Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page Acheter ce dossier

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux et consacré au dessin animé
Laban, le petit fantôme
de Per Ahlin, Lasse Persson & Alicja Jaworski
Suède, 2006, 45 mn

Le dossier pédagogique dont on trouvera un extrait ci-dessous s'adresse aux enseignants du début du maternel qui verront le dessin animé Laban, le petit fantôme avec leurs élèves (entre trois et cinq ans environ). Il contient plusieurs animations qui pourront être rapidement mises en oeuvre en classe après la vision du film.

Les aventures de Laban

Se souvenir

Après la vision du film, on demandera naturellement leurs impressions aux jeunes spectateurs.

  • Ont-ils aimé le film? Y a-t-il des choses qu'ils ont moins aimées?
  • Se souviennent-ils d'une scène marquante?
  • Y a-t-il un personnage qu'ils ont plus particulièrement apprécié??
  • Le film les a-t-il fait rire? Ou bien ont-ils quand même eu peur à certains moments?

Il s'agira surtout d'un exercice d'expression orale pour amener les jeunes enfants à raconter l'une ou l'autre scène, à exprimer l'une ou l'autre émotion, à évoquer l'un ou l'autre personnage. L'enseignant préférera des tactiques de relance légères comme «Ah bon!» «Tu crois?» «OuiŠ» «Tu es sûr»: l'expérience a montré en effet que de très courtes interventions favorisent les prises de parole et augmentent leur longueur.

Pour les plus timides ou les moins armés, la reprise ou la reformulation de ce qu'a dit l'enfant par l'enseignant est la méthode la plus efficace, lorsqu'elle est suivie d'une petite relance « Et puis? » ou «C'est intéressant, et aprèsŠ» [1].

Comprendre

Les différentes histoires de Laban sont relativement simples à comprendre. Avec de jeunes enfants, il est cependant indispensable de vérifier leur bonne compréhension.

Quelques détails

Certains détails peuvent ainsi poser problème à certains d'entre eux.

Par exemple, dans l'histoire de La Visite au château, Laban et le petit Prince essaient d'effrayer l'amie de la reine avec une citrouille posé sur un tourne-disque. Mais les enfants ont-ils déjà vu un tel tourne-disque (aujourd'hui remplacé par les lecteurs de cd) ou même vu des citrouilles ainsi évidées et illuminées de l'intérieur à l'occasion de la fête d'Halloween?

D'autre part, connaissent-ils les chauve-souris, ces animaux tout noirs qui volent dans la nuit? Se souviennent-ils d'en avoir vu à plusieurs reprises dans le film? On voit en effet des chauve-souris qui s'enfuient du château au tout début du film quand papa fantôme pousse des cris pour s'échauffer; plus tard, dans l'épisode avec le Père Noël, les spectateurs les plus attentifs auront remarqué que des chauve-souris rouges remplacent les boules pour décorer le sapin de la famille fantôme! Et il y a aussi une chaîne pour remplacer les guirlandesŠ

Un mot d'explication sera peut-être nécessaire à ce propos: les chauve-souris sont des animaux inoffensifs qui, dans nos régions, se nourrissent uniquement d'insectes qu'ils chassent la nuit. Elles sont évidemment assez difficiles à observer parce qu'elles volent la nuit et qu'elles sont relativement petites, le plus souvent pas plus grandes qu'un moineau (la pipistrelle fait par exemple entre 18 et 24 centimètres d'envergure avec les ailes complètement déployées pour un poids de 5 grammes à peine!).

Le mode de vie nocturne des chauve-souris explique bien sûr toutes les légendes plus ou moins effrayantes qui ont pu circuler sur ces animaux: on expliquera très simplement aux enfants, qu'auparavant, les chauve-souris faisaient peur parce qu'on ne les voyait que la nuit et qu'on les connaissait mal; aujourd'hui, on les connaît beaucoup mieux, on sait ce qu'elles mangent (des insectes), où elles vivent (en général dans des endroits protégés comme des grottes ou desŠ greniers) et comment elles volent (grâce à des ailes très légères); on considère que ce sont des animaux utiles, et elles sont donc protégées en Europe (on ne peut pas les chasser ni les tuer).

Mais les anciennes histoires qu'on racontait à leur propos n'ont pas disparu et sont devenues des légendes, des contes pour faire peur: c'est ainsi que, dans les histoires, au cinéma ou dans les livres, on voit très souvent des chauve-souris avec des fantômes. C'est donc pour cela que la famille fantôme met des chauve-souris à son arbre de Noël: parce que les chauve-souris sont censées faire peurŠ Mais elles ne doivent nous faire peur qu'au cinéma, car dans la réalité, nous n'avons rien à craindre de ces petits animaux.

Chaîne, armure, serreŠ

Si une telle explication se sera révélée nécessaire, l'on demandera alors aux enfants d'expliquer pourquoi la famille fantôme a mis une chaîne à la place d'une guirlande. On se souviendra peut-être à ce propos qu'au début du film, quand Papa fantôme s'en va au travail, Laban lui donne également une chaîne, «instrument de travail» classique des fantômes. Ici aussi, l'explication devra se faire très simplement: les chaînes nous font (un petit peu) peur parce qu'elles nous rappellent les fers avec lesquels on attachait les prisonniers à une époque ancienne.

D'autres détails peuvent encore faire l'objet d'un commentaire comme l'armure qu'on voit dans un couloir du château ou la serre que l'on voit à ses abords, même si beaucoup d'enfants connaissent vraisemblablement ces réalités.

Comprendre les histoires

[...]

1. Philippe Boisseau , Enseigner la langue orale en maternelle, SCÉRÉN, 2005.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier