Catalogue

Rechercher dans le catalogue :



Trouver

Nouveautés

Partager


 

 

Acheter

Vous pouvez consulter l'ensemble de ce dossier en cliquant ici.

Grignews

Le journal

Une fiche réalisée par le centre culturel Les Grignoux
et consacrée au film
Marion
un film de Manuel Poirier
France, 1996, 1 h 46
Scénario et réalisation : Manuel Poirier
Avec Coralie Tetard (Marion), Pierre Berriau (le père), Élisabeth Commelin (la mère), Jean-Luc Bideau (le Parisien), Marie-France Pisier (la Parisienne)


1. Le film

Dans un village normand, un couple bourgeois se prend d'affection pour une fillette d'un milieu défavorisé. Mais cette affection qu'ils portent à Marion ne va pas sans une part d'ambiguïté à l'égard notamment de ses parents dont tout, l'éducation, les mœurs, le style de vie, les sépare. Seule Marion constitue un trait d'union entre ces deux mondes jusqu'à ce que la tendresse se transforme progressivement en possession et demande d'adoption...

2. À quels spectateurs est destiné le film?

Marionmet en scène une jeune fille de dix ans environ dont le destin cependant se joue « au-dessus d'elle », entre ses parents et ce couple de Parisiens qui seraient prêts à l'adopter Par la présence de cette héroïne, ce film, qui a priori s'adresse à un public relativement mûr tant la description des différences sociales est faite en finesse, nous paraît pouvoir être vu par un public du même âge entre dix et treize ans environ. Une brève présentation facilitera néanmoins la vision de ce film dont le parti pris d'un réalisme quotidien peut déconcerter des spectateurs habitués à un cinéma essentiellement spectaculaire : on pourrait notamment attirer l'attention des jeunes spectateurs sur l'importance du non-dit dans ce film.

3. Relation à la problématique santé

La question centrale du film — l'adoption — est en fait une fausse piste. Tout d'abord parce que Marion n'est ni abandon­née, ni en danger, et que le besoin de cette adoption ne se pose pas de façon explicite. Tout au plus, sont abordées les conditions d'existence comparées entre sa vraie famille, de condition socio-économique très modeste, et celles du couple parisien beaucoup plus aisé. Les consé­quences psychologiques possibles sur la fillette sont également évoquées de façon très rapide.

Plus approfondie est la réflexion du film sur la cellule familiale, sa composition, son équilibrage. La famille de Marion est composée de quatre enfants — deux garçons, deux filles — et de deux parents dont seul le père travaille. Si à aucun moment ils ne sont montrés comme un modèle d'équilibre, il se dégage toutefois de leurs relations une véritable qualité d'écoute et une certaine sérénité qui naît sans doute d'un respect mutuel partagé par tous. Les difficultés et les conflits sont loin d'être absents (les «infidélités» de Marion, la fugue de la grande sœur, les disputes du couple). Mais chacun semble être écouté pour ce qu'il est et pour ce qu'il a à dire et les tensions s'apaisent plutôt qu'elles ne s'amplifient. L'autre famille est donc sans enfant et c'est là aussi le nœud central du film. Si ce couple parisien vit dans un confort matériel évident, son confort moral ne l'est pas autant. Cette faille apparaît dès le début du film où, prise d'une crise d'épilepsie au volant de sa voiture, la femme est secourue par Marion et sa mère. Si le déséquilibre intérieur de cette femme se cristallise ou se renforce sur son envie et cette absence d'enfant, le réalisateur, Manuel Poirier, ne place cependant pas son mari en dehors de cette question puisque l'on apprend «qu'il n'a jamais voulu adopter d'enfant». Le film, et c'est l'une de ses immenses qualités, ne caricature aucun des personnages, les présentant par leurs comportements et par leurs interrelations plutôt que de porter sur eux des jugements de valeurs. Ils nous paraissent crédibles et respectables autant par leurs qualités que par leurs défauts, et par le caractère «non maîtrisable» de certains de leurs comportements.

La confrontation de deux milieux sociaux très différents est sans doute le thème central du film. Manuel Poirier affirme même avoir voulu faire un film «politique». Politique, il l'est sans aucun doute par le sens qu'il redonne aux conditions matérielles et financières qui façonnent une part importante de l'existence et des comportements. Politique aussi par le regard sociologique qu'il pose sur des situations où ces deux milieux se retrouvent ensemble et montrent tout ce qui les singularise et tout ce qui les différencie (la scène du repas chez les Parisiens ou celle de la fête du village). Ce cinéma est assez proche des films de Ken Loach, par sa dimension sociale, ou de ceux de Maurice Pialat, par sa densité humaine.

On peut aider à comprendre les rapports humains dans leur complexité en s'opposant notamment à certains clichés comme la disparition des « classes sociales » ou à certains catalogages comme les « populations défavorisées ». La famille de Marion est effectivement économiquement démunie et mène, de ce fait, une existence dure. Mais sa qualité humaine, d'attention, d'écoute, de respect et d'amour, permet-elle d'employer ces qualificatifs aussi lapidaires et admis que «précarisée», «défavorisée» ou «démunie» ? De plus en plus, l'éducation pour la santé se penche sur des dimensions sociales de la santé. L'emploi de tels termes pour désigner des publics et des populations entières s'apparente à un racisme de classe dont il faut prendre garde. Peut-on, en effet, parler de façon aussi indistincte de « publics défavorisés » sans préciser si l'on parle des conditions économiques et financières, de la situation professionnelle, du niveau d'études, des liens sociaux ou des relations familiales? Un film comme Marion nous incite à éviter ces amal­games et à réfléchir à nos propres représentations pour ne plus parler de populations « socialement et culturellement défavorisées » lorsque nous voulons désigner la classe ouvrière...

Ce que nous apprend en effet la famille de Marion, c'est l'importance de la dignité et de l'estime de soi — thèmes aussi très chers à l'éducation pour la santé — qui ne sont pas l'apanage d'une seule classe sociale. «Nous n avons pas de pouvoir, et pas beaucoup d'argent. Mais nous avons nos convictions et nous nous y tenons» dit la maman de Marion dans l'une des dernières scènes du film.

4. Suggestions d'animation

On sait que les enfants adoptent spontanément un point de vue égocentrique (au sens de Piaget) sur le monde et qu'ils ne parviennent que progressivement à reconstruire celui des autres individus nécessairement différent du leur. Un film comme Marion qui organise de manière subtile la confrontation entre des personnages dont les désirs et les objectifs sont profondément différents (à cause notamment de leurs différences de position sociale), peut être ainsi l'occasion d'amener des jeunes spectateurs à prendre conscience de ces différences de points de vue qui ne sont d'ailleurs pas directement observables et doivent donc être reconstruits par ces spectateurs à partir de multiples indices livrés par le film.

Une grille de lecture

Pour objectiver ces différences, le plus simple est de proposer aux jeunes spectateurs, après la vision du film, d'utiliser une grille d'analyse pour décrire les principaux personnages.

Si l'on travaille avec une classe, on peut par exemple répartir les élèves en cinq groupes, chacun se consacrant à l'un des personnages suivants : Marion, son père, sa mère, le Parisien, la Parisienne. Pour chacun de ces personnages il faudra déterminer :

  • qui est le personnage? quelles sont ses activités principales telles que pourrait les décrire un observateur extérieur?
  • quelles sont ses préoccupations? qu'est-ce qui lui importe? qu'est-ce qui contrarie ses projets?
  • quelles sont ses faiblesses? qu'est-ce qui le fait souffrir?
  • quelles sont ses valeurs? au nom de quoi agit-il?

Pour chacun des personnages, il faudra également trouver des éléments du film qui justifient la réponse donnée.

Comme toute grille, celle-ci doit permettre d'expliciter et de systématiser certaines observations mais ne constitue qu'une aide sans garantir la qualité des réponses. L'animateur devra sans doute amener certains participants à affiner leurs remarques en tenant compte de certains détails négligés. Si l'on considère les deux couples par exemple, l'on s'aperçoit rapidement qu'ils ne sont pas « homogènes » et que mari et femme obéissent ici à des motivations subtilement différentes même si leurs comportements semblent concourir au même but : on voit par exemple facilement que le Parisien ne souhaite pas réellement « adopter » Marion et qu'il cède en fait aux objurgations de son épouse.

L'utilisation d'une grille « personnalisée » pour ce film (ce qui en limite nécessairement la validité) permet immédiatement d'orienter l'attention des participants vers certains éléments clés du film : celui-ci est en effet construit sur une espèce de chiasme, la supériorité sociale (qui n'est pas seulement celle de l'argent mais aussi des manières d'être et de se conduire) des Parisiens étant en effet compensée ou minée par l'infériorité psychologique où les place le manque d'enfants ressenti cruellement par l'épouse. Le père et la mère de Marion compensent en revanche les effets de la domination qu'ils ressentent par rapport aux Parisiens, par la force de leurs convictions ainsi que par la sincérité des relations qui règne à l'intérieur de leur famille. La recherche des « faiblesses » de chaque personnage devrait ainsi mettre relativement facilement en évidence cette structure.

Lorsque les différentes grilles auront été remplies, les groupes communiqueront naturellement les résultats de ce travail à l'ensemble des participants. L'animateur essaiera en même temps de synthétiser brièvement l'information obtenue en montrant notamment comment s'établissent les interactions entre les différents personnages.

Expliciter l'implicite

Au terme de ce premier travail, on devrait donc obtenir un portrait même sommaire des principaux protagonistes : on peut alors utiliser ces portraits comme un outil qui permettra d'expliciter des scènes qui, prises isolément, peuvent paraître ambiguës ou simplement anodines. On proposera donc aux participants d'expliquer les motivations des personnages dans un certain nombre de séquences du film en se basant sur le portrait précédemment élaboré : il faudra donc répondre à des questions comme « dans cette scène, que pense le personnage,.pourquoi agit-il ou réagit-il de cette façon? » (Ici aussi, il sera sans doute préférable de diviser la classe en petits groupes, chacun de ces groupes recevant le résumé de la scène à expliquer sur une bande de papier). Si les portraits précédemment élaborés peuvent servir ici d'outils d'analyse, il se peut d'ailleurs que les séquences choisies amènent à modifier ou à affiner les premières observations.

Pour notre part, nous proposerons les séquences suivantes avec, en gras, le personnage dont il convient plus particulièrement d'expliciter les motivations, mais chaque animateur pourra y ajouter d'autres qui l'ont particulièrement frappé ou lui paraissent significatives.

  • Marion se fâche car on lui refuse un nouveau bonnet de bain.
  • Après son évanouissement sur le bas côté de la route, la Parisienne rend visite à la famille de Marion, mais préfère ne pas entrer. Elle invite en revanche la famille de Marion à venir chez elle.
  • Un ami montre à Pierre (le père de Marion) comment bloquer le compteur électrique. Sa femme paraît mécontente.
  • Pierre travaille dans le jardin des Parisiens avec Marion quand ceux-ci arrivent. Audrey (la Parisienne) a un cadeau pour Marion.
  • La Parisienne demande au père de Marion de la laisser coucher chez elle. Il accepte à contre-cœur puis dit son agacement à Martine à l'égard de la Parisienne.
  • Lorsque son mari lui dit que son briquet a disparu, Audrey (la Parisienne) pique une crise de colère.
  • La Parisienne montre au père de Marion la chambre où elle dort lorsqu'elle passe la nuit chez eux.
  • Martine (la mère de Marion) va rechercher Pierre, son mari, et Marion chez la Parisienne. Ceux-ci ont l'air très gai. Mais Martine est fâchée et, à la maison, se met à pleurer en disant qu'elle ne veut plus que Marion aille chez les Parisiens
  • Lors de la fête au village, le Parisien prend un verre avec le père de Marion. Dans la rue, il lui parle ensuite des travaux de la grange qui ont été remarquablement bien faits, puis demande comment va Marion, puis lui propose son aide s'il a des problèmes financiers ou même avec l'EDF.
  • Alors que ses parents sont chez les Parisiens, Marion se demande de quoi ils parlent. Sa sœur Stéphanie lui réplique : « T'as peur qu'ils se tiennent pas bien? »
  • Lors de la soirée chez les Parisiens, Audrey (la Parisienne) montre à la mère de Marion une photo de Marion prise lors de l'excursion à la mer.
  • Après la soirée chez les Parisiens, Martine (la mère de Marion) demande à son mari ce qu'il pense de leur proposition. Il lui renvoie la question. Elle descend de l'auto.
  • Après la soirée où les Parisiens ont proposé de prendre Marion à Paris, Audrey (la Parisienne) envoie son mari à la porte pour recevoir la réponse de la mère de Marion.
  • Après la soirée où les Parisiens ont proposé de prendre Marion à Paris, la mère de Marion décline la proposition.
  • A Paris, François (le Parisien) téléphone pour qu'on suspende les poursuites judiciaires à l'encontre de la famille de Marion.

On terminera également cette animation par une mise en commun des résultats des observations.