Catalogue

Rechercher dans le catalogue :



Trouver

Nouveautés

Partager


 

 

Acheter

Vous pouvez consulter l'ensemble de ce dossier en cliquant ici.

Grignews

Le journal

Une fiche réalisée par le centre culturel Les Grignoux
et consacrée au film
Viens danser... sur la lune
de Kit Hood
Canada, 1997, 1h32


Le centre culturel Les Grignoux (Liège) essaie depuis plusieurs années d'utiliser le cinéma dans un but éducatif qui ne se limite pas à une transmission de savoirs mais porte également sur les représentations et les valeurs dont sont porteurs enfants et adolescents. On trouvera ci-dessous le compte rendu d'une animation qui a suivi la vision du film Viens danser... sur la lune et dont l'objectif était de questionner les rapports entre filles et garçons au moment de la pré-adolescence. Ces animations se sont déroulées dans des classes de la fin du primaire (11-12 ans) de la région liégeoise.

Le film

À notre connaissance, ce film n'est pas distribué en France bien qu'il l'ait été en Belgique. Pour la compréhension de ce compte rendu, il suffit de savoir qu'il raconte le passage d'un groupe de trois jeunes filles de l'enfance à l'adolescence. Lors des grandes vacances qui précèdent l'entrée dans l'enseignement secondaire, Maddy l'héroïne va notamment rencontrer une tante inconnue, excentrique et flamboyante, qui dit des choses étranges comme « Ne laisse jamais la peur t'empêcher de danser sur la lune »; mais elle sera également confrontée à Freddy, un garçon de sa classe jusque-là inoffensif qui semble la poursuivre d'un zèle ... amoureux ! Pouah !

Sans être un chef d'oeuvre du septième art, ce film d'origine canadienne a retenu notre attention à cause la justesse avec laquelle il décrit l'évolution (d'ailleurs contrastée) des jeunes filles à l'aube de l'adolescence

L'objectif de l'animation

Les thèmes abordés par le film (passage de l'enfance à l'adolescence, amours naissantes, mort d'un ami, choix de vie...) donnaient aux enfants l'occasion de s'exprimer sur des sujets qui les concernent directement et qui mettent en jeu des sentiments habituellement tus. Comme, par ailleurs, les rapports entre filles et garçons à cet âge sont souvent figés dans un face à face plus ou moins hostile, l'objectif principal de notre animation était de rétablir un dialogue entre ces deux groupes.

Le déroulement de l'animation

Nous avons conçu l'animation en trois phases:

  • la première consiste en une discussion à bâtons rompus sur le film et notamment sur son genre : est-ce un « film de filles » ou « pour les filles », ou bien s'adresse-t-il indifféremment aux deux sexes ?
  • Les enfants sont ensuite invités à compléter, selon qu'ils sont filles ou garçons, une des deux propositions suivantes portant sur l'autre sexe : « les filles, c'est... » ou « les garçons, c'est... ». Les résultats de ce travail anonyme sont ensuite communiqués à l'ensemble de la classe qui est invitée à réagir... selon son humeur.
  • Enfin les participants sont invités à rédiger, par groupe de quatre ou cinq personnes du même sexe, une « lettre ouverte » aux filles ou aux garçons (toujours selon leur appartenance à l'un ou l'autre sexe), destinée à mieux faire comprendre le point de vue des uns et des autres.

Sur le terrain

Nous sommes arrivées un matin dans une école de village. La classe était chaleureuse et les enfants avaient manifestement l'habitude de prendre la parole, le dialogue autour du film s'est donc engagé très simplement. Précisons que les enfants de cette classe ont une bonne maîtrise de la langue française et de l'humour, ce qui facilite les échanges.

À propos du film

Après quelques instants de libre échange, nous avons aiguillé la discussion vers le sujet qui nous tenait à cœur par l'une ou l'autre questions de type : « Pour vous, était-ce un film de fille ou de garçon ? »

Deux types de réponses se sont rapidement imposés : d'une part,beaucoup de filles pensaient que le film « était pour les deux », et d'autre part, une partie des gamins ont déclaré que « tout ça, c'est des histoires de gonzesses puisque les personnages principaux étaient trois filles ». Nous tenons cependant à signaler que certains des garçons n'étaient pas d'accord et soutenaient qu'ils se retrouvaient dans le personnage de Maddy et que son histoire les touchait personnellement.

Le regard sur l'autre sexe

Chaque enfant a alors reçu un carton sur lequel était écrit : « Les garçons c'est... » (pour les filles) ou bien « Les filles c'est... » (pour les garçons). Nous leur avons laissé une dizaines de minutes pour compléter la phrase (peu de temps nous semblait garantir la sincérité des réponses). Comme se manifestait une certaine inquiétude, nous leur avons certifié que les résultats resteraient anonymes.

Voici les résultats de l'enquête retranscrits sur le tableau noir de la classe pour que les enfants aient une vue d'ensemble (le classement positif/négatif vient des enfants eux-mêmes).

Les filles sont... Les garçons sont...
POSITIF NEGATIF POSITIF NEGATIF
aiment les garçons ne font pas remarquer quand elles aiment les garçons (parfois) très gentils trop remuants et excités
(très) intelligentes et sympas «des fois, femme varie» «c'est des personnes comme les autres» assez énervants (souvent)
gentilles méchantes avec les garçons sympas changeants
plus calmes, jolies, gentilles (beaucoup de qualités) assez énervantes ils ont des sujets de conversation différents un peu trop bébés
plus mûres moqueuses moins timides ils ont l'esprit mal tourné
  antipathiques «C'est l'autre sexe par qui on est attirées quand commence l'adolescence»
  emmerdeuses cools plus sots
  certaines sont chiantes feraient n'importe quoi quand ils sont amoureux deviennent adolescents plus tard
    galants gamins

Déjà, à l'énoncé des résultats de l'enquête, les réactions étaient très vives. Une petite guerre des sexes se révélait dans cette classe d'apparence si paisible. Si l'opposition filles/garçons n'était pas encore très marquée lors de la première phase, suite aux résultats de notre petite enquête, elle était désormais consommée : c'était la rupture, bête et brutale!

D'un côté, les filles, qui sont ou se sentent manifestement plus mûres (du moins dans cette classe), tiennent le haut du pavé, et de l'autre les « gamins » se sentent agressés et ne comprennent pas les réactions de « l'autre camp » (dont les sentiments leur avaient sans doute échappé jusque-là).

C'est l'heure de la récréation et nous choisissons de laisser les enfants se détendre une demi-heure avant de passer à la troisième partie de l'animation.

Prolonger le dialogue

Pour cette ultime étape, nous formons des groupes «unisexes» de 4 ou 5 enfants en nommant un rédacteur par groupe qui reçoit les consignes suivantes :

— rédiger une lettre ouverte [1] à l'autre sexe (en se servant éventuellement des résultats de l'enquête).

— en communiquer le contenu à la classe sous quelque forme que ce soit (chanson, récitation, représentation, ...).

Après avoir expliqué ce qu'est une lettre ouverte, nous les laissons travailler environ une demi-heure en restant à leur disposition.

Voici à présent quelques-uns des textes qui ont été ainsi obtenus.

Lettre ouverte des garçons aux filles

« Les Filles,
Vous pensez peut-être que nous sommes sots mais au fond de nous, on vous aime bien. Mais nous vous demandons d'être plus gentilles, d'arrêter de vous moquer de nous. Nous vous demandons aussi d'arrêter de faire des messes basses sur nous. Des fois, ça n'est peut-être pas sur nous, mais la plupart du temps, c'est sur nous. Nous vous trouvons gentilles mais assez irritantes. »

 

« Chères filles,
Nous aimerions que vous soyez plus sympas avec nous et que vous ne nous critiquiez pas car on sait qu'on est sots mais pas à ce point là! Nous aimerions que si vous aimez quelqu'un de la classe, vous ne soyez pas gênées de le dire. Nous aimerions que vous ayez plus de suspense [sic] avec nous. Nous aimerions que vous soyez les femmes de ménage... C'est pour rire! »

 

« Vous êtes sympathiques et jolies mais...
Nous aimerions que vous soyez plus amicales avec nous et que vous nous acceptiez comme nous sommes. Vous êtes plus mûres que la plupart des mecs et vous êtes très intelligentes. Il y a des choses que les garçons osent dire et pour lesquelles ils feraient mieux de se taire, tandis que vous, les filles, vous êtes calmes et c'est bien comme ça. Je sais que la plupart des garçons aimeraient que les filles aient plus confiance en eux. »

 

« Chères fillottes,
Nous aimerions que vous ne nous repoussiez pas; que vous soyez moins ennuyeuses; que vous soyez moins moqueuses; que vous soyez plus sympas avec nous; que vous parliez plus avec nous; que vous soyez plus jolies; que certaines fassent un régime; que vous vous habilliez plus sexy; que certaines changent de coiffure; que vous mettiez des décolletés; que certaines filles mûrissent un peu.
Nous avons écrit ceci pour améliorer la vie de groupe. »


 

...des filles aux garçons

« Chers garçons,
On aimerait bien que vous fassiez des équipes équilibrées pour le sport. Certains garçons sont déjà adolescents et d'autres sont toujours des bébés. Tous les garçons peuvent être gentils quand ils le veulent, mais ça n'arrive pas souvent. Nous, nous n'aimons pas les garçons qui pensent toujours mal. On connaît beaucoup de garçons cools mais on connaît aussi beaucoup de garçons chiants. Certains ne sont pas timides avec les filles et c'est très bien. Presque tous les garçons sont intelligents mais nous n'aimons pas ceux qui font leurs gros malins. Si les garçons n'étaient pas remuants, il n'y aurait plus de joie sur terre. Les garçons râlent et se moquent souvent des filles et ce n'est pas amusant!
Voilà, c'est fini, on espère que vous vous êtes bien amusés et que vous avez bien rigolé avec notre résumé sur les garçons. »

 

Chers garçons,
« Nous avons remarqué pendant les cours, les récrés, les temps libres, que vous n'aviez qu'un sujet en tête : "Pokemons". C'est l'un des défauts que vous avez, mais ne les perdez pas tous, car un garçon sans défaut est un garçon sans caractère! Je dois vous dire que nous, les filles, nous aimons les garçons qui bougent plus. Nous nous moquons de vous des fois, par exemple quand vous mettez trop de gel dans vos cheveux. C'est notre défaut mais ce n'est pas pour ça qu'on ne vous aime pas.
Défauts: bavards, énervants, chiants, ennuyants.
Mais, vous avez des qualités. »

 

« Les garçons du monde entier,
Nous aimerions que vous soyez moins gamins, machos, excités, chiants, méchants avec les filles, emmerdants, jaloux, sots, vulgaires (ça dépend), bébés.
Mais nous aimerions aussi que vous soyez plus gentils avec les filles, intéressants, galants, matures, attirants,...
Mais attention, ce n'est pas fini, voici la liste de ce que vous êtes déjà: rigolos, cools, sympathiques, bavards, sots, énervants, grossiers, galants, confiants en vous-mêmes.
En tout, nous aimerions que vous soyez plus matures!!! »


Dernières réactions

Les réactions aux différentes lettres ont souvent été violentes mais elles ont surtout été l'occasion de mettre au jour les problèmes ressentis. Après la lecture, la classe pouvait réagir, et de ce « droit de réponse » naissait un dernier dialogue. La semaine qui a suivi notre animation, les enfants sont partis en classe verte pour une semaine. Au retour, l'instituteur nous a confirmé combien cette animation avait marqué les esprits et que le dialogue entre les participants s'était poursuivi sur une mode sans doute plus allusif et plus adouci.

En guise de conclusion nous pouvons dire que l'objectif poursuivi a été atteint, un dialogue nouveau s'étant amorcé entre les deux « communautés ». Les enfants se sont écoutés et ont proposé des solutions aux incompréhensions mutuelles. Bien entendu, une telle animation ne peut prétendre résoudre tous les problèmes de relations entre les sexes (notamment à l'adolescence !) et devrait idéalement s'inscrire dans un perspective éducative plus large et sur une longue durée. Ce type d'animation, qui peut, nous semble-t-il, facilement être mise en œuvre par des enseignants, nous paraît cependant répondre aux objectifs éducatifs de l'école qui ne peut se résumer à une fonction de transmission des savoirs et doit également éduquer ses élèves au dialogue et au respect mutuel entre les individus et les groupes.


[1] lettre ouverte : le terme est bien sûr expliqué, désignant «un écrit polémique ou revendicatif adressé à quelqu'un mais rendu public simultanément».