Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film At eternity's gate

Prochaines séances

  • 2019-05-22 12:05
  • 2019-05-23 16:00
  • 2019-05-24 14:30
  • 2019-05-25 22:00
  • 2019-05-27 19:40
  • 2019-05-28 15:30

At eternity's gate

  • Choisissez une séance
    • Mer. 22 Mai | 12:05
    • Jeu. 23 Mai | 16:00
    • Ven. 24 Mai | 14:30
    • Sam. 25 Mai | 22:00
    • Lun. 27 Mai | 19:40
    • Mar. 28 Mai | 15:30
  • Réalisé par
    Julian Schnabel
  • Interprété par
    Willem Dafoe, Rupert Friend, Oscar Isaac
  • Distributeur
    The Searchers
  • Langue
    anglais
  • Pays d'origine
    États-Unis
  • Année
    2018
  • Durée
    1 h 52
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Date de sortie
    2019-04-24
  • Récompenses

    Prix d'interprétation pour Willem Dafoe à la Mostra de Venise 2018

Une approche intelligente et subtile des derniers mois de Van Gogh qui permet à Julian Schnabel de confirmer son savoir-faire et offre un rôle en or à Willem Dafoe, lauréat du prix d’interprétation à la Mostra de Venise 2018

Quelque chose de déréglé et de fébrile apparaît dès le début d’At eternity’s gate, sixième long métrage du peintre et cinéaste américain Julian Schnabel.

Le film s’attache aux dernières années de la vie de Vincent Van Gogh (Willem Dafoe), quand ce dernier décide de quitter Paris, où son art se heurte sans cesse à l’incompréhension et au rejet de ses pairs, pour se réfugier à Arles. Il veut alors trouver la lumière et la nature, mais il va y rencontrer la folie. Il peint une toile par jour, et fréquente à espaces réguliers l’hôpital psychiatrique.

C’est ce double mouvement que met en scène Julian Schnabel, peintre devenu cinéaste qui débuta sa carrière de réalisateur avec Basquiat (2006), un biopic sur le peintre, qui versait dans l’hagiographie. Rien de tel dans ce film-ci, dont l’angle cherche plutôt à traduire le rapport qu’entretint Van Gogh avec son art, dans un moment où il est sujet à des hallucinations, et à une fièvre artistique sans précédent.

Le film fascine par les partis pris narratifs et plastiques qu’il adopte pour transmettre le geste créatif – son urgence et son inassouvissement – en même temps que l’état mental par lequel il advient.

Julian Schnabel recourt pour cela à des procédés qui créent des sensations de déséquilibre (caméra portée instable et plongeante), qui brouillent la vision (le flouté utilisé jusqu’à mi-hauteur de l’image), et qui convoquent les sens (par des plans très rapprochés qui font vibrer les couleurs et miroiter la lumière). Dans At eternity’s gate, la folie le dispute à la douleur, l’allégresse à la maladie, dans un élan où tout se confond. Le film trouve, dans cette union qu’il opère, une densité lumineuse, aveuglante parfois, et donc forcément tragique.

 Tweet