Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page Acheter ce dossier

Extrait dossier pédagogique
réalisé par Les Grignoux et consacré au dessin animé
Zébulon le dragon
un programme de 40 mn comprenant
Zébulon le dragon de Max Lang,
Grande-Bretagne, 2018, 26mn
précédé de deux courts métrages
Cycle de Sophie Olga de Jong et Sytske Kok
Pays-Bas, 2019, 2mn15
et Cœur fondant de Benoît Chieux
France, 2019, 11mn

Le dossier pédagogique consacré au programme Zébulon le dragon comprend plusieurs parties.
La première animation proposée reviendra sur les souvenirs laissés par le film, en particulier du moyen métrage Zébulon le dragon, et veillera à en améliorer la compréhension. La dimension parodique de ce conte en images sera plus particulièrement envisagée.
On s’attachera ensuite aux caractéristiques graphiques du film qui méritent un peu d’analyse, en comparaison notamment avec d’autres films ou dessins animés mettant en scène des princes et des dragons!
L’animation suivante prêtera une attention particulière au travail sur les dialogues (ou monologues!). Quelques exercices simples sur les rimes et assonances pourront être réalisés avec les enfants.
Enfin, l’on reviendra sur les deux courts métrages proposés en ouverture du programme pour en souligner l’une ou l’autre caractéristique remarquable.

L'extrait proposé ci-dessous est tiré de la première partie du dossier.

Se souvenir du film, comprendre le film

On s’intéressera de manière privilégiée au moyen métrage Zébulon le dragon qui termine le programme, qui est bien sûr plus long que les deux courts-métrages (qui le précèdent en ouverture du programme) et qui aura certainement le plus marqué la mémoire des jeunes spectateurs. L’objectif sera à la fois de rafraîchir la mémoire des enfants et d’améliorer la compréhension du film. L’animation proposée devrait également attirer l’attention des enfants sur des éléments significatifs qui auront pu être négligés ou seront restés inaperçus (comme la taille du petit dragon qui grandit).

Concrètement

Image dessin animéDès le retour en classe, on demandera naturellement aux enfants s’ils ont apprécié le film, s’ils ont ri ou s’ils ont eu peur, s’ils ont trouvé Zébulon et la princesse Perle sympathiques ou antipathiques, s’ils ont tout compris à l’histoire…

Mais savent-ils tous ce qu’est un dragon ? Où voit-on des dragons ? Dans la réalité ? Non bien sûr, seulement dans les livres et à la télévision ou au cinéma ! Se souviennent-ils d’avoir déjà vu d’autres dragons ?

Et une princesse ? Savent-ils vraiment ce que c’est ? En ont-ils déjà vu une ? Là aussi, il faudra faire une distinction entre les princesses qu’on voit dans les livres ou à l’écran, et celles qui existent pour de « vrai ». Dans les livres, les princesses vivent dans des châteaux et portent des couronnes sur la tête, elles sont très généralement jeunes et jolies et se marient le plus souvent avec un prince charmant… Dans la réalité, les princesses sont des femmes (relativement) ordinaires qui portent rarement couronne et robe longue…

Venons-en maintenant au film lui-même.

Les étapes du récit

[Cette animation est disponible dans le dossier imprimé.]

La parodie

Voici une notion bien compliquée : la parodie ! Ici aussi il ne s’agira pas de donner une explication compliquée des mécanismes de la parodie qui échapperaient totalement aux enfants de maternelle. L’on procédera de manière beaucoup plus intuitive en insistant sur la dimension comique du film, qui, on l’espère, aura été perçue par les jeunes spectateurs. Partons d’une question simple aux enfants :

Est-ce que vous avez ri pendant le film ? Certains moments vous ont-ils paru comiques ? Ou au contraire, avez-vous eu peur ?

On peut penser à différentes scènes comme :

  • Au début du film, Zébulon lance sa langue vers un insecte mais sa langue reste collée au rocher : il a mal visé !
  • Quand les jeunes dragons apprennent à voler, l’un d’entre eux est poussé dans le vide.
  • En volant, Zébulon se cogne contre un arbre et se fait mal au nez.
  • Lorsque les jeunes dragons apprennent à rugir, c’est le plus petit qui rugit le plus fort avec un rugissement très grave.
  • Zébulon qui s’est battu avec un camarade est envoyé dans le coin…
  • Zébulon et un autre dragon jouent à celui qui crachera du feu le plus fort !
  • Zébulon, perché en haut d’une tour, essaie de capturer une princesse, mais elle se défend et lui donne un coup de pied. Il doit la lâcher.
  • Dans le château de Perle, Zébulon est surpris par les gardes (avec des hallebardes !) et il doit s’enfuir. Il passe par la fenêtre et tombe sur un tas de fumier !
  • La princesse Perle soigne les dragons et passe une grenouille sur la longue langue (pleine de points blancs !) de l’un d’entre eux. Elle trouve un écureuil dans la narine d’un autre !
  • Il y a un grand combat entre Zébulon et le chevalier Tagada…
  • Mais Perle intervient. Elle ne veut pas de bagarre. Elle veut devenir docteur. Et puis le chevalier Tagada aussi. Et Zébulon aimerait être ambulancier !

Il se peut que certains enfants — notamment les plus petits — aient été impressionnés par certaines images ou certaines séquences du film. Dans ce cas, l’on insistera sur le fait que tout cela est « pour rire » : il n’arrive rien de grave à Zébulon, même s’il se brûle le bout de l’aile ou s’il se fait mal au nez, et, à la fin, tout le monde se réconcilie et les trois personnages principaux, Zébulon, Perle et Tagada, partent ensemble vers de nouvelles aventures médicales ! Dans ce cas, l’essentiel sera de faire prendre conscience à ces petits spectateurs que l’ambiance générale est au rire.

Drôle de dragon !

Avec les plus grands (ou les plus avertis !) qui auront perçu au moins en partie l’aspect comique du film, l’on essaiera d’aborder la parodie avec des comparaisons très simples :

  • Avez-vous déjà vu ou entendu parler d’autres dragons que Zébulon ?
  • D’habitude est-ce que les dragons sont gentils ? ou plutôt méchants ?
  • Est-ce que les gens ont peur des dragons habituellement ? Pourquoi ?
  • Est-ce que vous croyez que les dragons vont à l’école ?
  • Que se passe-t-il quand un dragon crache le feu ? Est-ce que c’est effrayant ?

Pour répondre à ces questions, les enfants pourront s’appuyer sur l’une ou l’autre illustration qu’ils auront peut-être déjà entr’aperçue à l’une ou l’autre occasion. L’on trouvera facilement sur Internet de multiples exemples de dragons plus ou moins effrayants, plus ou moins menaçants. L’on suggère ici d’utiliser par exemple l’affiche du film Shrek avec en arrière-plan un énorme dragon qui crache du feu : cette image n’est heureusement pas trop effrayante même si le caractère menaçant du monstre est bien présent.

Une autre illustration possible pourra provenir de la peinture classique et des multiples représentations de Saint Georges terrassant le dragon. Si les œuvres de Carpaccio ou de Rubens sont particulièrement brutales, celles de Raphaël (il y en a au moins deux versions) peuvent être montrées à de jeunes enfants (ci-dessous).

Image Raphaël

Le monde de l’Héroic Fantasy (jeux vidéos, albums, bandes dessinées…) offre également un grand nombre de représentations plus ou moins effrayantes de dragons.

Dans les représentations occidentales, dominées par la figure de saint Georges, le dragon est un animal à la fois néfaste, répugnant et menaçant. Et il crache du feu même si l’origine de cette légende n’est pas vraiment connue.

Zébulon ne ressemble évidemment pas à de tels dragons : il vole mais se fait mal et pleure comme un petit enfant; il crache du feu mais il se brûle lui-même; il doit enlever une princesse mais il n’a pas l’intention de lui faire du mal; il se bat avec un chevalier mais finalement le combat est interrompu par Perle avant qu’il n’y ait des blessés ou des morts ! C’est une histoire de dragons mais pour rire ! Et l’on peut parler de parodie même si les enfants ne comprendront que très partiellement le sens de ce mot. On soulignera cependant le contraste entre les dragons « habituels », généralement effrayants, et Zébulon le dragon qui est sympathique et qui nous fait rire !

Drôle de princesse !

L’on peut alors passer à un second élément de parodie bien visible dans Zébulon le dragon, à savoir la princesse Perle. Demandons aux enfants si Perle ressemble aux princesses qui apparaissent habituellement dans les contes, albums, dessins animés, légendes… En quoi Perle est-elle différente ?

Quelques questions devraient faciliter la réflexion des enfants :

  • Comment est-ce que Perle se conduit avec Zébulon ? Est-ce que les princesses agissent de cette manière-là avec les dragons ?
  • Est-ce que Zébulon sait que Perle est une princesse ? Quand est-ce qu’il l’apprend ? Pourquoi Perle ne montre-t-elle pas tout de suite sa couronne ?
  • À la fin de l’histoire, que fait Perle ? Comment intervient-elle dans la grande bagarre entre Zébulon et le chevalier Tagada ? À la fin du film, est-ce qu’elle reste une princesse ? Que veut-elle faire ou devenir ?

Image dessin animéPerle n’a évidemment pas peur de Zébulon et elle le soigne à au moins deux reprises. Mais surtout, elle ne veut pas se conduire comme une princesse. On ne dit d’ailleurs pas au début du film qu’elle est une princesse : on parle seulement d’une « petite fille ».

Ce qu’elle aime manifestement, c’est soigner les petits bobos comme quand elle met un sparadrap sur le nez de Zébulon ou qu’elle lui donne une pastille de menthe rafraîchissante quand il a mal à la gorge.

Au château, si l’on se souvient bien, elle soigne le ventre d’un ours en peluche comme si elle était chirurgienne alors que la gouvernante — si du moins il s’agit bien d’une gouvernante ! — veut qu’elle fasse de la broderie sur un coussin… Mais ça ne lui plaît manifestement pas. Elle va plutôt aller soigner l’aile roussie de Zébulon ! Et elle n’aime pas les robes qu’on veut lui faire mettre ! Finalement elle s’enfuit du château, et c’est là qu’elle révèle à Zébulon qu’elle est une princesse. Et loin d’être effrayée par Zébulon, elle s’enfuit en riant avec lui !

Plus tard, elle intervient dans la grande bagarre entre Zébulon et le chevalier Tagada. Elle trouve qu’ils sont tous les deux stupides, car elle, ce qu’elle veut c’est être docteur. Voilà ce qu’elle dit exactement à ce propos :

Image dessin animéJe ne veux pas être une princesse
Mener une vie de tralala
Je ne veux pas habiter un palais
Et porter une couronne et des robes à falbalas
Je veux devenir docteur
Voyager de par les terres et les mers
Soigner les misères
Écouter les cœurs
Soulager peines et douleurs

Voilà donc une princesse surprenante, bien différente des princesses qu’on trouve habituellement dans les contes !

On peut à ce propos demander aux enfants pourquoi, à leur avis, Perle préfère être docteur plutôt qu’une princesse : qu’est-ce qu’elle trouve d’attirant dans le métier de docteur et d’ennuyeux ou d’inintéressant dans le rôle de princesse ? Les enfants ont-ils un avis à ce propos ?

On peut suggérer quelques réponses à ce propos : une princesse ne fait pas grand-chose, elle se contente de porter des robes à falbalas et d’attendre le prince charmant ou le chevalier qui la délivrera… Un docteur ou une doctoresse fait en revanche beaucoup de choses comme on le voit dans le film : elle soigne les bobos, guérit les malades, soulage les peines et douleurs. Elle agit, elle fait des choses et elle est utile, ce qui n’est pas vraiment le cas d’une princesse. Enfin, Perle veut, avec l’aide de Zébulon, devenir « docteur volant »; autrement dit, elle va beaucoup voyager pour soigner les gens plutôt que de rester enfermée dans un château ou dans un donjon !

Perle ne nous fait sans doute pas rire comme Zébulon, mais elle est différente des princesses habituelles, elle est originale !

Prolongement

[Ce prolongement est disponible dans le dossier imprimé.]

Image dessin animé


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier