Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Compartiment N°6

Prochaines séances

  • 2022-01-26 12:00
  • 2022-01-26 12:00
  • 2022-01-26 18:15
  • 2022-01-26 20:00
  • 2022-01-27 14:15
  • 2022-01-27 20:45
  • 2022-01-28 18:15
  • 2022-01-28 20:00
  • 2022-01-29 17:45
  • 2022-01-29 20:15
  • 2022-01-30 17:30
  • 2022-01-30 20:30
  • 2022-01-31 14:30
  • 2022-01-31 18:30
  • 2022-02-01 12:00
  • 2022-02-01 19:45
  • 2022-02-02 18:15
  • 2022-02-02 20:30
  • 2022-02-03 17:30
  • 2022-02-03 20:45
  • 2022-02-04 14:00
  • 2022-02-04 20:15
  • 2022-02-05 12:00
  • 2022-02-05 19:45
  • 2022-02-06 13:45
  • 2022-02-06 17:45
  • 2022-02-07 18:15
  • 2022-02-07 20:45
  • 2022-02-08 14:00
  • 2022-02-08 16:00
  • 2022-02-09 18:00
  • 2022-02-10 18:30
  • 2022-02-10 20:00
  • 2022-02-11 12:00
  • 2022-02-11 18:15
  • 2022-02-11 20:30
  • 2022-02-12 19:30
  • 2022-02-13 16:00
  • 2022-02-13 20:15
  • 2022-02-14 14:30
  • 2022-02-14 15:45
  • 2022-02-14 18:00
  • 2022-02-15 13:30
  • 2022-02-15 18:15
  • 2022-02-16 13:45
  • 2022-02-16 19:45
  • 2022-02-17 12:10
  • 2022-02-17 18:15
  • 2022-02-18 16:00
  • 2022-02-18 17:15
  • 2022-02-20 13:30
  • 2022-02-20 20:30
  • 2022-02-21 16:30
  • 2022-02-21 17:15
  • 2022-02-22 19:45
  • 2022-02-23 16:20
  • 2022-02-24 14:00
  • 2022-02-25 14:00
  • 2022-02-26 18:30
  • 2022-02-28 11:00

Compartiment N°6

  • Réalisé par
    Juho Kuosmanen
  • Interprété par
    Seidi Haarla, Yuriy Borisov, Dinara Drukarova
  • Distributeur
    September Film
  • Langue
    finnois et russe
  • Pays d'origine
    Finlande/Russie/Estonie/Allemagne
  • Année
    2021
  • Durée
    1 h 47
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Type
    Drame
  • Date de sortie
    2022-01-26

Le deuxième long métrage de Juho Kuosmanen (après Olli Mäki) ressemble à une parenthèse. Celle dans laquelle on s’installe pour quelques jours ou quelques heures, le temps d’un voyage. En racontant la rencontre entre Laura et Vadim dans un compartiment du train qui relie Moscou à Mourmansk, le réalisateur finlandais nous rappelle que la vie peut parfois nous offrir des moments à la fois éphémères et tellement beaux qu’ils bouleversent notre vie. Grand prix du Jury à Cannes

C’est un scénario qui pourrait tenir sur une feuille A4 : un homme et une femme qui ne se connaissent pas sont contraints de partager le même compartiment dans un train qui traverse la Russie. Laura, jeune Finlandaise installée à Moscou, a programmé un voyage vers Mourmansk (la plus grande ville au-delà du cercle polaire), célèbre pour ses pétroglyphes (des gravures sur pierre). Elle se voit obligée de partager son wagon-lit avec Vadim, un Russe aux manières plus que douteuses. Leur rencontre se place de prime abord sous le signe de la peur. Dès leur premier échange, le jeune homme se montre entreprenant et vulgaire. Mais le train est complet et la jeune femme est obligée de rester avec son compagnon de route. Petit à petit, la gêne du départ se transforme en un curieux sentiment : Laura est intriguée par son colocataire éphémère. Elle finit par voir plus loin que sa vulgarité initiale. Au fil de l’avancée du train et des arrêts de celui-ci dans la Russie enneigée, les deux jeunes gens se dévoilent l’un à l’autre.

Compartiment N°6 est donc l’histoire d’une rencontre entre deux voyageurs, mais aussi une rencontre avec la Russie, que le film nous fait découvrir au long des kilomètres parcourus par le train. Car Laura observe tout, s’interroge, regarde et imprime les images que lui offre ce voyage. Avec sa petite caméra, elle capte, comme autant de souvenirs, les moments qui la nourrissent et qui construisent ce voyage singulier.

Sous des allures plutôt épurées, Compartiment N° 6 est une sorte de voyage initiatique et sensoriel. La mise en scène de Kuosmanen, intelligente et subtile, nous fait oublier qu’il s’agit d’un presque huis-clos. Sa caméra, très proche des acteurs, capte les visages, s’égare dans les rues de villages perdus au bout de la terre, nous fait découvrir des personnages chaleureux et hauts en couleur, et la dernière partie du film nous illumine par sa grâce, son romantisme et sa finesse. Le cinéma finlandais est rare, et il est d’autant plus exceptionnel quand il arrive jusqu’à nos salles : ne loupez pas cette petite perle du Grand Nord !

 

LAURENCE HOTTART, les Grignoux

Fiche PDF du film

 Tweet