Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film RBG

Prochaines séances

  • 2019-01-25 16:00
  • 2019-01-26 17:30

RBG

  • Choisissez une séance
    • Ven. 25 Janvier | 16:00
    • Sam. 26 Janvier | 17:30
  • Réalisé par
    Betsy West
  • Distributeur
    eOne
  • Langue
    anglais
  • Pays d'origine
    États-Unis
  • Année
    2018
  • Durée
    1h41
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Date de sortie
    2019-01-02

RBG, soit Ruth Bader Ginsburg, une femme d’exception devenue icône sur le tard, championne de l’égalité femme-homme, qui s’est hissée au sommet du système judiciaire américain, la Cour Suprême. Un documentaire inspirant, qui donne envie d’y croire

Elle a des initiales de rappeur et s’amuse volontiers qu’on la surnomme « Notorious RBG ». Il ne faudrait pas croire qu’à 84 ans passés cette femme ait ralenti son rythme. D’aucuns prétendent, et elle ne dément pas, qu’elle dort deux heures par nuit et récupère le week-end, et cela depuis… plus de 60 ans et son entrée à l’université, en faculté de droit, à Harvard, qu’elle intègre avec huit autres femmes (sur 500 étudiants) en 1956. Le doyen de l’époque trouve encore le moyen de les déconsidérer, en leur demandant pour qui elles se prennent à prendre la place de neuf pauvres hommes…

Sa vie a des allures de roman, et vaut en tout cas largement un film, documentaire dans ce cas-ci, ou fiction à venir (en mars 2019). Cette femme est une héroïne, et découvrir son parcours suscite tour à tour admiration sans borne, ébahissement devant le machisme ordinaire dont elle a fait l’objet, et conscience politique.

C’est quand elle veut devenir avocate, dans le New York des années 1960, qu’elle mesure l’ampleur des discriminations dont les femmes sont victimes. C’est bien simple : elle ne trouve pas de boulot. Juriste éminente, avocate en devenir, aucun cabinet ne veut l’engager. Rien qu’y penser et les voilà qui tremblent sur leurs bases, comme le raconte un de ses vieux amis.

De cette prise de conscience de l’injustice, elle développe une théorie du « petit pas ». Le système américain favorise ce type d’approche qui fonctionne par jurisprudence sur laquelle les jugements successifs s’appuient. Elle commence alors à prendre plusieurs cas d’injustices flagrantes, subies par des femmes… ou des hommes (beaucoup plus faciles à défendre devant un parterre exclusivement masculin, mais qui fait aussi bien avancer la cause de l’égalité, notamment salariale !).

Bon, on ne va pas tout vous raconter de cette foisonnante vie, de sa militance en faveur de l’avortement en passant par ses sorties anti-Trump : il faut aller voir par vous-mêmes. Croyez-nous, vous ressortirez de la salle avec la conscience de la fragilité de certaines avancées et l’envie ferme d’apporter sa petite pierre vers plus de justice et d’égalité. Ruth Bader Ginsburg est un exemple inspirant, une femme capable d’éveiller ou de réveiller les esprits, et une des dernières voix progressistes à la Cour Suprême…

CATHERINE LEMAIRE, LES GRIGNOUX

 Tweet