Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
affiche du dossier Green Book

Thématiques abordées

Histoire
Société
Politique

Aspects du film analysés

Sens du film
Personnages

Mots-clés

ségrégation
racisme
États-Unis
Afro-Américains Afroaméricains
Noirs américains
droits civiques



Green Book

de Peter Farrelly

  • Indication
    États-Unis, 2018, 2 h 10
  • Genre
    Drame/Comédie, Historique
  • Public scolaire
  • Langue
    version originale anglaise
  • Format
    28 pages, 210 x 297, 6.30€
Acheter ce dossier Consulter un extrait

Avec Green Book, Peter Farrely, un réalisateur habitué des comédies et autres films romantiques, marque un changement dans sa carrière. Conservant l’humour présent dans ses précédentes réalisations, il nous offre un premier biopic, une première œuvre cinématographique de fiction basée sur l’histoire d’un personnage qui a véritablement existé. Et c’est la consécration ! Le film reçoit l’Oscar du meilleur film, du meilleur scénario original et l’acteur Mahershala Ali le prix du meilleur second rôle.
L’histoire se déroule en 1962 aux États-Unis en pleine période de ségrégation raciale. Tony «Lip» Vallelonga, un Italo-Américain, est à la recherche d’un nouvel emploi suite à la fermeture du club Copacabana dans lequel il exerçait en tant que videur. Il fait alors la rencontre du pianiste Don Shirley qui lui propose de l’accompagner comme chauffeur lors de sa tournée dans les États du Sud. Pour pouvoir entamer ce périple sereinement, les deux hommes ont besoin du «Green Book», un guide de voyage à destination de la communauté noire. En effet, Don est afro-américain. Sans l’aide de ce manuel, il risquerait de violer, même involontairement, les multiples règles de la discrimination raciale qui régnait alors dans le sud des États-Unis, et il s’exposerait ainsi à la brutale répression de la police ou plus largement de la population blanche. Le pianiste a besoin de cet ouvrage pour pouvoir circuler sans trop de danger dans cette partie des États-Unis profondément raciste…
La ségrégation raciale à laquelle seront confrontés les deux protagonistes est à cette époque encore très présente dans la plupart des États du Sud et s’appuie sur un ensemble de lois complexes et détaillées, variables en outre selon les États. Les droits des Noirs n’y sont en réalité pas reconnus, et il leur est interdit de fréquenter les mêmes restaurants, les mêmes hôtels, les mêmes magasins, les mêmes écoles ou les mêmes toilettes que les Blancs. L’espace public, notamment les transports en commun, est divisé racialement, et les Noirs en ont toujours la mauvaise part. En outre, de multiples mesures les ont pratiquement privés de leurs droits civiques, en particulier du droit de vote. Ce système, toujours en défaveur des Noirs, est profondément inégalitaire et fondamentalement raciste. C’est un système législatif (les lois dites Jim Crow) mais c’est aussi un système social qui imprègne profondément la mentalité des Blancs convaincus de leur supériorité naturelle et de l’infériorité des Noirs.
Tout ce contexte historique constitue la matière même du film de Peter Farrelly. Mais Green Book illustre aussi la rencontre de deux hommes qui peuvent paraître de prime abord très éloignés l’un de l’autre: un Italo-Américain issu d’un milieu populaire et un pianiste classique, raffiné et cultivé, mais appartenant à une minorité raciale profondément discriminée. C’est pour le cinéaste l’occasion notamment de questionner les stéréotypes qui nous imprègnent toutes et tous, de façon plus ou moins importante.

Ce dossier pédagogique consacré à Green Book propose d’abord de revenir – avec des élèves du secondaire qui ne connaissent sans doute que partiellement le contexte historique du film – sur l’histoire de la ségrégation aux États-Unis et les principaux personnages qui ont animé cette époque, ainsi que sur la naissance de la musique noire américaine et son évolution. On interrogera également les différentes manières employées par le réalisateur pour envisager les stéréotypes et la discrimination dans son film.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier