Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film La quietud

Prochaines séances

  • 2019-09-16 12:00
  • 2019-09-16 16:00
  • 2019-09-16 17:30
  • 2019-09-17 12:05
  • 2019-09-18 12:00
  • 2019-09-18 20:00
  • 2019-09-19 12:05
  • 2019-09-20 14:15
  • 2019-09-20 14:30
  • 2019-09-22 18:00
  • 2019-09-23 14:15
  • 2019-09-24 12:05
  • 2019-09-24 12:15
  • 2019-09-24 20:05

La quietud

  • Choisissez une séance
    • Lun. 16 Septembre | 12:00
    • Lun. 16 Septembre | 16:00
    • Lun. 16 Septembre | 17:30
    • Mar. 17 Septembre | 12:05
    • Mer. 18 Septembre | 12:00
    • Mer. 18 Septembre | 20:00
    • Jeu. 19 Septembre | 12:05
    • Ven. 20 Septembre | 14:15
    • Ven. 20 Septembre | 14:30
    • Dim. 22 Septembre | 18:00
    • Lun. 23 Septembre | 14:15
    • Mar. 24 Septembre | 12:05
    • Mar. 24 Septembre | 12:15
    • Mar. 24 Septembre | 20:05
  • Réalisé par
    Pablo Trapero
  • Interprété par
    Bérénice Bejo, Martina Gusmán, Graciela Borges
  • Distributeur
    September Film
  • Langue
    espagnol
  • Pays d'origine
    Argentine, France
  • Année
    2019
  • Durée
    1 h 57
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Date de sortie
    2019-08-28

Drame familial dont la toile de fond est l’Argentine post-dictature, La quietud est le nouveau film Pablo Trapero, figure de proue du nouveau cinéma argentin

Lorsque leur père se retrouve à l’hôpital après un AVC, Mia (Martina Gusmán) et Eugenia (Bérénice Bejo), dont les personnalités sont aussi différentes que leur ressemblance physique est prononcée, retrouvent leur mère (Graciela Borges, légende du cinéma argentin) au cœur du domaine familial situé près de Buenos Aires. Eugenia n’est pas revenue depuis de longues années et les tensions entre les deux sœurs s’installent rapidement, écorchant au passage la tribu au complet.

Comme souvent chez le cinéaste argentin, la famille parfaite révèle vite ses failles. On le voyait déjà avec le couple de Carancho (2010) et les membres de la célèbre famille d’El clan (2015), jamais n’est-on à l’abri, chez Trapero, de voir la victime passer au rang de bourreau. Cette démonstration s’applique à nouveau quand une météo capricieuse succède à la luminosité des premiers plans, plongeant les membres de la famille dans une obscurité aussi littérale que symbolique.

Le duo Bérénice Bejo/Martina Gusmán fonctionne parfaitement. Les trahisons se multiplient, convoquant une série de drames externes, bien que les tourments intérieurs soient ceux qui semblent hanter nos protagonistes. La fraîcheur du début du film n’est plus qu’un vague souvenir alors que des révélations toutes plus choquantes les unes que les autres sont dévoilées et que les fantômes du passé refont surface. Pablo Trapero reste fidèle à ses thèmes, dont celui de mettre en scène des individus en proie à leur propre moralité, reflet d’une cogitation déclenchée par notre rapport aux tabous sociaux.

 Tweet