Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
affiche du dossier L'Esquive

Thématiques abordées

Arts, littérature et musique
Société

Aspects du film analysés

Mise en scène
Sens du film

Mots-clés

banlieues
adolescence
école scolarité
déterminisme
Marivaux
théâtre
langue
filles garçons
rapports
amour

L'Esquive

de Abdellatif Kechiche

  • Indication
    France, 2004, 1 h 57
  • Genre
    Drame/Comédie, Film à dimension sociale
  • Public scolaire
  • Langue
    version originale en français
  • Format PDF
    44 pages, 210 x 297, 5,6€
Consulter un extrait

Dans un lycée de banlieue, des adolescents répètent une pièce de Marivaux pour le spectacle de fin d'année. Les jeunes acteurs prennent très au sérieux leur rôle, au point de répéter leur texte dans un terrain vague, qui prend de ce fait tout le relief d'un théâtre antique. D'autant plus que Lydia, l'une des deux héroïnes du Jeu de l'amour et du hasard, s'est fait confectionner une robe d'époque, histoire de mieux rentrer dans la peau de son personnage... Krimo, un condisciple gauche et timide conquis par la jeune fille, choisit de la séduire par le truchement du langage théâtral. Pour cela, il n'hésite pas à marchander en secret le rôle d'Arlequin... C'est ainsi que les thèmes de Marivaux - l'amour et les déterminismes sociaux - deviennent également, deux siècles et demi plus tard, ceux d'Abdellatif Kechiche (le subterfuge du déguisement pour approcher la personne aimée, les spécificités de langage en fonction des milieux sociaux...) Par ailleurs, l'originalité de L'Esquive consiste à montrer la vie des jeunes de banlieue sans « filtre » extérieur, sans « discours » politique ou sociologique plus ou moins orienté. Des thèmes comme le racisme, l'intégration ou la fracture sociale sont absents du film et les clichés traditionnels (affrontements avec la police, délinquance, drogue...) n'en font pas l'objet principal, même s'ils restent présents en filigrane, constituant une partie de la réalité de ces jeunes dans tout ce qu'elle a de banal, de quotidien et de «normalisé».
Au sommaire

  • Le choix de Marivaux : une question de «hasard»?
  • L'Esquive, un film théâtral ?
  • La banlieue au cinéma
  • Les niveaux de langue


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier