Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Les dieux de Molenbeek

Prochaines séances

  • 2019-08-19 18:30

Les dieux de Molenbeek

  • Choisissez une séance
    • Lun. 19 Août | 18:30
  • Réalisé par
    Reetta Huhtanen
  • Distributeur
    Dalton distribution
  • Langue
    français, arabe, finnois
  • Pays d'origine
    Belgique, Allemagne, Finlande
  • Année
    2018
  • Durée
    1 h 22
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Date de sortie
    2019-07-24

Les dieux de Molenbeek se déroule dans ce quartier de Bruxelles décrié par certains et présenté comme le terreau de futurs terroristes. Reetta Huhtanen nous en offre un tout autre regard à travers l’amitié de deux gamins attachants, Amine et Aatos

Amine et Aatos ont 6 ans. Le premier est belgo-marocain, le deuxième finlando-chilien, et ils habitent le même immeuble. La réalisatrice les suit dans la découverte du monde qui les entoure. Le quartier est leur terrain de jeu et il prend une dimension particulière quand on le découvre à travers leurs yeux. Nous les suivons à l’école, aux goûters ou aux anniversaires familiaux, dans les parcs, sur les places, dans les bois ; ils se déguisent et s’inventent des histoires qui les plongent dans des univers magiques et créatifs propres à l’enfance. Ils échangent sur divers sujets, dont la religion, et se rencontrent dans leurs différences.

Puis éclatent les attentats à Bruxelles et, en réaction à ceux-ci, l’état d’urgence : une présence policière et militaire en masse, et des contrôles au faciès. La réponse des habitants du quartier est tout autre : ils se mobilisent pour la solidarité et contre la haine, et la vie continue à travers l’enthousiasme de nos deux petits protagonistes. Avec en arrière-fond la magie de l’enfance, Les dieux de Molenbeek démontre que la proximité entre deux gamins d’origine et de culture différentes est possible parce qu’ils partagent les mêmes lieux de vie. Ce film nous prouve qu’à partir d’espaces de vie communs, les relations sociales sont une extraordinaire force contre le terrorisme et le racisme, il est un appel au décloisonnement pour lutter contre la haine.


LUDIVINE FANIEL, LES GRIGNOUX

 Tweet