Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page Acheter ce dossier

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par Les Grignoux et consacré au film
Donne-moi des ailes
de Nicolas Vanier
France, 2019, 1h53

Ce dossier pédagogique consacré au film Donne-moi des ailes de Nicolas Vanier, comprend quatre grandes parties.
La première s'attache au projet du personnage principal, Christian, qui mérite d'être explicité et discuté. La seconde propose une réflexion sur les rapports entre la réalité et le film qui prend évidemment certaines libertés avec les faits authentiques. La troisième partie reviendra précisément sur l'importance de la fiction cinématographique et sur ce qu'elle apporte aux spectateurs et spectatrices. Enfin, on s'interrogera dans la dernière partie sur la notion de biodiversité.

L'extrait proposé ici est tiré de la seconde partie qui s'intéresse aux rapports entre le film et la réalité dont il est inspiré.

Une histoire basée sur des faits réels

Le film s’inspire de l’expérience menée par Christian Moullec, qui a développé une méthode pour voler avec les oiseaux, en se basant, comme on l’a vu, sur le principe d’imprégnation. Mais si le film se base largement sur cette expérience, il prend aussi beaucoup de distance avec la réalité des faits passés. Identifier les éléments totalement fictifs ou purement cinématographiques par opposition aux éléments véridiques répond certainement à un questionnement spontané des spectateurs.

Concrètement

Dans un premier temps, invitons les participants à formuler des hypothèses sur ce qui dans le film correspond à l’expérience de Christian Moullec et sur ce qui a été inventé.

On pourra présenter l’activité comme ceci:

Juste avant que le film commence, on a pu lire sur l’écran: «L’histoire que raconte ce film est inspirée d’une aventure vécue».
À votre avis, qu’est-ce qui correspond vraiment à l’aventure vécue et qu’est-ce qui a été inventé ou imaginé ou ajouté pour ou dans le film ?

On prendra note des éléments de réponses au tableau en mentionnant : «véridique» ou «inventé» ou encore « ? » (Le point d’interrogation signifie bien sûr : « On ne sait pas, c’est difficile à dire… »

Par exemple, on pourrait recueillir des éléments comme :

  • Les oies ont été accompagnées par un ULM;
  • C’est un adolescent qui pilotait l’ULM;
  • Les oies ont été habituées au bruit du moteur dès avant l’éclosion des oeufs;
  • L’expérience a été menée sans les autorisations nécessaires, sans l’aval d’une instance scientifique;
  • Une oie d’une autre espèce faisait accidentellement partie du groupe;
  • Le voyage commence en Norvège au-delà du cercle polaire pour rejoindre la Camargue;
  • L’ULM et les oies ont rencontré un violent orage au-dessus de la mer du Nord;
  • La personne qui accompagnait les oies a dû voler de la nourriture et du carburant;
  • Les oies ont retrouvé le chemin de la Laponie l’année suivante;
  • Etc.

Dans un deuxième temps, invitons les participants à confronter leurs hypothèses, en recherchant des informations sur « l’aventure vécue », c’est-à-dire l’expérience de Christian Moullec.

Photo filmOn peut recueillir pas mal d’informations en menant une recherche sur internet.

Cette recherche pourra se faire en groupe ou individuellement, à l’école ou à domicile.

Chaque participant ou chaque groupe cherchera la réponse à une question du type « est-ce un adolescent qui a piloté l’ULM ? » en fonction des différents éléments à vérifier.

Cette recherche permettra naturellement de collecter d’autres informations. Une fois que l’on a trouvé une source qui parle de ce sujet, on trouvera plusieurs réponses à plusieurs questions.

On encouragera également les participants à croiser les sources, c’est-à-dire à consulter plusieurs sources pour vérifier les informations.

On procédera ensuite à une mise en commun. Au cours de cette mise en commun, on pourra commenter les sources que l’on a consultées.

Commentaires

Les informations

L’expérience a réellement été menée par Christian Moullec, avec un ULM, après une phase d’imprégnation minutieuse. (Les «robes de bure» ont réellement été utilisées.) Christian Moullec a fait le voyage avec sa femme et non pas avec son fils, ni aucun autre adolescent.

Photo filmLes oies constituaient un groupe homogène : des oies naines. Pas d’intruse parmi elles ! (Moullec évoque l’approche occasionnelle d’un autre migrateur en plein vol, mais c’est anecdotique.)

Le voyage de Moullec n’était pas aussi long que celui réalisé dans le film : parti du sud de la Suède (et non du nord de la Norvège), il a conduit ses oies sur un site d’hivernage proche du Rhin. (Mais où exactement ?)

L’expérience a duré plusieurs mois.

Christian Moullec évoque les difficultés administratives auquelles il a été confronté, mais son voyage ne s’est pas fait dans l’illégalité comme celui du film! Sans être chargé d’une mission par une instance scientifique, Moullec a, semble-t-il, travaillé avec un institut suédois de protection de la nature et des amis biologistes. Il semblerait que les oies naines que Moullec a conduites ont retrouvé leur habitat en Scandinavie l’année suivante, marquant ainsi le succès de son expérience.

Les sources

Toutes sortes de sources peuvent être consultées pour trouver ce type d’informations. Mais l’habitude de faire des recherches de ce genre, associée au bon sens, permet d’évaluer rapidement ces sources.

Photo filmAinsi, celles qui se réfèrent au film Donne-moi des ailes, évoquent naturellement l’expérience de Christian Moullec. Mais ces sources, assez généralistes, comme les quotidiens qui évoquent le tournage, s’informent elles-mêmes par le dossier de presse du film, c’est-à-dire une source unique et construite par les producteurs du film… Les informations sont assez superficielles et redondantes.

On peut aussi consulter le site de l’association créée par Christian Moullec (dont on voit qu’il se consacre aussi à organiser des vols payants pour partager cette expérience de « voler avec les oiseaux »… comme d’autres proposent de « nager avec les dauphins »… ) où, à défaut d’un récit détaillé de son expérience avec les oies naines, on pourra consulter des photos qui permettent de se faire une idée de la réalité du travail de Moullec avec les oiseaux.

La source la plus complète et la plus fiable, semble-t-il, est le site de l’éditeur Transboréal qui publie un texte de Christian Moullec lui-même. Ce texte ne semble pas enjoliver l’expérience outre mesure; il apporte des informations complémentaires, notamment en relation avec le temps de l’expérience : collecte des oeufs auprès d’éleveurs, incubation, 4 semaines d’imprégnation, puis voyage vers la Suède. Là, l’équipe passe plusieurs semaines d’été près d’un lac où les jeunes oies apprennent à voler à côté de l’ULM. La migration démarre en septembre et il faudra 5 semaines pour arriver à destination.

Affiche du film


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier