Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page Acheter ce dossier

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux et consacré au dessin anié
Le Parfum de la carotte
de Rémi Durin, Arnaud Demuynck, Anne Viel, Pascale Hecquet et Marjorie Caup
France/Belgique, 2014, 45 min

Le Parfum de la carotte rassemble quatre courts métrages d'animation autour du thème de la carotte. L'ensemble est destiné aux tout jeunes spectateurs à partir de trois ans environ. Ce dossier pédagogique consacré au Parfum de la carotte s'adresse ainsi aux enseignants qui verront le programme avec leurs élèves du maternel. Il propose plusieurs animations qui permettront d'exploiter de manière adaptée ses différentes dimensions : les histoires racontées, l'alimentation, les leçons de vie ou encore les caractéristiques graphiques qui font l'originalité de chaque court métrage.

Qui mange quoi ?

Dans le Parfum de la Carotte, il est beaucoup question de manger et surtout de déguster de bonnes choses. C'est donc l'occasion de revenir avec les tout petits sur notre alimentation, ce que nous aimons bien, ce que nous aimons moins ou pas du toutŠ mais aussi de mener une première approche autour des notions de régime et de chaîne alimentaires.

Pour réaliser l'animation, nous suggérons très simplement de partir des animaux vus dans le film et de ce qu'ils consomment (ou voudraient consommer !). Notons ici que tous les petits animaux de la forêt, qui chantent en choeur dans le film sans toutefois y jouer de véritable rôle, n'ont pas été pris en compte dans le cadre de cette activité.

Concrètement

Concrètement, il s'agira pour les enfants, réunis en grand groupe, de se souvenir des différentes aventures mises en scène dans les quatre courts métrages en revenant sur les animaux qu'on y rencontre et leurs goûts en matière d'alimentation.

Afin de faciliter la remémoration et d'éclairer visuellement l'exercice demandé, l'enseignant placera sous leurs yeux une copie, si possible agrandie, du tableau à double entrée présenté ci-dessous. Sur l'axe vertical de ce tableau figurent, sous forme de vignettes photographiques, les animaux vus dans le film, tandis que l'axe horizontal aligne ce qu'ils mangent (ou voudraient manger).

Tableau

Ce choix d'une représentation photographique se justifie ici par l'intérêt d'instaurer entre les enfants et les personnages du programme ‹ auxquels ils se seront sans doute largement identifiés ‹ une première distance qui devrait les aider à sortir de ce processus d'identification et à bien différencier la réalité des histoires qu'ils viennent de voir. Pour l'enseignant, ce sera aussi l'occasion de vérifier que tous ont bien reconnu les animaux vus dans les courts métrages et de les inviter à verbaliser ce qu'ils pensent de leurs différentes représentations.

Chaque animal fait ainsi l'objet d'une approche particulière au travers du ou des court(s) métrage(s) dans le(s)quel(s) il est présent (le lapin, qui apparaît dans trois des quatre histoires, l'écureuil dans deux d'entre ellesŠ). Après la verbalisation de tous les souvenirs liés à son alimentation au fil du programme, l'enseignant invite les enfants à venir coller chacun à leur tour une gommette verte dans la case adéquate.

L'étape suivante de l'activité consistera à demander aux enfants de réfléchir à leur propre alimentation et d'indiquer sous une même forme ‹ en collant une gommette verte aux bons endroits ‹ ce qu'ils ont l'habitude de manger. Cette étape pourra s'accompagner de questions comme :

  • Parmi les aliments qui apparaissent dans le tableau, quels sont ceux que
  • vous avez l'habitude de manger ?
  • À part les fruits, les légumes et la viande, que mangez-vous d'autre ?
  • Quels sont vos aliments préférés ?
  • Savez-vous ce qui est bon pour la santé, et ce qui l'est moins ?
  • Que trouve-t-on dans les aliments qui sont bons pour la santé ?
  • Et que trouve-t-on dans ceux qui ne sont pas bons pour la santé ?

Enfin, une fois le tableau complété à l'aide des gommettes, plusieurs observations pourront être dégagées et, en fonction de l'âge des enfants, faire éventuellement l'objet d'un complément d'information ou de l'une ou l'autre précision. On relèvera ainsi que :

  • Certains animaux ne mangent que des végétaux : ce sont des herbivores (ainsi le lapin).
  • D'autres mangent aussi bien des végétaux que d'autres animaux : ce sont des omnivores (le renard, qui se nourrit de vers de terre mais chasse aussi le lapin et l'écureuil, mange des légumesŠ). Comme le renard, l'homme est omnivore. Il mange des fruits (frais ou secs), des légumes verts, des racinesŠ ainsi que certains animaux (volaille, boeuf, porc, gibier, poissonŠ), ou encore des produits qui en sont issus (les produits laitiers, les oeufsŠ).
  • Ce que l'on voit dans les courts métrages n'est pas toujours vrai dans la réalité :
    • ainsi, le chat, que l'on voit boire de la soupe, est un animal carnivore, qui se nourrit exclusivement de viande ;
    • quant au chien, également carnivore à l'état sauvage, il a tendance à devenir un animal omnivore depuis qu'il vit au contact de l'homme ; s'il lui arrive de manger des légumes, il mange surtout de la viande ;
    • enfin, le régime alimentaire du lapin exclut les fruits secs et en particulier les noisettes ; dans la réalité, le lapin du Parfum de la Carotte ne pourrait donc pas goûter aux délicieuses préparations de l'écureuil sans être malade et même sans mettre sa vie en danger ! 1

Certains animaux figurent à la fois dans le groupe des « mangeurs » et dans celui des « mangés ». C'est ici le cas de l'écureuil et du lapin. Cette situation peut être l'occasion d'introduire la notion de chaîne alimentaire en expliquant simplement aux enfants que dans la nature, chaque être vivant occupe une place bien précise et qu'il existe différentes chaînes ou suites dans lesquelles chacun mange celui qui le précède. En s'attachant exclusivement aux animaux vus dans le Parfum de la Carotte, quelques « morceaux » de chaînes peuvent être dégagés d'après des situations du film ou reconstitués sur base de l'une ou l'autre information complémentaire concernant leur régime alimentaire.

On fera simplement remarquer aux enfants que les végétaux sont toujours les premiers dans la chaîne alimentaire. Avec les plus grands, on précisera qu'un animal mangé par un autre porte le nom de proie et qu'un animal qui en mange un autre porte le nom de prédateur. Certains animaux qui se trouvent au milieu de la chaîne alimentaire ‹ par exemple, le hérisson ‹ sont à la fois des prédateurs ‹ le hérisson mange des vers de terre ‹ et des proies ‹ dans ce cas, du renard ‹.


1. Avec les plus grands, ces observations amèneront quelques petites modifications dans le tableau, qui pourront simplement se traduire par le collage de gommettes rouges par dessus les gommettes vertes inappropriées au comportement alimentaire réel des animaux vus dans le programme

Affiche du film


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier