Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos Blog Grignews
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page

Une animation proposée par les Grignoux
et consacrée au film
Fish Tank
d'Andrea Arnold
Grande-Bretagne, 2009, 2h04


L'analyse proposée ici s'adresse à des animateurs qui verront le film Fish Tank avec un large public et qui souhaitent approfondir avec les spectateurs certains thèmes de ce film.

Le film

Fish Tank, c'est le très beau portrait d'une adolescente en colère. Mia a 15 ans et de l'énergie à revendre, qu'elle canalise tant bien que mal en dansant le hip-hop. Elle s'entraîne dans un appartement inoccupé de la tour où elle habite, pour s'isoler de sa mère pas plus mûre qu'elle, de sa petite sœur envahissante et des copines qui trahissent.

Un jour, chez elle, elle croise Connor, le nouvel amant de sa mère. Connor est sympa, gentil, attentif et plutôt séduisant. C'est peut-être la première fois que Mia rencontre quelqu'un qui l'écoute, qui l'encourage, qui est tout prêt à croire en elle...

Primé au festival de Cannes, Fish Tank est une œuvre bouleversante, qui excelle à décrire une adolescente rebelle et violente, secrètement éprise de liberté et de loyauté. Quelque part entre Ken Loach pour l'environnement social et les frères Dardenne pour la manière, Andrea Arnold a pourtant un style bien à elle qu'elle met au service de personnages très forts.

Avec Fish Tank, c'est le passage de l'enfance à l'âge adulte qui est illustré d'une manière assez remarquable. En effet, la réalisatrice met en place toute une série de situations dont l'assemblage finit par élaborer un tableau très nuancé où il est question de responsabilité, d'éveil à la sexualité, d'expression de soi, de l'avenir que l'on choisit (ou pas).

Beaucoup de thèmes de ce film peuvent intéresser les animateurs en éducation permanente, notamment les difficultés de l'adolescence, les transformations de la famille et des normes qui la régissent aujourd'hui, les différences entre groupes sociaux mais également entre groupes d'âge…

On s'intéressera plus particulièrement ici au sens du film avec une interrogation sur les intentions de son auteur, en l'occurence la cinéaste Andrea Arnold. Ce questionnement permettra notamment aux spectateurs de prendre une certaine distance par rapport aux personnages mais également de mieux percevoir ce qui distingue ce film d'autres réalisations dont les ambitions (distraire, amuser, impressionner...) sont différentes. On verra notamment que le propos de la cinéaste n'est pas simple car elle s'attache en fait à décrire un personnage qui s'exprime peu verbalement et dont les émotions se traduisent par des gestes ou des attitudes faiblement significatifs.

Dégager le sens du film

Qu'a voulu dire l'auteur du film? Quelle était son intention? A-t-il voulu faire passer un message? Le film a-t-il pour objectif de divertir les spectateurs (par la peur, le rire, le suspense, ou n'importe quelle émotion qu'il suscite)? ou de leur faire découvrir une réalité méconnue?ou de les faire réfléchir?ou de dénoncer une injustice? ou de les convaincre?

Ces questions sont très naturelles et légitimes et y répondre revient à définir le propos du film, mais, souvent, l'intention de l'auteur est multiple. Dans le cas de Fish Tank, définir le propos du film est peut-être plus difficile que pour la majorité des films qui sont visibles au cinéma. Néanmoins, dans un cadre pédagogique, répondre à ces questions est un objectif pertinent.

Recueillons d'abord les propres réponses des participants à ces questions en les passant systématiquement en revue:

  • Selon vous, avec son film Fish Tank, Andrea Arnold cherche-t-elle à
  • nous divertir? Si oui, par quels moyens?
  • nous faire découvrir quelque chose? Si oui, quoi?
  • susciter une réflexion? Si oui, laquelle?
  • dénoncer une injustice? Si oui, laquelle?
  • nous convaincre? Si oui, de quoi?

Cette première réflexion sur les intentions supposées de l'auteur ne permet sans doute pas de définir précisément le sens du film. Invitons maintenant les participants à revenir sur le récit pour voir ce qui se dégage de son analyse.

Voici sommairement décrites différentes manières de procéder, qui devraient conduire grosso modo au même résultat.

Invitons chaque participant à choisir la méthode qui l'inspire le plus. Des groupes se constitueront ainsi autour de chaque méthode; ils mettront ensuite leur travail en commun.

Écrire un résumé du film

Écrire un résumé suppose de faire un tri entre des informations essentielles et d'autres qui ne le sont pas, de condenser en quelques mots des séquences entières. Cet exercice permettra sans doute de définir le parcours de Mia et de lui donner du sens.


Comparer le début et la fin du film

Prendre la mesure de ce qui a changé entre le début et la fin du film permettra sans doute de définir le parcours de Mia et de lui donner du sens. L'on peut procéder en écrivant en parallèle les éléments qui ont changé (mais aussi ceux qui n'ont pas changé) entre le début et la fin du film.


Définir les différentes intrigues du film

A priori c'est l'arrivée de Connor dans la vie de Mia qui va instaurer des changements dans sa vie. Pourtant, le film Fish Tank ne peut pas se résumer à l'histoire entre Mia et Connor. Il s'agit donc ici de dégager l'autre ou les autres intrigues en parallèle avec l'histoire Mia-Connor et de définir en quelques mots ces différentes intrigues.


Commentaires

Le parcours de Mia pourrait être défini comme ceci: elle éprouve des désirs, va connaître des désillusions, surmonter ces déceptions pour finalement faire des choix personnels. En cela, l'on peut dire que le film illustre le passage de l'enfance à l'âge adulte.

L'on peut dégager trois intrigues dans le film, qui concernent trois désirs de Mia: Connor, le cheval, la danse.

Désirs

Le désir qu'inspire Connor à Mia est complexe. Il s'agit d'abord d'un désir sexuel: Mia est physiquement attirée par Connor (elle l'observe alors qu'il danse de manière suggestive avec Joanne, etc.). Mais Connor représente aussi une autre vie, un autre modèle: il aime une autre musique, il aime la campagne… Aussi incarne-t-il pour Mia l'espoir d'un ailleurs ou d'une autre vie. Enfin, son côté paternel séduit également Mia: Connor se montre tendre, encourageant, un peu moralisateur mais toujours avec gentillesse.

Le cheval, un peu mal en point et privé de liberté, attire également Mia: elle veut le libérer. Pour en faire quoi? elle ne le sait sans doute pas elle-même et agit sous l'impulsion. L'on pourrait dire que c'est le désir de liberté qu'incarne le cheval. Mais Mia est aussi simplement attirée par l'animal, qu'elle cherche un peu à apprivoiser: elle le touche avec une certaine hésitation et prend sans doute du plaisir à sentir la peau de l'animal frémir sous sa main. Ses tentatives de libérer le cheval vont être rapidement mises en échec par les garçons du campement. Enfin, la danse, le hip hop permet à Mia de s'exprimer, d'être elle-même.

Désillusions

Ces trois intrigues vont toutes mal tourner pour Mia.

Elle va avoir une relation sexuelle avec Connor, immédiatement sanctionnée par celui-ci: «on a déconné… je suis bourré… il faut que cela reste entre nous». Dès le lendemain, Mia découvrira que Connor est marié et qu'il a une petite fille. Il a donc trompé Joanne, en lui laissant croire qu'il était libre pour une relation durable et Mia se sent également trahie. Cet homme qui pouvait lui faire espérer une autre vie n'est en réalité qu'un menteur…

Mia va connaître une autre déception avec le cheval. Un jour qu'elle rejoint Billy, le cheval a disparu: Billy lui explique qu'il était malade et qu'il a fallu l'abattre. Mia fond alors en larmes. Enfin, sur le plan de la danse, la déception sera amère: l'audition en laquelle elle avait mis beaucoup d'espoirs se révèle finalement un test d'embauche de danseuses érotiques.

Décisions

La réaction de Mia vis-à-vis du mensonge de Connor est d'abord assez violente: elle enlève la petite Keira, puis poussée à bout par les cris de l'enfant, elle la jette à l'eau. Mais Mia se ravise très vite et tend une branche à Keira pour l'aider à sortir de l'eau. Elle la prend ensuite dans ses bras et la ramène finalement à la maison. (L'on peut voir la gifle de Connor comme une sorte d'épilogue à cette intrigue.) Ainsi, si le premier mouvement de Mia consiste à se venger, elle change rapidement d'avis: la fillette se révèle récalcitrante, Mia sait de moins en moins quoi faire. En quelques secondes, Mia comprend que cette vengeance ne mène à rien, que Keira n'est qu'une petite fille qui n'a rien à faire dans cette histoire…

Le désir de Mia de libérer le cheval a rapidement laissé la place à la relation qui se noue entre elle et Billy. Quand elle apprend que le cheval a été abattu, elle fond en larmes, mais ces sanglots seront vite séchés. Billy cherche à la consoler (l'animal était vieux et malade) et Mia essuie ses joues d'un revers de manche. Billy lui parle alors de son intention de partir au Pays de Galles. La scène est coupée là, mais l'on comprendra ensuite que Mia a décidé d'accompagner Billy.

Enfin, à l'audition, Mia est appelée pour sa prestation. Elle se lève, va donner son CD au régisseur,monte sur le podium, mais, quand la musique commence, elle ne bouge pas. Elle descend finalement du podium et s'en va.

Ainsi, Mia choisit de renoncer: à la vengeance, à l'audition, au cheval. Et ces renoncements prennent la forme finale d'un départ, vers un ailleurs, vers une autre vie.

Le film se clôt sur l'image d'un ballon qui s'envole dans le ciel de la cité. Un envol qui évoque évidemment le départ de Mia. Juste avant celui-ci, la cinéaste s'est attardée sur la cité: des enfants qui jouent dans une cour, des personnes sur leur terrasse, une femme en short qui danse sur son balcon. Ces images donnent à voir les barreaux de la cité, ceux des terrasses ou des petits balcons qui apparaissent un peu comme des barreaux de prison. La cité semble être un lieu fermé dont on ne sort pas. (L'expression «fish tank» qui signifie aquarium évoque la même image d'enfermement.) Mia, elle, va quitter cet endroit.

Des ellipses remarquables

Les ellipses sont très nombreuses et souvent très banales au cinéma, puisque les films, qui durent souvent d'une heure et demie à deux ou trois heures (très rarement plus), racontent des histoires qui sont censées se passer en plusieurs heures, plusieurs jours, plusieurs semaines, parfois plusieurs années. Ainsi, tous les événements que l'on peut imaginer qui se déroulent dans la vie des personnages ne sont pas montrés parce qu'ils sont insignifiants.

Mais certaines ellipses sont remarquables, précisément lorsqu'elles consistent à omettre un événement d'importance. Elles suscitent alors, en général, un effet de surprise.

Deux ellipses provoquent cet effet de surprise dans Fish Tank. La première est la plus marquante: Connor a reconduit Mia à la gare, après qu'elle s'est présentée chez lui. Mia est sur le quai de la gare, elle attend le train, celui-ci arrive, les passagers montent. Au plan suivant, l'on retrouve Mia devant la porte de la maison de Connor. La cinéaste aurait pu nous montrer Mia monter sur le marchepied du train, puis en descendre et quitter la gare, ce qui nous aurait fait comprendre que Mia changeait d'avis et allait retourner chez Connor. Mais on ne le voit pas.

Aussi, la surprise est très grande de voir Mia devant la maison de Connor une deuxième fois. Cet effet de surprise, comme si nous, spectateurs, nous avions du retard sur le personnage, accentue sans doute l'impression de pugnacité et d'obstination que Mia inspire.

La seconde est celle qui nous cache que Mia a décidé de partir en voyage avec Billy: l'on ne saura pas si Billy a invité Mia ou si c'est elle qui a demandé à Billy à l'accompagner. Les spectateurs sont mis devant le fait accompli.

Un dossier pédagogique complémentaire à l'analyse proposée ici est présenté à la page suivante.
Cliquez ici pour retourner à l'index des analyses.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier