Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Au bout des doigts

Prochaines séances

Il n'y a plus de séances pour ce film actuellement dans nos salles

Au bout des doigts

  • Choisissez une séance
  • Réalisé par
    Ludovic Bernard
  • Interprété par
    Jules Benchetrit, Lambert Wilson, Kristin Scott Thomas, Karidja Touré.
  • Distributeur
    ABC Distribution
  • Langue
    français
  • Pays d'origine
    France
  • Année
    2018
  • Durée
    1h46
  • Version
    Version originale en français
  • Date de sortie
    2018-12-26

Une belle histoire de seconde chance à travers la rencontre d’un petit délinquant musicien virtuose à ses heures perdues et d’un directeur de conservatoire qui veut lui donner l’opportunité de devenir ce qu’il rêve d’être

Pierre (Lambert Wilson) observe, médusé, un jeune homme penché sur un piano de gare mis à disposition du public. Ce dernier, Mathieu, semble complètement absorbé dans une interprétation virtuose de Beethoven. Au moment où quelques policiers repèrent le jeune homme, il décampe prestement, laissant Pierre à son ébahissement.

Mais Pierre, habitué des gares, et Mathieu, aimanté par les pianos qui se présentent à lui, se recroisent sur les mêmes lieux. Ces deux-là ont quelque chose à faire ensemble…

L’homme classieux n’est rien moins que le directeur artistique du Conservatoire de Paris. Il occupe un poste prestigieux, et s’il n’avait pas une fêlure qui le fragilise et lui donne une sensibilité à fleur de peau, sans doute serait-il resté un homme pressé et austère aux hautes destinées toutes tracées, un homme qui serait passé sans s’arrêter devant le talent sauvage et malpoli du jeune délinquant.

Mais ce gamin revêche et irrévérencieux le fascine ; il y voit un génie contrarié dont le monde risque d’être privé s’il n’intervient pas. Il est prêt à l’épauler et lui faciliter une carrière à laquelle il semblait voué dès l’enfance.

Mathieu, quant à lui, ne saisit pas la chance qui lui tombe dessus, et il lui faut encore un coup de semonce sérieux, sous la forme d’une arrestation suite à un cambriolage, pour qu’il se décide à faire appel à son bienfaiteur.

Qu’est-ce qu’il lui veut, cet homme-là ? Eh bien, il veut tenter un coup, mettre sa carrière en jeu, bousculer les règles et faire de Mathieu son poulain, celui qu’il présentera à un prestigieux concours (l’équivalent français d’un Reine Elisabeth) qui pourrait lui ouvrir grandes les portes d’une carrière magistrale.

Mathieu, rétif mais obligé par le juge de prester des heures d’intérêt général au conservatoire, devient plus clément lorsqu’il y rencontre une jeune violoncelliste, et par là, tout un monde auquel il ne connaît rien : les jeunes musiciens, généralement bien nés, avec leurs petits problèmes presque inoffensifs d’étudiants.

De fil en aiguille, nous comprendrons mieux comment Mathieu a appris le piano, mais aussi pourquoi il n’a pas pu poursuivre. Le déterminisme social est malheureusement passé par là.

Au bout des doigts se regarde comme un conte généreux. Il ne dupera personne sur l’improbabilité de sa situation de départ, mais sa bienveillance fait du bien. Un chouia prévisible, comme beaucoup de films d’apprentissage, il n’en reste pas moins une belle histoire où les personnages sont plus complexes qu’il n’y paraît de prime abord et où la banlieue est loin de cette imagerie cynique de violences sordides qu’on lui prête trop souvent.

Et malgré la sévérité de la prof (Kristin Scott Thomas) et son approche très rigide de l’apprentissage, qu’est-ce que ça donne envie d’apprendre un instrument !

LES GRIGNOUX

 Tweet