Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos Blog Grignews
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page

Une analyse proposée par les Grignoux
et consacrée au film
Le Petit Chat curieux (Komaneko)
de Goda Tsuneo
Japon, 2009, 1 h 00


L'analyse proposée ici s'adresse aux parents, grands-parents et animateurs qui verront le film Le Petit Chat curieux (Komaneko) avec un large public d'enfants et qui souhaitent entamer un dialogue et une réflexion sur ce film avec eux. L'approche proposée vise à préparer au mieux les jeunes spectateurs aux rencontres qu'ils seront naturellement amenés à faire quand ils font leurs premiers pas dans la vie. L'objectif général est ainsi de désamorcer leurs craintes face à l'inconnu, d'adoucir la rupture que représente nécessairement le passage du cocon familial au monde extérieur en abordant avec eux, au travers des expériences vécues par Koma, le petit héros du film, les questions de l'éloignement et de la découverte de l'autre.

Le film

Voici un film d'animation (composé de cinq courts métrages) particulièrement original puisqu'il s'adresse aux tout petits (entre trois et cinq ans) avec l'ambition de leur expliquer comment on réalise un film ! Chacun de ces courts métrages met en effet en scène un ourson sympathique qui s'amuse avec un jouet extraordinaire: une caméra! Elle va lui permettre notamment de réaliser un film d'animation avec deux poupées, de filmer la nature autour de lui et de vivre mille petites aventures comiques ou fantastiques: dans un des épisodes, il va même rencontrer une créature fantastique, le yeti! Tout cela ne l'empêche pas par ailleurs de se faire des amis et des amies autour de lui.

Abordant tour à tour le cinéma d’animation — les étapes de fabrication d’un film, l’animation en 3D — et le monde de l’enfance à travers les occupations du petit héros des histoires et les relations qu’il développe avec les personnages rencontrés, Komaneko le petit chat curieux propose aux tout petits (entre trois et six ans) un univers foisonnant de créativité, d’imagination et de candeur particulièrement bien adapté à leur âge. Il réussit en effet l'exploit d'expliquer un processus aussi compliqué que la réalisation d'un film et de proposer aux tout petits un spectacle plaisant et accessible.

Il s'agit donc, pour les parents (ou les grands-parents) et des animateurs, d'un film idéal pour mener avec des enfants une discussion et une première réflexion autour du cinéma.

On s'attachera plus particulièrement ici à un autre thème du film, à savoir l'importance des relations d'amitié au moment de l'enfance (mais aussi plus tard...). Le monde de la petite enfance est ainsi abordé à travers les occupations de Koma, le petit héros des histoires, et les relations qu'il développe avec les personnages rencontrés - Radi-Bo (dans la troisième histoire) et le «monstre» qu'il aperçoit à l'orée d'un bois dans le dernier court métrage intitulé De vrais amis -, des personnages qu'il finit par apprivoiser et dont il va intensément rechercher la compagnie après une période d'hésitation et de crainte plus ou moins longue.

Dans une perspective d'éducation permanente, nous nous attacherons par conséquent plus particulièrement aux deux histoires qui mettent en scène la découverte de l'autre, les appréhensions qui entourent cette découverte ainsi que les liens d'amitié qui finissent par se tisser entre les personnages.

De vrais amis

Après avoir visionné le programme en groupe ou en famille, nous conseillons aux adultes de recueillir d'abord les impressions générales des enfants sur l'ensemble du programme et de répondre à leurs questions spontanées. Ce sera pour eux l'occasion d'identifier ce qu'ils ont apprécié mais aussi d'expliciter ce qu'ils n'ont éventuellement pas compris. Dans un second temps, venons-en au thème retenu en recentrant leur attention sur les troisième et cinquième courts métrages.

Pour aider les petits à verbaliser leurs émotions, souvenirs et commentaires, donnons-leur à regarder quelques images extraites des courts métrages qui nous intéressent et récapitulons avec eux les deux histoires, où il fait successivement la connaissance de Radi-Bo et du «monstre» qui hante le bois à l'orée duquel il pique-nique avec ses poupées de tissu.

Axés sur la découverte et la rencontre avec l'autre, ces deux courts-métrages auront sans doute touché les tout-petits, eux-mêmes amenés à vivre (ou en train de vivre) quotidiennement des expériences semblables; en effet, l'entrée à l'école représente très souvent pour eux le premier pas esquissé à l'extérieur du milieu familial. Il est évidemment illusoire de demander à des enfants aussi jeunes d'avoir un regard sur les relations qu'ils nouent avec leurs camarades, mais on peut toutefois utiliser ces histoires pour les amener à parler de la rencontre et de l'amitié au travers de questions très simples comme :

  • dans Koma et Radi-Bo
    • Que se passe-t-il quand Koma rencontre Radi-Bo ?
    • Que font-ils au début de l'histoire et que font-ils ensuite ?
    • Comment se termine cette histoire ?
  • dans De vrais amis
    • Que se passe-t-il quand Koma aperçoit le «monstre» à l'orée du bois ?
    • Qui a peur de l'autre ? A quoi le voit-on ?
    • Pourquoi le «monstre» prend-il la poupée de Koma ?
    • Qui se cache sous un costume de monstre ? Pourquoi cette petite fille se déguise-t-elle en monstre ?
    • Que va-t-elle faire de la poupée rose ? Et de la poupée en forme de Yéti que Koma a cousue pour elle ? Pourquoi fait-elle cela ?
    • Comment l'histoire se termine-t-elle ?
  • Et plus généralement, avec les enfants qui ont déjà une expérience scolaire :
    • C'est quoi un(e) ami(e) ?
    • Que peut-on partager avec un(e) ami(e) ?
    • Où peut-on rencontrer des ami(e)s ?
    • L'enfant se souvient-il d'une fois où il a rencontré un(e) ami(e) ? A quelle occasion était-ce ? Qu'ont-ils fait ensemble ?
    • L'enfant a-t-il déjà rencontré un autre qui lui faisait un petit peu peur au début, et qui est devenu(e) ensuite son ami(e) ?
    • Est-il déjà arrivé à l'enfant de faire peur à un camarade ? Pourquoi ? Que s'est-il passé exactement ? Les choses se sont-elles arrangées ? Comment ?
    • L'enfant a-t-il des souvenirs de bons moments passés avec un(e) ami(e) ?
    • etc.

Petit commentaire

Dans Koma et Radi-Bo, les deux enfants se retrouvent face à face dans l'atelier-studio du petit apprenti cinéaste; ils ne se connaissent pas et tous les deux cherchent à impressionner l'autre; Radi-Bo pose son robot sur le sol et l'actionne en direction de Koma qui, effrayé par l'étrange créature qui s'avance vers lui d'un air menaçant, serre sa petite poupée de tissu contre lui. Au bout d'un certain de temps, les enfants finissent pourtant par s'apprivoiser et par jouer ensemble. Ils parviennent même à mettre leur talent en commun pour fabriquer toutes sortes de machines automotrices qui ressemblent à des robots et qui défilent sur un circuit à travers toute la pièce. Désormais, rien ne peut plus les séparer.

Dans De vrais amis, l'appréhension de l'autre est beaucoup plus forte et plus visible car l'inconnu y prend la forme d'un monstre, beaucoup plus effrayant pour Koma que le robot de Radi-Bo. Il en dresse d'ailleurs un portrait terrifiant qui laisse son père complètement incrédule. Et lorsqu'il souhaite le filmer, le monstre ne se montre pas, lui-même vivement impressionné par le petit visiteur. Pour s'approcher, il attend que Koma plonge dans le sommeil; il en profite alors pour s'emparer de la poupée et disparaître au fond du bois. Koma vit la perte de sa poupée comme un vrai drame; or c'est pourtant cet objet dérobé qui se trouvera à l'origine d'une vraie relation d'amitié entre deux êtres finalement pas si différents que cela, qui apprennent petit à petit à se dévoiler et à se connaître, à se comprendre et à s'apprécier au-delà des apparences.

Au terme de cette petite discussion, les parents devraient avoir atteint au moins partiellement leur objectif, qui était d'aider leurs enfants à entrer en contact avec le monde extérieur en leur permettant de verbaliser, à partir de situations fictionnelles, les craintes et difficultés personnelles qu'eux-mêmes pourraient éprouver en des circonstances semblables. Le dialogue parents / enfants engagé sur ce sujet, en amenant progressivement l'enfant à remarquer que les étapes de la rencontre décrites dans le film constituent un processus normal qui mène finalement à l'épanouissement de soi et à un mieux-être, devrait ainsi avoir contribué, fût-ce de façon minime, à son émancipation et surtout à sa socialisation.

Résumés

Koma et Radi-Bo (10')

Radi-Bo et son papa viennent chez Koma parce que la radio est en panne; pendant que les adultes travaillent à la réparer, les enfants font connaissance à l'étage, dans l'atelier-studio du petit cinéaste. Celui-ci, très impressionné par l'énorme robot télécommandé de Radi-Bo, serre sa petite poupée de laine dans ses bras. Finalement, les deux enfants mettent en commun tout leur talent, leur savoir-faire et leurs outils pour fabriquer ensemble toutes sortes de machines inventives, tandis que la poupée et le robot esquissent ensemble quelques pas de danse.

De vrais amis (25')

Koma s'amuse à coudre des costumes de déguisement pour ses poupées puis emmène celles-ci en pique-nique, à l'orée du bois. Soudain, un gros bruissement annonce l'arrivée d'une étrange créature, tout droit surgie de la forêt. On dirait le Yéti… Terrifié, Koma en dessine un portrait pour le montrer à son père, qui ne croit pas un mot de son histoire…

Vexé, il retourne au même endroit dès le lendemain avec sa caméra, histoire de rapporter la preuve qu'il dit vrai; mais le monstre, craintif, reste caché pendant toute la journée et les jours suivants. Au fil du temps, Koma se prend à enjoliver son image et même à espérer s'en faire un ami ! Un jour, il finit par s'endormir, épuisé d'avoir crié après le monstre. C'est ce moment que ce dernier choisit pour s'approcher, s'emparer de la poupée rose et disparaître avec elle…

Pour Koma, cette perte est une vraie catastrophe qui lui procure un tout gros chagrin. Pendant qu'il pleure à chaudes larmes dans sa chambre, le monstre est lui aussi rentré chez lui. En fait, c'est un petit chien qu'on découvre lorsqu'il enlève son costume de Yéti. A voir la décoration de sa chambre, on dirait bien que c'est une fille… En entendant approcher sa mère, elle cache la poupée rose sous son oreiller et fait disparaître son déguisement sous lit.

Le lendemain matin, quelle n'est pas la surprise de Koma quand son père trouve la poupée sur le seuil dans un joli emballage cadeau. Pour la première fois, il ose entrer dans le bois pour suivre les traces du monstre, le retrouver et l'apprivoiser en l'invitant à son pique-nique. Le jour suivant, il offre à sa nouvelle amie une poupée qu'il a confectionnée à son image mais le soir, la petite fille la jette par la fenêtre de sa chambre, bien décidée maintenant à se présenter comme elle est à Koma, sous sa véritable apparence.

Le lendemain, il ne la reconnaît pas et il va même jusqu'à la confondre avec le véritable Yéti, qui essaye d'abord de faire peur aux enfants avant de les prendre tous les deux dans ses bras ! Désormais, les parents prennent ensemble le café pendant que les enfants font des batailles de neige.

Un dossier pédagogique complémentaire à l'animation proposée ici est présenté à la page suivante.
Cliquez ici pour retourner à l'index des analyses.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier