Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Un tramway nommé Désir

Prochaines séances

Il n'y a plus de séances pour ce film actuellement dans nos salles

Un tramway nommé Désir

  • Choisissez une séance
  • Réalisé par
    Elia Kazan
  • Interprété par
    Vivien Leigh, Marlon Brando
  • Distributeur
    Park Circus
  • Langue
    angais
  • Pays d'origine
    États-Unis
  • Année
    1951
  • Durée
    2 h 07
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Date de sortie
    2020-01-07
  • Récompenses

    Oscar et Coupe Volpi de la meilleure actrice pour Vivien Leigh

Le théâtre de Tennessee Williams transposé pour la première fois sur grand écran dans un film intense et direct dans son approche de la sexualité et des désirs contradictoires

Toujours sous le choc provoqué par la mort, déjà ancienne, de son mari, Blanche DuBois arrive à La Nouvelle-Orléans. Elle s’installe chez sa sœur Stella qui occupe avec son mari, Stanley, un logement assez pauvre et peu confortable. La jeune femme est profondément troublée par ce cadre où elle doit vivre et par la conduite, peu raffinée, de ceux qui l’entourent. Un tramway nommé désir fut pour le monde entier un triple choc. Choc d’abord de la découverte de Tennessee Williams sur grand écran.

Pour la première fois à Hollywood, on nous montrait les agissements d’êtres ni bons ni mauvais, mais mus par des pulsions irrépressibles et contradictoires, que leur libido rend tour à tour esclaves ou bourreaux. Choc ensuite ressenti par les amoureux de Scarlett O’Hara quand ils la virent transformée en Blanche DuBois, être fragile et raffiné que son désir secret d’être flétrie par plus sale qu’elle entraîne dans une spirale tragique. Choc enfin quand apparut sur l’écran un lascar aux muscles saillants dans son tee-shirt humide de sueur, au regard vrillant de brute séduisante. Il s’appelait Marlon Brando et fit la carrière que l’on sait. Aux commandes de ce psychodrame troublant, Elia Kazan, le metteur en scène de la pièce au théâtre.

 Tweet