Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page Acheter ce dossier

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par Les Grignoux et consacré au film
Les Merveilleux Contes de le neige
Hilary Audus
Grande-Bretagne, 2014, 50 minutes

On trouvera ici un extrait du dossier pédagogique consacré aux Merveilleux Contes de la neige. Ce dossier propose plusieurs pistes d’animation pour exploiter facilement la vision du film en classe avec des élèves de l’enseignement maternel et primaire dès l’âge de trois ans.

Apprendre à observer,
interpréter des indices visuels

Pour les tout petits, être séduit par un dessin animé, c’est avant tout apprécier intuitivement un univers de formes, de couleurs, de sons… mais c’est aussi comprendre l’enchaînement logique et l’organisation chronologique des événements. Aussi simples soient ces chaînes causales et temporelles, une telle activité nécessite entre autres de leur part la mise en œuvre de compétences axées sur le discernement et l’interprétation de détails visuels pertinents. L’animation qui suit vise à développer de telles compétences en amenant les enfants à identifier, dans des images réparties par paires, les éléments indispensables pour situer les uns par rapport aux autres les épisodes dont elles sont tirées. Il s’agit donc ici d’un exercice de discrimination et d’interprétation d’indices visuels. Cinq paires sont proposées dans le cadre de cette activité mais l’enseignant pourra en limiter le nombre en fonction de l’âge et de la motivation des enfants.

Concrètement

Proposons aux enfants réunis en grand groupe dix images extraites des deux moyens métrages (images B1 à B10) à observer par paires et invitons-les à répondre à ces questions :

  • Pour les deux premières paires B1-B2 / B3-B4 : dans l’Ours/le Bonhomme de neige et le petit chien, laquelle de ces deux images voyons-nous en premier ? comment pouvons-nous le dire, à quoi le voit-on ? Ces questions devraient permettre de dégager les liens chronologiques.
  • Pour les deux paires suivantes, qui montrent chacune deux images immédiatement consécutives : qu’est-ce qui a de changé entre ces deux images qui montrent la même chose ? Pourquoi les couleurs ont-elles brusquement changé entre les deux images B5 et B6 ? Pourquoi la tête de l’ourson prend-elle tout d’un coup la forme de celle d’un ours adulte entre les deux images B7 et B8 ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Cette réflexion sur le lien entre les deux images de chaque paire initiera les enfants à la notion de durée en les amenant à évaluer le temps qui passe.
  • Enfin, pour la dernière paire : pourquoi l’ours s’en va-t-il soudain ? Que se passe-t-il dans sa tête quand la boule à neige tombe de la table de chevet ? Autrement dit, quel est le rapport entre les deux images B9 et B10 ? Cette situation devrait permettre quant à elle de réfléchir aux liens de cause à effet.

Commentaire

Chronologie

L’activité aura certainement permis aux enfants de remarquer que dans des images qui se ressemblent, certains détails sont susceptibles de nous donner des informations importantes. En prenant l’exemple des illustrations B1 et B2, qui montrent toutes deux l’enfant face au bonhomme de neige et au petit chien, c’est en observant attentivement les images que l’on peut déterminer laquelle des deux précède l’autre. L’attitude moins raide des deux créatures et l’étoile qui scintille à côté du chiot dans l’image B2 laissent penser que les deux créatures viennent de s’animer. On peut par conséquent en déduire qu’elle est postérieure à l’image B1, qui les montre plus figés. Alors qu’il fait sombre sur les deux illustrations, l’habillement du petit garçon apporte encore une précision temporelle importante. Dans l’image B1, il affiche une tenue appropriée pour jouer dans la neige — bonnet, écharpe, blouson —, ce qui indique qu’il est resté à l’extérieur jusqu’à la nuit tombée. Par contre, dans l’image B2, son pyjama signale que nous sommes alors bien plus tard dans la nuit ; il s’est donc mis au lit puis il s’est relevé sans prendre la peine de se rhabiller. C’est grâce à ce détail que nous savons exactement à quel moment du film se rapporte l’illustration : le garçonnet s’est réveillé en attendant aboyer un chien et il s’est précipité à l’extérieur pour découvrir que ses deux créatures construites quelques heures plus tôt sont en train de s’animer magiquement.

Les images B3 et B4 montrent chacune la petite fille chevauchant un ours : l’ours polaire sur la première, et la Grande Ourse sur la seconde (même si on n’en distingue que le dos). Si la première paire affichait trois personnages identiques à deux moments proches dans le temps, ces illustrations montrent quant à elles des événements à la fois semblables et très différents : sur l’image B3, nous sommes au tout début du voyage des deux nouveaux amis vers le Grand Nord, au moment où l’ours invite la fillette à monter sur son dos, tandis que la seconde prend place après leur séparation, lorsque la Grande Ourse effectue avec elle le trajet inverse pour la ramener chez elle. Les épisodes évoqués ici sont donc clairement séparés dans le temps et mettent en scène deux ours différents dont l’un est inexistant au début du film. Il est probable dès lors que les enfants aient identifié plus facilement le lien chronologique qui lie les deux images B3 et B4.

Durée

Dans les deux paires B5/B6 et B7/B8, les images se succèdent immédiatement, sans que l’on passe d’une action à l’autre comme c’est le cas habituellement au cinéma. Elles nous montrent la même chose — la maison où vient d’emménager le petit garçon et une tête d’ours de profil — mais pourtant quelque chose a changé : les couleurs ne sont plus les mêmes d’une maison à l’autre, et la tête de l’ourson visible sur l’illustration B7 est celle d’un ours adulte dans la suivante (B8). Les questions posées au cours de l’activité auront sans doute amené les enfants à identifier dans la différence de couleur qui marque le passage de l’image B5 à B6 un moyen d’indiquer que l’on est passé d’une saison (l’été, avec des couleurs vives, une belle lumière…) à l’autre (l’automne, avec un temps couvert, de la grisaille et des couleurs beaucoup plus sombres). De la même façon, ils auront probablement compris que l’ours montré sur les deux illustrations B7 et B8 est bien le même mais qu’il a maintenant atteint l’âge adulte. Dans les deux cas, ce procédé nous indique que du temps a passé : quelques semaines ou quelques mois entre les images de la première paire, quelques mois ou quelques années entre celles de la seconde paire, et que pendant ces périodes, le film ne nous a pas montré ce qui s’était passé : les derniers moments et la mort du vieux chien dans le Bonhomme de neige, le voyage de l’ourson capturé par les marins, son entrée et sa vie au zoo dans l’Ours.

Cause à effet

Le lien qui unit les images B9 et B10 de la dernière paire aura peut-être été le plus difficile à détecter par les enfants dans la mesure où il fait intervenir une motivation implicite. Le film étant muet, il nous faut en effet comprendre que l’ours sort discrètement par la fenêtre pour aller rejoindre sa famille dans le Grand Nord. Ce qui nous permet de déduire son intention, c’est la scène qui se déroule juste avant, pendant que la petite fille dort : la boule de neige qu’elle a achetée au zoo et qui contient un ourson et un ours adulte tombe de sa table de chevet ; l’ours contemple alors la neige qui se met à tomber sur les deux statuettes, puis il sort du lit et ouvre la fenêtre pour s’en aller sans réveiller son amie. C’est donc la chute de cet objet qui lui rappelle sa vie d’avant, lorsqu’il était petit et qu’il vivait toujours avec ses parents sur la banquise, ce qui le pousse à les rejoindre.

Images série B

1.jpg
B1
1a.jpg
B2
1.jpg
B3
1a.jpg
B4
1.jpg
B5
1a.jpg
B6
1.jpg
B7
1a.jpg
B8
9.jpg
B9
10.jpg
B10


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier