Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film So long, my son

Prochaines séances

  • 2019-08-19 19:30
  • 2019-08-20 14:00
  • 2019-08-22 13:45
  • 2019-08-23 16:00
  • 2019-08-24 20:15
  • 2019-08-25 19:30
  • 2019-08-26 14:15
  • 2019-08-27 17:00
  • 2019-08-27 19:30
  • 2019-08-28 12:15
  • 2019-08-30 19:30
  • 2019-08-31 14:15
  • 2019-09-02 16:30
  • 2019-09-03 19:30
  • 2019-09-04 13:45
  • 2019-09-05 14:30
  • 2019-09-06 19:30
  • 2019-09-07 19:30
  • 2019-09-09 16:00

So long, my son

  • Choisissez une séance
    • Lun. 19 Août | 19:30
    • Mar. 20 Août | 14:00
    • Jeu. 22 Août | 13:45
    • Ven. 23 Août | 16:00
    • Sam. 24 Août | 20:15
    • Dim. 25 Août | 19:30
    • Lun. 26 Août | 14:15
    • Mar. 27 Août | 17:00
    • Mar. 27 Août | 19:30
    • Mer. 28 Août | 12:15
    • Ven. 30 Août | 19:30
    • Sam. 31 Août | 14:15
    • Lun. 02 Septembre | 16:30
    • Mar. 03 Septembre | 19:30
    • Mer. 04 Septembre | 13:45
    • Jeu. 05 Septembre | 14:30
    • Ven. 06 Septembre | 19:30
    • Sam. 07 Septembre | 19:30
    • Lun. 09 Septembre | 16:00
  • Réalisé par
    Wang Xiaoshuai
  • Interprété par
    Jing-chun Wang, Mei Yong, Qi Xi
  • Distributeur
    September Film
  • Langue
    chinois
  • Pays d'origine
    Chine
  • Année
    2019
  • Durée
    3 h 05
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Date de sortie
    2019-07-24

Décidément, le cinéma chinois indépendant n’a pas fini de nous épater. Après Les éternels et An elephant sitting still, voici une fresque familiale passionnante qui vient démontrer à quel point les cinéastes chinois savent articuler les petites histoires avec la grande

Incontestablement, on sent dans ce cinéma un désir très fort de raconter à hauteur humaine une histoire trop longtemps muselée par le régime, le besoin de tracer une ligne entre leur passé et le présent afin de s’approprier une mémoire et de comprendre ce qui les a menés jusqu’ici. En déployant son récit sur une trentaine d’années, So long, my son embrasse les mutations gigantesques de son pays, allant de la planification communiste dans les années 1980 au capitalisme d’État d’aujourd’hui.

Nous y suivons les histoires enchâssées de deux familles ouvrières amies, marquées par l’impact de la politique de l’enfant unique. À mesure que le visage du pays se métamorphose, les destins se séparent. Mais les deux familles restent unies par une tragédie que le temps n’efface pas. Dans cette œuvre ambitieuse et romanesque, les subtils chassés-croisés des personnages et les aller-retours dans le temps sont autant de miroirs qui agencent brillamment les relations individuelles et l’évolution d’une nation toute entière. Sa mise en scène tout en retenue saisit à merveille l’incidence du collectif sur les individus, ainsi que l’impuissance silencieuse qui hante ceux dont le pouvoir n’a que trop régenté la vie.

Émouvant mélodrame familial fait d’amour, de blessures et de rédemption, So long, my son dresse avec tendresse le portrait de ceux que la Chine a pris, trois décennies durant, dans la déferlante du changement.

 Tweet