Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Funan

Prochaines séances

Il n'y a plus de séances pour ce film actuellement dans nos salles

Funan

  • Choisissez une séance
  • Réalisé par
    Denis Do
  • Distributeur
  • Langue
    français
  • Pays d'origine
    Cambodge, France, Luxembourg, Belgique
  • Année
    2018
  • Durée
    1 h 23
  • Version
    Version doublée en français
  • Public
    à partir de 10 ans
    avertissement : scènes pouvant heurter la sensibilité des spectateurs
  • Date de sortie
    2019-04-24

Funan s’ouvre au Cambodge, dans les années 1970, sous la dictature khmère. En retraçant l’histoire de sa propre famille, Denis Do parle de celles de tous les Cambodgiens victimes de ce régime criminel. Une œuvre extrêmement émouvante, d’une grande force narrative, mise en image au moyen d’une sobre et délicate animation

Attention, des scènes de ce film peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes spectateurs.

Cristal du meilleur long métrage au 42e festival international du film d’animation d’Annecy, Funan n’a pas fini de faire parler de lui. Denis Do, pour la première fois aux commandes d’un long format, retrace l’histoire de sa mère. Ayant vécu sous le joug de la dictature des Khmers rouges, elle se bat durant des années pour retrouver son fils, arraché de ses bras par les « camarades » à l’installation du régime. Funan retrace les souvenirs de cette mère en lutte, et dessine au travers de ses yeux le déroulement d’une période historique mouvementée.

Des exils forcés à la mise en place d’un régime communiste autoritaire en passant par le développement de camps de travaux forcés, Denis Do nous parle de contraintes : privation de nourriture, des siens, du droit de disposer de son propre corps et, finalement, de sa propre vie. Soutenu par la simplicité de dessins aux traits forts mais délicats, le scénario ne tombe jamais dans un manichéisme simpliste et s’attache à développer des personnages secondaires forts. Denis Do réussit le pari de ne jamais tomber dans le pathos. Si son film reste émouvant, porté par la douceur des voix de Bérénice Bejo et Louis Garrel, il s’assure de ne pas susciter la pitié. Le réalisateur est un excellent conteur qui parvient à transmettre la violence en la suggérant plutôt qu’en la montrant.

 Tweet