Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux
et consacré au film
Indigènes
de Rachid Bouchareb
France/Maroc/Algérie, 2006, 2 h 08

Le dossier pédagogique dont on trouvera un extrait ci-dessous s'adresse aux enseignants du secondaire qui verront le film Indigènes avec leurs élèves (entre quatorze et dix-huit ans environ). Il contient plusieurs animations qui pourront être rapidement mises en œuvre en classe après la vision du film.

LE CONTEXTE HISTORIQUE

À sa manière, Indigènes de Rachid Bouchareb constitue une leçon d’histoire en retraçant le parcours de ces soldats des troupes coloniales amenés à combattre à partir de 1943 en Europe — en Italie d’abord, en France et en Allemagne ensuite — contre les forces allemandes aux côtés des troupes alliées, britanniques, américaines et... françaises (de la métropole). Le dossier de presse — largement diffusé notamment sur Internet — apporte d’ailleurs des compléments d’information certainement utiles pour les jeunes spectateurs (et sans doute les moins jeunes...).

Quel doit être alors le rôle de l’école par rapport à un tel film? Faut-il ajouter d’autres informations ou bien les nuancer, proposer de nouveaux documents ou d’autres points de vue, prendre de la distance, généraliser...? Si l’information historique peut toujours être complétée, il paraît cependant plus utile d’un point de vue pédagogique d’organiser les connaissances déjà acquises dans des cadres relativement structurés de manière notamment à pouvoir intégrer de nouvelles connaissances à de tels ensembles: l’histoire n’est sans doute pas une science exacte qui s’organiserait de façon démonstrative, mais son ambition est néanmoins de dépasser l’accumulation des faits et de dégager des liens entre ces faits.

Or le film Indigènes de Rachid Bouchareb met en scène des événements qui se situent au croisement de deux grandes «séries historiques», l’une qui constitue la Seconde Guerre mondiale, l’autre qui relie la colonisation, la société coloniale et enfin la décolonisation. On précisera en outre immédiatement que la Seconde Guerre mondiale est envisagée ici essentiellement du point de vue de la France (y compris ses colonies de l’époque), tandis que la colonisation est principalement celle de l’Afrique du Nord (Maroc, Algérie et Tunisie). Ce qu’on peut représenter schématiquement de la façon suivante:

Ce qu’on appelle ici une «série historique» est essentiellement un outil pédagogique qui permet de relier des événements sur base d’une unité de lieu, de temps et d’un enchaînement causal supposé: la cohérence d’une série historique doit cependant être reconstruite, plus que présupposée, à la fois comme un cadre permettant d’organiser les connaissances déjà acquises et comme un instrument de recherche pour de nouvelles connaissances.

Un outil à compléter

L’instrument proposé, sous la forme très simple d’une double série historique, va pourtant permettre de faire un véritable travail de réflexion avec les élèves. Ceux-ci seront d’abord invités à compléter les deux séries proposées en se basant sur leurs connaissances spontanées.

En premier lieu, que savent-ils de la Seconde Guerre mondiale? Quand commence-t-elle? Quand finit-elle? Quels en sont les principaux protagonistes? Quels en sont les principaux événements? Et de manière plus précise, en relation avec le film, comment l’Afrique du Nord a-t-elle été impliquée dans la Seconde Guerre mondiale? Comment s’est déroulée la campagne d’Italie? Quel fut le cheminement des troupes françaises, notamment «indigènes», lors de la libération de la France? Que s’est-il passé en Alsace? Et après la fin du film, qu’a fait l’armée française (ou plus exactement la 1ère armée française)?

En second lieu, que savent les jeunes participants de la colonisation, en particulier de l’Afrique du Nord? Quand débute-t-elle? Qui en est l’initiateur? Quelle est la situation comparée de l’Algérie, du Maroc, de la Tunisie, des colonies d’Afrique noire? Quel est le statut des «indigènes»? et celui des colons? Comment se fait-il que les «Indigènes» sont enrôlés dans l’armée française? Que sont devenues les colonies? Quand commence la décolonisation et quelles en sont les dates importantes?

Ces questions, qui pourront être posées lors d’une discussion collective, devraient permettre à l’enseignant de repérer les manques et éventuellement les erreurs dans les connaissances historiques des élèves: si tout le monde connaît les dates de début et de fin de la Seconde Guerre mondiale, bien peu sans doute (du moins en Belgique et en France) sont au courant de la campagne d’Italie et du rôle exact de ce pays dans le conflit; semblablement, la colonisation au-delà des formules toutes faites («la guerre d’Algérie», les «Pieds Noirs», le FLN...) est certainement mal cernée par beaucoup d’adolescents.

La classe pourra ensuite être divisée en deux grands groupes qui essaieront chacun de compléter une des deux séries historiques en utilisant les ouvrages et outils à leur disposition (manuels, dictionnaires, Internet...): en fonction des réactions précédentes, l’enseignant orientera les recherches des uns et des autres de manière à répondre à toutes les questions historiques que pose directement ou indirectement le film. On trouvera dans le dossier imprimé quelques indications sur l’orientation que pourrait prendre ce travail de recherche.

La guerre en Afrique du Nord

Pourquoi des Algériens, des Marocains et d'autres habitants d'Afrique se retrouvent-ils enrôlés dans l'armée française pour combattre dans une guerre qui ne les concerne pas au premier chef? La réponse réside évidemment pour une part dans l'histoire de la colonisation de l'Afrique (mais aussi de l'Asie) par les puissances européennes dont la France au 19e siècle. Mais il faut également tenir compte du déroulement de la Seconde Guerre mondiale qui, débutant en Europe, va pourtant se porter par étapes en Afrique du Nord, partagée alors en différentes colonies des puissances européennes (Maroc, Algérie, Tunisie sont sous domination de la France, la Libye de l'Italie, et l'Égypte de la Grande-Bretagne).

Profitant en septembre 40 de la faiblesse britannique, l'Italie, alliée de l'Allemagne, pénètre (à partir de la Libye) en Égypte, menaçant le canal de Suez, artère essentielle de la Grande-Bretagne pour rejoindre ses colonies en Asie : les Britanniques contre-attaquent au début 41 et repoussent les troupes italiennes en Libye. Mussolini fait alors appel à Hitler qui envoie des troupes allemandes (l'Afrika Korps) seconder les Italiens. Les colonies françaises — Maroc, Algérie, Tunisie —, restées fidèles à Vichy, restent à ce moment en dehors du conflit.

La carte ci-dessous retrace les événements qui plongeront alors toute l'Afrique du Nord dans la guerre : elle pourra être soumise aux jeunes spectateurs à qui on demandera par exemple d'en légender les différentes étapes et éventuellement de rechercher des informations complémentaires pour en comprendre les différents événements.

De façon plus simple, on peut se servir de cette carte pour apprécier l'état des connaissances des jeunes parcitipants : ont-ils entendu parler de la bataille d'El Alamein? Savaient-ils qu'il y avait eu des combats en Tunisie? Avaient-ils déjà entendu parler des débarquements alliés en Afrique du Nord? Que signifie pour eux «la zone non-occupée»? À leur avis, dans quel camp était l'Italie pendant la Seconde Guerre mondiale? Etc.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier