Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Marcher sur l'eau

Prochaines séances

Pas de séances programmées pour ce film dans nos salles pour l'instant.

Marcher sur l'eau

  • Réalisé par
    Aïssa Maïga
  • Distributeur
    Anga Productions
  • Langue
    français
  • Pays d'origine
    Niger/France
  • Année
    2021
  • Durée
    1 h 30
  • Version
    Version française
  • Type
    Documentaire
  • Date de sortie
    2022-01-26

Avec Marcher sur l’eau, Aïssa Maïga réalise un documentaire engagé sur la difficulté pour certaines populations d’avoir accès à l’eau dans le contexte du réchauffement climatique. Une petite piqure de rappel nécessaire

Au nord du Niger, le village de Tatiste, victime du réchauffement climatique, se bat pour avoir accès à l’eau. Chaque jour, Houlaye, 14 ans, comme d’autres jeunes, marche des kilomètres pour aller puiser l’eau, essentielle à la vie du village. Cette tâche quotidienne les empêche, entre autres, d’être assidus à l’école. L’absence d’eau pousse également les adultes à quitter leur famille chaque année pour aller chercher au-delà des frontières les ressources nécessaires à leur survie. Pourtant, cette région recouvre dans son sous-sol un lac aquifère de plusieurs milliers de kilomètres carrés. Il suffirait d’un forage pour apporter l’eau tant convoitée au centre du village et offrir à tous une vie meilleure…

L’écologie inspire un nombre croissant de cinéastes qui se lancent dans des films engagés, éminemment sincères mais manquant souvent de cinéma, comme prisonniers du message à faire passer. Aïssa Maïga évite non sans superbe cet écueil avec ce long métrage documentaire pour lequel elle a posé sa caméra pendant deux années dans ce village nigérian. Marcher sur l’eau est l’inverse d’un documentaire scolaire : pas de voix-off redondante ou d’interviews explicatives face caméra, mais la foi en un récit, en des personnages forts (la charismatique ado de 14 ans, au centre de l’histoire), et en son désir d’injecter à l’image de la beauté dans cette tragédie. Le (beau) film d’une (vraie) cinéaste. Mention spéciale à la musique originale composée par Uèle Lamore qui magnifie le récit.

Fiche PDF du film

 Tweet