Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film The mustang

Prochaines séances

  • 2019-11-19 16:15

The mustang

  • Choisissez une séance
    • Mar. 19 Novembre | 16:15
  • Titre original
    Nevada
  • Réalisé par
    Laure De Clermont-Tonnerre
  • Interprété par
    Matthias Schoenaert, Jason Mitchell, Bruce Dern
  • Distributeur
    Sony Pictures
  • Langue
    anglais
  • Pays d'origine
    France, États-Unis
  • Année
    2019
  • Durée
    1:36
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Date de sortie
    2019-10-23

Une belle histoire de rédemption portée par un impeccable Matthias Schoenaerts, à la sensibilité à fleur de peau. Tourné au Nevada, un premier film français sauvage, quelque part entre le western et le film de prison

C’est une terre ocre, aride où s’étendent à perte de vue des reliefs accidentés, un paysage dur, sec et violent. Dans ce trou perdu du Nevada, totalement isolé, on découvre une prison, ses barbelés, ses chevaux sauvages et ses prisonniers qui ne le sont pas moins. Roman est un paquet de muscles, et sa belle gueule tendue donne l’impression qu’il est constamment prêt à bondir, l’œil sur la défensive : les douze années qu’il a déjà passées en prison ne l’ont pas rendu moins méfiant. Il vient d’accepter, sur les conseils d’une psy chargée du suivi des prisonniers violents, d’être muté dans cette contrée ingrate où s’est monté un programme de rééducation par le dressage de chevaux sauvages. Du gagnant-gagnant : bon pour le prisonnier et bon pour l’économie de la prison, qui revend les chevaux une fois dressés. Les mustangs sont les descendants des chevaux amenés par les conquistadors lors de la conquête de l’Amérique… Ils se sont enfuis ou ont été abandonnés et sont retournés à l’état sauvage, formant des troupeaux de bêtes d’une puissance magnifique. Roman ne connaît pas les chevaux, mais il comprend au premier regard ce que peut éprouver cette bête fraîchement capturée qui se débat dans un enclos, affolée et en colère…

C’est fichtrement beau à voir et le film respire une sorte d’authenticité : peut-être le fait d’avoir été tourné dans une partie désaffectée d’une prison en activité, avec des ex-détenus qui avaient suivi un programme similaire, peut-être aussi d’avoir été adoubé par Robert Redford, l’homme qui parle à l’oreille des chevaux et possède lui-même des troupeaux de chevaux sauvages qu’il protège… Matthias Schoenaerts est impressionnant de puissance physique et, pourtant, il parvient à exprimer à fleur de regard et de peau une émotion, une fragilité qui séduit et attache. Bruce Dern porte quant à lui délicieusement ses 82 ans, dans un rôle de vieux sage qui comprend tout et ne se lasse ni de l’humain, ni de l’animal… ni du cinéma.

 Tweet