Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux et consacré au film
Patate
un programme de courts métrages d’animation réunis par Folimage
La Tête dans les étoiles de Sylvain VINCENDEAU, 8’30, 2005
Le Génie de la boîte de raviolis de Claude BARRAS, 7’35, 2005
Circuit Marine d’Isabelle FAVEZ, 7’, 2003
Le Château des autres de Pierre-Luc GRANJON, 6’, 2004
Patate et le jardin potager de Damien LOUCHE-PELISSIER et Benoît CHIEUX, 28’, 2000

Le dossier pédagogique dont on trouvera un extrait ci-dessous s'adresse aux enseignants du maternel qui verront le film Patate avec leurs élèves. Il contient plusieurs animations qui pourront être rapidement mises en œuvre en classe après la vision du film.

Concrètement

On trouvera ci-dessous [seule la partie consacrée au court métrage La Tête dans les étoiles est reproduite sur cette page WEB] différentes propositions pour mener avec les jeunes enfants un travail d'observation, de remémoration et d'expression sur chacun des cinq courts métrages qui composent Patate. Bien entendu, il n'est pas nécessaire que l'instituteur ou l'animateur aborde successivement les cinq films. En fonction des réactions des jeunes spectateurs, en fonction également de leurs capacités d'attention, on pourra se limiter soit à ceux dont ils se souviennent le mieux, soit à ceux qu'ils ont le plus appréciés. Certaines suggestions pourront également être négligées si elles se révèlent trop faciles ou au contraire trop difficiles pour les enfants.

Les propositions consacrées à chacun des courts métrages porteront successivement sur:

  • l'histoire mise en images: comment la résumer en quelques mots? quels sont les principaux personnages? que leur arrive-t-il? pourquoi agissent-ils ainsi?…
  • le sens de chaque court métrage: comment comprendre l'histoire mise en scène? en quoi cette histoire concerne-t-elle les différents spectateurs? peut-on en dégager une morale ou une leçon?
  • les caractéristiques esthétiques de ces courts métrages: comment chaque court métrage est-il fait? quelles techniques utilise-t-il? en quoi se distingue-t-il du point de vue de sa forme d'autres films d'animation (notamment des autres qui composent l'ensemble du programme Patate)?

Formulées ainsi de façon très générale, ces questions s'adressent bien sûr aux adultes — enseignants ou animateurs —, et l'on essaiera de trouver des formulations qui soient adaptées aux petits spectateurs de maternelle. On fournira d'ailleurs des images qui faciliteront aussi bien le travail de remémoration que l'observation des caractéristiques formelles des différents courts métrages.

Dans les encadrés des pages suivantes [seul le premier encadré est reproduit sur cette page WEB], les questions en gras s'adressent aux élèves (elles pourront être lues et adaptées par l'enseignant ou l'animateur), et les commentaires écrits en plus petit devraient permettre à l'enseignant ou à l'animateur de diriger ou d'enrichir la discussion.

Bien entendu, on s'attardera un peu plus longuement sur Patate et le jardinier, le film qui donne son titre au programme et qui se signale par sa durée plus longue — près d'une demi-heure — et par son histoire relativement élaborée.

La Tête dans les étoiles
de Sylvain VINCENDEAU, 8'30, 2005

L'histoire

Vous souvenez-vous du premier film? Un jeune homme part en auto et va installer sa tente à la campagne… Que fait-il là-bas? Qu'y rencontre-t-il? Qu'est-ce qu'il construit? Que voit-il pendant la nuit? Qui arrive après lui? Que se passe-t-il finalement?

Pour rappel, le jeune homme quitte la ville où il habite et installe sa tente sur une colline au milieu de la nature; il voit des fourmis et il s'amuse à leur faire pipi dessus; après une nuit d'orage, il abat des arbres et construit une maison; la nuit, il admire des lucioles lumineuses dans le ciel; mais une auto arrive avec un couple qui s'installe dans l'herbe; le lendemain, le jeune homme découvre une nouvelle maison en face de chez lui; bientôt, il y a des dizaines d'autres maisons construites sur la colline…

Quelle est l'humeur du jeune homme quand il arrive sur la colline? Et quand il voit d'autres personnes arriver sur la colline, qu'est-ce qu'il pense? À votre avis, pourquoi a-t-il quitté sa maison en ville au début du film?

Le dossier de presse qui accompagne le film indique que le jeune homme quitte la ville parce que la lumière des lampadaires l'empêche de voir les étoiles. Ce n'est sans doute pas évident pour tous les spectateurs; en revanche, l'on comprend facilement qu'il est très heureux de vivre dans un endroit retiré au milieu de la nature. Et la venue d'autres personnes va le chagriner. Le personnage veut donc deux choses essentielles: profiter de la nature, être seul. C'est pour cela qu'il quitte la ville, mais, à la fin du film, la nature a disparu, et le jeune homme se retrouve avec des dizaines d'autres personnes autour de lui…

Le sens du film

Ce film a un titre: La Tête dans les étoiles. Avoir la tête dans les étoiles, c'est le contraire d'avoir les pieds sur terre… Ça veut dire: rêver, voyager par l'imagination dans les étoiles, croire qu'on peut voler dans les airs comme un oiseau (on dit aussi: «être dans la lune»)… Pourquoi est-ce que le personnage du film a la tête dans les étoiles? De quoi est-ce qu'il rêve? Est-ce qu'il rêve vraiment de voler parmi les étoiles?

On voit effectivement le jeune homme voler à deux reprises dans le ciel étoilé. Mais ce sont des moments magiques dans une aventure beaucoup plus terre-à-terre (même si tout le film baigne dans la fantaisie): il plante sa tente, il construit sa maison, il fait pipi sur les fourmis! Ainsi, l'on doit comprendre que son rêve est de vivre seul au milieu de la nature avec ce moment privilégié consistant à admirer le ciel étoilé.

Pourquoi le jeune homme fait-il pipi sur les fourmis? Est-ce que c'est bien ou mal? Et qu'est-ce qu'elles en pensent les fourmis? Est-ce qu'il respecte la nature et les animaux qui y vivent? Et les personnes qui le suivent, comment se comportent-elles?

Cette scène aura sans doute marqué et fait rire les jeunes spectateurs. Au-delà de son aspect impertinent, elle révèle cependant que le personnage n'est pas très respectueux des êtres qui l'entourent, à savoir les fourmis. Très rapidement d'ailleurs, il abat des arbres pour se construire une maison… Et comme tout le monde fait comme lui, la jolie colline toute verte est vite transformée en une énorme ville.

Ainsi, l'on pourra sans doute dégager la leçon du film: le jeune homme aime la nature, et tous ceux qui le suivent aussi; mais quand tout le monde veut vivre dans la nature et se met à y construire, la nature disparaît…

Et vous est-ce que vous aimez voir un ciel étoilé? et vous promener dans la nature? Est-ce que vous préférez vivre en ville ou à la campagne? Est-ce que vous avez l'impression qu'il y a trop de maisons en ville?
Et est-ce qu'il vous arrive de rêver? À quoi est-ce que vous rêvez? Est-ce qu'il y a des pays ou des endroits où vous rêvez d'aller?

Pour comprendre le film, il faut d'abord comprendre les réactions du personnage principal et partager, même si c'est de façon imaginaire, ses émotions. Il ne s'agit donc pas ici de prétendre qu'il vaut mieux vivre à la campagne ou qu'il faut préférer le calme de la nature à la vie trépidante en ville, mais simplement d'attirer l'attention des enfants sur la dimension de rêve et d'imaginaire que comporte cette courte histoire: le personnage adore la nature (comme on le voit à son large sourire), mais tout le monde n'est pas obligé de partager ce rêve.

L'esthétique du film

Vous avez certainement vu que ce film — La tête dans les étoiles — est un dessin animé: ce ne sont pas des personnes réelles qui ont été filmées ou photographiées. Mais comment est-ce qu'on voit que c'est dessiné? Qu'est-ce qui n'est pas réel dans l'image ci-dessous?

Les enfants voient bien que l'image ci-dessus n'est pas une photographie, mais ils auront plus de difficultés à caractériser avec des mots précis la nature de ce dessin. L'objectif est donc de les aider à mettre des mots — simples! — sur ce qu'ils éprouvent de façon confuse. On pourra ainsi attirer leur attention sur la disposition des arbres dont les troncs ne sont pas droits (ou plus exactement non verticaux); l'auto également est dans une position étrange comme si elle roulait vers le haut; enfin, la colline est excessivement haute et courbée.

Ainsi, l'on peut dire que le dessin est ici déformé, exagéré, caricatural. Le dessinateur veut nous faire rire ou sourire en nous montrant des collines qui poussent comme des champignons… On peut dire que son intention est comique ou ironique. Bien entendu, on demandera aux enfants s'ils ont bien perçu cette dimension ironique qui a pu leur échapper.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier