Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page Acheter ce dossier

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux et consacré au film d'animation
Gros-pois & Petit-point
de Lotta et Uzi Geffenblad
Suède, 2012, 43 minutes

Le dossier pédagogique dont on trouvera un extrait ci-dessous s'adresse notamment aux enseignants du maternel qui verront le film Gros-pois & Petit-point avec des enfants entre trois et cinq ans environ.
Le dossier comprend plusieurs parties qui correspondent à autant de pistes d'exploitation possibles : en fonction de ses intérêts et de ceux du public auquel il s'adresse, l'enseignant ou l'animateur retiendra sans doute l'une ou l'autre de ces pistes, même s'il est tout à fait possible de parcourir l'ensemble des animations proposées. Celle proposée ci-dessous porte plus particulièrement sur la compréhension générale du film.

Se souvenir des histoires et vérifier la compréhension

Compétences

Cette animation permettra d'exercer des compétences transversales en français, comme :

  • Traiter l'information, en dégageant les liens entre les idées, en reformulant, en résumant
  • Mémoriser, en associant des mots à un contexte, en activant sa mémoire visuelle

Elle permettra aussi d'exercer des compétences disciplinaires en français, comme :

  • Lire [1]
  • Élaborer des significations en percevant le sens global pour pouvoir reformuler
  • Percevoir la cohérence de l'œuvre, en repérant des facteurs, comme les reprises
  • Parler -Écouter :
  • Orienter sa parole et son écoute en fonction de la situation de communication
  • Élaborer des significations

L'objectif de cette animation est d'amener les enfants à comprendre le film qu'ils ont vu, en procédant par étapes.

Comme ce programme est composé de six histoires, séparées par de courts interludes (des ronds de couleur qui bondissent sur un fond noir), proposons tout d'abord aux enfants de distinguer les différents récits, grâce à un jeu de photo-langage.

Concrètement, l'enseignant photocopie en couleurs et découpe les images de 1 à 6 et les dispose face cachée sur une table, au centre d'un cercle formé par les enfants.

01.jpg 02.jpg
03.jpg 04.jpg
05.jpg 06.jpg

Un enfant retourne une image au hasard et les participants sont invités à commenter cette image, par exemple en répondant à des questions comme :

  • Que font Gros-pois et Petit-point sur cette image ?
  • Ont-ils l'air contents ? Tristes ? Effrayés ?
  • Où se trouvent-ils ?
  • Que se passe-t-il avant et après ce moment ?

On procède de la même manière jusqu'à ce que toutes les images aient été commentées.

La deuxième étape consiste à associer les images par paires.

L'enseignant affiche au tableau les images de 1 à 6 et dispose sur la table celle de 7 à 12 , elles aussi photocopiées en couleurs et découpées. Il s'agit alors d'associer les nouvelles images aux premières.

07.jpg 08.jpg
09.jpg 10.jpg
11.jpg 12.jpg

Les enfants devront faire appel à leur sens de l'observation pour trouver des points communs qui permettent de relier les images entre elles.

À ce moment-là, on peut également afficher au tableau les dessins que les enfants ont réalisés précédemment, en les regroupant selon leur appartenance à telle ou telle histoire.

Pour affiner l'exercice, on peut à présent demander aux enfants de classer les images et leurs dessins dans l'ordre chronologique. Ce qui importe ici, c'est de reconstituer l'ordre chronologique de chaque histoire. Par exemple, Gros-pois et Petit-point mangent d'abord des sucettes et ils vont chez le dentiste ensuite ; Gros-pois et Petit-point s'installent d'abord pour leur pique-nique et sont envahis par les fourmis ensuite...

La chronologie entre les différentes histoires, elle, n'a pas d'importance, chaque histoire étant totalement indépendante des autres. Sauf dans un cas ! À la fin de « On rénove ! », nos deux amis ont perdu leurs pois et leurs points à force de nettoyer les taches de peintures sur leur peau ! Et nous les retrouvons sans pois ni points dans l'histoire suivante, « Tatouage », au cours de laquelle ils vont précisément se faire de nouveaux pois et points en les imprimant sur leur peau avec des patates trempées dans la peinture.

On veillera donc, au cours de cette activité, à ce que tous les liens de cause à effets soient repérés et explicités, mais l'on n'attachera pas autrement d'importance à l'ordre dans lequel les histoires sont racontées [2].

Enfin, on procédera à l'élaboration d'un résumé un peu plus complet de chaque histoire. Pour ce faire, les enfants pourront éventuellement dessiner quelques scènes clés manquantes. Toutes les images pourront être reliées dans un petit livret, à raison d'un cahier par histoire.

Il se peut que la description de toutes les histoires s'avère un peu fastidieuse, surtout avec les plus jeunes. L'objectif étant de comprendre les tenants et aboutissants d'une intrigue, on pourra se limiter à ne résumer que deux histoires, voire une seule. Le choix pourra s'effectuer en fonction des dessins que les enfants auront réalisés lors de l'animation précédente, qui indiquent quelles histoires ils ont préférées.

Prolongement

Les plus grands se souviendront certainement de la petite phrase d'introduction répétitive  [3] : « Voici Gros-pois et Petit-point. L'un a des points, l'autre a des pois... et ils sont très heureux comme ça ! ». Seulement, les phrases de conclusion ont des variantes.

Lisons aux enfants ces petites phrases et proposons-leur de les rattacher aux histoires et de justifier leur choix.

  • « Petit-point a des points plus un joli pois, Gros-pois a des pois plus un drôle de point... c'est ce qui arrive de ces temps-ci quand on fait de la magie ! » (Chez le dentiste)
  • « Et nos jolis pois, tu crois qu'ils vont repousser ? C'est obligé car on ne peut pas s'en passer ! » (On rénove !)
  • « Maintenant, Petit-point et Gros-pois sont très heureux comme ça. » (Tatouage)
  • « Au moins, les images, ça ne bouge pas, ça ne pique pas et c'est très bien comme ça ! Petit-point a des points, Gros-pois a des pois, peut-être juste un peu plus que les autres fois. » (Le pique-nique)
  • « C'était idiot de se battre, on ne recommencera plus jamais. » (Marins d'eau douce !)
  • « Petit-point a des points. Gros-pois a des pois et ils ont tous les deux la tête un peu chamboulée et ils ne sont pas très sûrs de ce qui leur est arrivé. » (À la belle étoile)

Chacune de ces phrases pourra être retranscrite et clôturer les résumés des histoires, dans les livrets constitués précédemment.


1. Bien entendu, les enfants de maternelle ne s'exercent pas encore à la lecture. Néanmoins, les compétences préalables à la lecture peuvent déjà être exercées. Notamment, l'abord d'un récit en images, comme c'est le cas ici, peut déjà faire l'objet d'un exercice de « lecture », comme repérer la cohérence de l'œuvre par exemple.

2. Les spectateurs adultes, et peut-être même les enfants, auront d'ailleurs pu noter une incohérence chronologique dans le programme, puisque, dans les histoires qui suivent « on rénove ! », on retrouve le décor d'avant la rénovation...

3. On peut également faire remarquer que les personnages ne parlent pas mais que c'est une personne extérieure qui commente le film (ce qu'on appelle une voix off). L'utilisation d'une voix off est assez rare au cinéma. Dans ce cas-ci, elle permet de s'assurer de la compréhension des plus petits et elle est proche d'un procédé littéraire, ce film étant d'ailleurs au départ adapté d'une série de livres pour enfants dont Lotta Geffenblad, l'une des deux réalisateurs, est elle-même l'auteur.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier