Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Kinshasa Beta Mbonda

Prochaines séances

  • 2019-12-11 20:00
  • 2019-12-12 20:00

Kinshasa Beta Mbonda

  • Choisissez une séance
    • Mer. 11 Décembre | 20:00
    • Jeu. 12 Décembre | 20:00
  • Réalisé par
    Marie-Françoise Plissart
  • Distributeur
    Celluloid dreams
  • Langue
    lingala
  • Pays d'origine
    Belgique
  • Année
    2019
  • Durée
    0:52
  • Version
    Version originale sous-titrée en français

Marie-Françoise Plissart est l’une des figures majeures de la photographie belge. Cinéaste également, elle explore les villes, et la République démocratique du Congo est au centre de son travail. Kinshasa Beta Mbonda est une œuvre qui rassemble ses passions

Kinshasa Beta Mbonda s’ouvre sur une symphonie de dix hommes scandant en rythme « Kinshasa, ville pleine de problèmes » ; puis chacun d’eux s’extrait du groupe pour offrir un solo sur ses tourments, face caméra. Ces hommes, ce sont les Beta Mbonda, des anciens délinquants, issus d’un gang violent – les Kulunas. Ils ont trouvé dans la musique une manière de se réparer et de se « recycler ». La cinéaste les filme chantant en chœur et dansant, leurs mains tapant sur les tam-tams. Ce groupe ne manque pas de créativité : ils battent le rythme sur des objets de récupération, trouvent des peaux de bêtes pour réparer leurs tam-tams abîmés… La relève ne se fait pas attendre, on aperçoit déjà des enfants battre le tempo sur des boîtes de conserve.

La réalisatrice suit également les membres du groupe dans les petits boulots qu’ils réalisent et qui, mis bout à bout, leur offrent une camisole de survie dans cette métropole à la dérive. Ces moments qu’ils partagent autour de la musique leur permettent de garder la tête hors de l’eau. Celle-ci a le rôle d’un puissant anesthésiant – elle leur permet de s’évader – et est aussi un moteur de changement, de mise en mouvement. Marie-Françoise Plissart, pour raconter l’histoire de ces hommes et de leur pays, utilise leur voix en off, qu’elle fait dialoguer avec de longs plans fixes, nous donnant l’impression de feuilleter un album photos en mouvement… L’approche artistique de la cinéaste se mêle aux talents des Beta Mbonda, et nous offre à voir une œuvre hybride et collaborative où l’univers de la photographie rencontre celui de la musique.

LUDIVINE FANIEL, LES GRIGNOUX

 Tweet