Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page

Une analyse musicale
réalisée par Brigitte Boëdec et consacré au film
Amen.
de Constantin Costa-Gavras
France, 2002, 2h10
musique originale : Armand Amar

Etude de quelques thèmes musicaux du film et de leur signification.

A) Le thème du générique de début: un leitmotiv*

Description et évolution de ce thème musical

Il est constitué d'un «ostinato** rythmique» haletant, aux cordes, [nous voyons un personnage de dos, il entre dans l'immeuble de la S.D.N à Genève]
Ce personnage est longuement accompagné par cet ostinato qui crée d'emblée un climat inquiétant, un sentiment de poursuite et d'urgence : nous allons apprendre que le temps presse ( = il ne faut plus perdre de temps)

L'homme jette des tracts sur le bureau des conférenciers / la musique cesse à ce moment précis.

Il sort un pistolet de son veston, se suicide / le bruit des rumeurs de l'assemblée remplit alors l'espace sonore et remplace la musique.
Il s'agissait d'un jeune juif, Lux, venu dénoncer aux instances internationales, dès 1936, les sévices subis par les juifs en Allemagne.

La mémoire auditive du spectateur est sollicitée :
À la fin du film, Riccardo sortira, de la même manière une étoile jaune de sa veste de jésuite, créant la même rumeur et signant, lui aussi, son arrêt de mort pour dénoncer les mêmes exactions.

* Un leitmotiv est un thème musical associé à une idée, à un personnage, il apparaît toujours en même temps que lui, parfois il l'évoque ou le précède, Wagner a beaucoup utilisé le principe du leitmotiv dans ses opéras mais on le trouve déjà chez Berlioz avec le thème de « l'idée fixe », dans la Symphonie Fantastique.

** Un «ostinato» désigne un motif musical qui se répète de manière obstinée : dans le cas présent, ce motif est rythmiquement répétitif aux cordes, il est haletant parce qu'il n'y a aucune pause (aucune possibilité de reprendre son souffle). Un ostinato peut être un thème, il est, en général assez court et sa spécificité est ce caractère répétitif qui donne le sentiment qu'il tourne en rond. Il peut être mélodique ou rythmique.

Les différentes apparitions de ce leitmotiv

1. Cet ostinato haletant aux cordes, est très récurent pendant toute la durée du film : on peut donc l'appeler «leitmotiv» : il apparaîtra désormais, à chaque fois que nous verrons les wagons, ouverts ou fermés.

2. La 2ème apparition du leitmotiv coïncide très exactement avec la révélation faite à Gerstein : il a été témoin qu'un processus d'extermination massive se met en place [il est lui-même dans un train qui croise ce train aux wagons ouverts.]
Ce leitmotiv sera désormais associé aux images de wagons, parfois ouverts, parfois fermés, parfois le jour, sous la neige...

3. Une autre signification, plus pointue est attachée à ce thème : nous l'entendons de manière systématique à chaque fois qu'une tentative (de Gerstein puis de Riccardo) pour faire cesser ces convois de la mort se solde par un échec.

Absence significative du leitmotiv

[Riccardo arrive à destination dans un camp de la mort] Nous avons des images de wagons mais cette fois ci, le leitmotiv est absent : toutes les tentatives ont échoué, les voix se sont tues, la musique se tait elle aussi.
Riccardo (comme Lux au début du film) a peut être cessé de croire en la parole de l'homme : «amen» ainsi soit-t-il.

Cette absence de musique est à mettre en parallèle avec le début du film, le silence a pris toute la place, il ne reste plus que la mort massive : silence absolu.

B ) une musique de fanfare

Elle apparaît trois fois et, dès sa première apparition, elle crée une très nette différence d'ambiance avec ce que nous venons de vivre et d'entendre : la mort de Lux. L'ostinato était inquiétant, ce nouveau thème est guilleret, une ambiance de fête règne dans une Allemagne qui triomphe (les cuivres) : défilés militaires dans l'allégresse.

La musique joue ici un rôle fonctionnel : elle rythme les années qui passent.

Ce thème de fanfare subit une lugubre transformation : [image des soldats qui frappent en cadence avec leurs fusils, dans le camion qui les conduit au front] /la musique de la victoire et ses flonflons naïfs ont disparu de l'espace sonore, il ne reste plus que ces pauvres percussions d'une population qui, malgré les signes évidents de la défaite, tente coûte que coûte de « croire en sa musique ».

C) le thème du divertissement pianistique

( 3ème apparition musicale du film)

Ce thème musical n'est pas anodin : Costa-Gavras s'autorise une caricature grotesque.

Il s'agit du thème de l'évêque [traversant Berlin, à pied, mais en grandes pompes et d'une allure exagérément allegro] il va se plaindre officiellement et de manière rude au tribunal pour les exactions commises par les nazis.

La musique est ici paradoxale : il s'agit d'un divertissement pianistique.

L'intérêt de cette séquence musicale est double :

  • Elle annonce déjà, comme en prélude auditif, les véritables chorégraphies qui nous seront données à voir au Vatican.[bon ordre et mouvements tout en douceur des légats qui constituent la « suite » du pape][ les divertissements raffinés du pape : scène avec l'oiseau].
  • Cette musique est proche de celle qui clôt le film : pianistique elle aussi / il est nécessaire de faire le parallèle et d'établir les différences. Le tempo sera différent : plus grave, plus lent, nous ne sommes plus dans la dérision mais dans la conclusion la plus cynique qui soit : le Vatican s'organise maintenant pour sauver des SS très corrompus. Et, surtout nous avons vu le film.

D ) Autres thèmes : la musique est une culture que nous avons en commun, elle est ancrée dans nos mémoires.

Il y a bien d'autres thèmes musicaux dans ce film, ils font partie des décors, au même titre que les images, les mouvements de caméras et campent des contextes socio-culturels. Les musiques permettent ainsi de faire l'économie d'explications, ce rôle de la musique est fonctionnel, structurant et fait appel à des connaissances que nous avons en commun (on peut parler d'une culture musicale collective )

Quelques exemples

  • La musique du bar [le jeune SS se fait « chambrer » pour ses toutes nouvelles décorations] :
    elle installe une ambiance très précise, à la limite de la dépravation, on ne peut s'empêcher de penser au film « Les Damnés »
  • [Les SS font la fête chez Gerstein] Le chant de noël sécrète une ambiance « bon enfant », familiale et en total décalage avec la réalité sordide.
  • [Scène au Vatican et choix d'un chant grégorien] Ceci peut être analysé sous différents angles :
    • La paix auditive que ce chant installe dans le film est en totale rupture avec ce qui se passe dans le monde extérieur.
    • Il résonne en écho avec les oeuvres peintes sur les murs du Vatican : lieu de conservation d'un patrimoine culturel rare mais la sauvegarde de vies humaines semble être reléguée au second plan.
    • Le chant « grégorien » est en outre une émanation directe de la suprématie spirituelle de l'église catholique de Rome dans le domaine de la musique sacrée.
  • Des musiques «off» discrètes, l'une d'elle est une mélopée yiddish...
  • [La chanson de Gerstein avec ses enfants] :
    Cette chanson nous donne à elle seule une idée de la vie familiale de ce père, elle nous rappelle aussi que la musique fait partie de la culture familiale en Allemagne (idée reprise dans le film Le Pianiste de Polanski/ [l'officier allemand sauve le pianiste juif]
    Gerstein a décidé de se rendre aux vainqueurs de l'Allemagne pour rédiger son rapport, il fait un choix crucial, ce qui va lui arriver est aberrant : il subsiste des zones d'ombre sur son passé de SS /le piano sur lequel il s'accompagne est désaccordé.

En conclusion

L'analyse musicale d'un film est une piste qui permet de construire une argumentation dans l'interprétation, elle n'est certes pas la seule piste, elle apporte néanmoins une possibilité de recul.

Une critique cependant concernant la musique dans ce film : on peut regretter un manque de sobriété, le leitmotiv (qui est, de surcroît, un ostinato) est trop présent; ses répétitions sont assénées trop souvent et alourdissent l'ensemble.

Retour à l'extrait du dossier pédagogique réalisé par Les Grignoux et consacré au filmAmen. de Costa-Gavras

Tous les dossiers - Choisir un autre dossier