Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Judy

SCOLAIRE

Ce film est disponible également en matinées scolaires à Namur

Prochaines séances

Il n'y a plus de séances pour ce film actuellement dans nos salles

Judy

  • Choisissez une séance
  • Réalisé par
    Rupert Goold
  • Interprété par
    Renée Zellweger, Rufus Sewell, Jessie Buckley,Finn Wittrock
  • Distributeur
    WW Entertainment
  • Langue
    angais
  • Pays d'origine
    Grande-Bretagne
  • Année
    2019
  • Durée
    1 h 58
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Type
    Drame
    Biographie
  • Date de sortie
    2020-01-15
  • Récompenses

    Golden Globe 2020 de la meilleure actrice dans un drame pour Renée Zellweger

Abîmée par une vie d’enfant-star adulée des foules, mais exploitée en coulisse par Hollywood, Judy Garland, maintenant adulte, a la flamboyance des stars trop vite consumées et mène une vie d’errance, jusqu’à un beau contrat en Angleterre. Renée Zellweger transfigure l’héroïne du Magicien d’Oz grâce à une performance inoubliable

Elle traîne ses deux enfants avec elle sur scène pour un spectacle dans lequel elle ne chante plus guère. Elle « cachetonne » dans une salle de seconde zone et essaie de mener le grand train qui, un jour, lui était dévolu. Mais les grands hôtels ne sont plus dupes de ses airs de grande dame et voient plutôt sa ligne de crédit jamais apurée que le privilège d’accueillir en leur sein la grande Judy Garland. On constate nettement, en quelques premières scènes, son éclat un peu fané, mais qui peut ressurgir d’une réplique, une forme d’insouciance enfantine qui peut aussi lui faire claquer en un trajet de taxi la somme récoltée par une soirée sur scène.

Judy Garland est devenue une femme désillusionnée qui veut n’en faire qu’à sa tête et fait semblant que tout va bien. Une voix abîmée par les excès, et une succession de caprices et d’annulations de dernière minute l’ont définitivement écartée des grandes scènes. Si ce n’est… en Angleterre, d’où elle reçoit une très confortable proposition pour plusieurs concerts dans une salle prestigieuse. Les Anglais eux-mêmes connaissant sa réputation redoublent d’efforts pour la faire monter sur scène… et chanter les intemporels morceaux du Magicien d’Oz (dont une reprise d’Over the rainbow à vous serrer le cœur…)

Ce moment de la vie de Judy Garland est parsemé de quelques flashbacks qui font sentir, en peu de plans, l’attitude détestable des producteurs et le carcan bien réel dans lequel, en tant qu’enfant-star, elle étouffait. Multiples interdictions, mise en scène de sa vie privée, solitude dévastatrice, tel était son lot. Et sa personnalité adulte de prendre un sens nouveau au regard de cette enfance dénuée de légèreté où la moindre insouciance se payait cher.

On avait un peu perdu de vue Renée Zellweger depuis les Bridget Jones. Elle fait ici un retour grandiose, métamorphosée, sublimant son personnage avec ce qu’il faut de folie et d’inconséquence, habitée du désespoir et de l’amertume de ces vies incandescentes. Et fait de Judy Garland une héroïne à redécouvrir, toujours en déséquilibre, qui se rattrape de justesse au bord du précipice, une femme à la fois agaçante et admirable, qu’on plaint et qu’on aime d’un même mouvement.

CATHERINE LEMAIRE, LES GRIGNOUX

 Tweet