Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Un beau voyou

Prochaines séances

Il n'y a plus de séances pour ce film actuellement dans nos salles

Un beau voyou

  • Choisissez une séance
  • Réalisé par
    Lucas Bernard
  • Interprété par
    Charles Berling, Swann Arlaud, Jennifer Decker
  • Distributeur
    Athena Films
  • Langue
    français
  • Pays d'origine
    France
  • Année
    2018
  • Durée
    1 h 44
  • Version
    Version française
  • Date de sortie
    2019-01-30

Une comédie policière lumineuse à l’élégance acrobatique qui nous emmène sur les toits de Paris et dans les circonvolutions de l’art contemporain

C’est le plus grand des voleurs, oui mais c’est un gentleman, susurrait Dutronc… Ici, notre monte-en-l’air, qui s’introduit nuitamment dans les appartements en passant par les toits, est un esthète, un malin, qui se faufile comme un chat, glisse dans l’ombre pour accomplir ses larcins avec un talent virtuose… Ni vu ni connu, il ne laisse jamais traces ni empreintes, juste un petit parfum de mystère. Dans la vie, on ne se méfie pas de lui, il a une allure fine et souple, un visage qu’on ne remarque pas, enfin, pas tout de suite… Le commissaire Beffrois, lui, végète dans son commissariat en attendant une proche retraite (Charles Berling… je suis d’accord avec vous : il ne fait pas son âge) qu’il s’apprête à affronter seul. Ses fils embarquent en effet leurs dernières affaires, quittant l’appartement familial où trône un tableau que sa femme (disparue) aimait. L’art moderne, ça n’a jamais été son truc à lui, mais parce qu’il l’aimait, elle, il la suivait dans les expositions, intrigué par son goût pour la peinture abstraite. Cette affaire-là, il devrait s’en fiche, mais ce vol de tableau attire son attention, intrigué qu’il est par la ressemblance du tableau dérobé avec celui que sa femme avait acheté. En filigrane de ce polar atypique affleure, discrète et essentielle, une réflexion sur l’art et la peinture… L’art est-il une affaire d’initiés, de classe, de milieu culturel ? Qu’est-ce que le goût, le « bon goût », qui est « légitime » pour décider ce qui est de l’art et ce qui n’en est pas ?

 Tweet