vivants qui s'avancent de façon mécanique et hallucinée vers leurs victimes. Il se peut que certains enfants repèrent l'allusion, mais, si ce n'est pas le cas, il n'est sans doute pas nécessaire de donner d'explication à ce propos.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier