Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Une affaire de famille

Enseignant

Ce film est disponible également en matinées scolaires

Prochaines séances

  • 2019-01-20 17:45
  • 2019-01-20 20:15
  • 2019-01-21 16:15
  • 2019-01-21 18:00
  • 2019-01-21 20:00
  • 2019-01-22 17:30
  • 2019-01-22 17:30
  • 2019-01-22 22:00
  • 2019-01-23 12:10
  • 2019-01-24 12:00
  • 2019-01-25 22:15
  • 2019-01-26 17:30
  • 2019-01-27 20:15
  • 2019-01-28 14:30
  • 2019-01-28 17:45
  • 2019-01-29 12:10
  • 2019-01-29 20:15

Une affaire de famille

  • Choisissez une séance
    • Dim. 20 Janvier | 17:45
    • Dim. 20 Janvier | 20:15
    • Lun. 21 Janvier | 16:15
    • Lun. 21 Janvier | 18:00
    • Lun. 21 Janvier | 20:00
    • Mar. 22 Janvier | 17:30
    • Mar. 22 Janvier | 17:30
    • Mar. 22 Janvier | 22:00
    • Mer. 23 Janvier | 12:10
    • Jeu. 24 Janvier | 12:00
    • Ven. 25 Janvier | 22:15
    • Sam. 26 Janvier | 17:30
    • Dim. 27 Janvier | 20:15
    • Lun. 28 Janvier | 14:30
    • Lun. 28 Janvier | 17:45
    • Mar. 29 Janvier | 12:10
    • Mar. 29 Janvier | 20:15
  • Titre original
    Manbiki kazoku
  • Réalisé par
    Hirokazu Kore-eda
  • Interprété par
    Lily Franky, Sakura Andô, Mayu Matsuoka
  • Distributeur
    September Film
  • Langue
    japonais
  • Pays d'origine
    Japon
  • Année
    2018
  • Durée
    2h01
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Date de sortie
    2018-12-12
  • Récompenses

    Palme d’or au festival de Cannes 2018

Depuis ses débuts avec Nobody Knows jusqu’à Notre petite sœur, Kore-eda fait partie des cinéastes qui filment le mieux les relations familiales. Une affaire de famille nous plonge dans le quotidien d’une tribu de bras cassés qui recueille une fillette maltraitée. Un acte de charité qui ne sera pas sans conséquence sur le fragile équilibre qui les maintenait jusque-là debout. Palme d’or au festival de Cannes 2018

Dans un grand magasin, Osamu et son fils Shôta défilent dans les rayons en s’échangeant codes et signaux avant de chaparder les courses du jour. L’affaire est bien rôdée et ne prend que quelques minutes. C’est que chez les Shibata, les fins de mois sont plutôt difficiles. Osamu est journalier. Sa compagne ne touche qu’un maigre salaire. Il faut en plus nourrir la belle-sœur (qui bosse dans un peep-show) et la grand-mère. Tout ce petit monde s’entasse dans une maison minuscule où règne un joyeux bordel et où on se balance gentiment des vannes à la figure. Cette précarité ne va pas les empêcher de recueillir Yuni, une gamine qui semble avoir été maltraitée par ses parents. La famille Shibata débat bien pendant quelques minutes pour savoir si ce geste salvateur ne serait quand même pas un peu illégal, mais la fillette a des airs de chaton perdu et il serait sans doute inhumain de la remettre à la rue par ce froid de canard. C’est clair, il y a une place à prendre dans cette tribu pour Yuni qui, aux côtés de cette étrange famille d’adoption, va bien vite se roder à leur spécialité : la rapine. Jusqu’au moment où cette très belle harmonie va voler en éclats, ramenant à la surface les secrets enfouis de chacun.

Kore-eda filme leur quotidien à la manière d’un documentariste, soignant particulièrement sa mise en scène et s’entourant de fabuleux comédiens (on retrouve ici Lily Franky, fidèle du réalisateur, et la fabuleuse Kirin Kiki qu’on a pu voir dans Les délices de Tokyo). Entrer dans son univers, c’est un peu faire un séjour en immersion complète dans un Japon contemporain et souvent mélancolique. Cette précision maniaque du détail l’autorise dès lors à se concentrer sur ce qui fait la force de ses films : les relations humaines. Le cinéaste est un véritable raconteur d’histoires. Il tisse des liens évidents entre ses personnages, pour mieux les détricoter par la suite, bousculant le spectateur en le confrontant à un dénouement qui lui fait dès lors comprendre que tout ce qu’il avait saisi jusque-là n’était en fait qu’une illusion parfaitement orchestrée.

LAURENCE HOTTART, LES GRIGNOUX

Enseignantes, enseignants, ce film est également proposé en matinée scolaire à Liège : infos et réservation ici 


Enseignantes, enseignants, ce film est également proposé en matinée scolaire à Namur : infos et réservation ici

 Tweet