Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Le pornographe

Prochaines séances

Il n'y a plus de séances pour ce film actuellement dans nos salles

Le pornographe

  • Choisissez une séance
  • Réalisé par
    Shohei Imamura
  • Interprété par
    Shôichi Ozawa, Sumiko Sakamoto, Masaomi Kondô.
  • Distributeur
  • Langue
    japonais
  • Pays d'origine
    Japon
  • Année
    1966
  • Durée
    2h08
  • Version
    Version originale sous-titrée en français

Réalisé en 1966 et basé sur un roman d’Akiyuki Nosaka (le même auteur que Le tombeau des lucioles, dans un autre registre), Le pornographe nous conte l’histoire d’Ogata, un homme qui vit en tournant des films érotiques qu’il vend à de riches particuliers afin que ceux-ci assouvissent leurs fantasmes

Amoureux de sa femme qui conserve en permanence avec elle un aquarium rempli d’une carpe (esprit de son défunt premier mari selon elle), attiré par sa belle-fille et en proie à des problèmes d’argent et aux yakuzas, Ogata a bien des soucis…

Imamura cherche à questionner et mettre en abîme les déviances que le jeune cinéma érotique japonais met en place pour attirer le public dans les salles et palier les frustrations d’un public masculin qui se sent étouffé par la société. Le cinéaste ne veut donc à aucun moment rendre son film excitant ou racoleur. Malgré son titre, Le pornographe ne dévoile aucune nudité si ce n’est la poitrine de la veuve dans une scène qui n’a absolument rien d’érotique. Au contraire, elle cristallise toute l’aliénation d’une galerie de personnages qui se construisent eux-mêmes leur propre prison à cause d’une culpabilité et de désirs refoulés qui sont autant de tabous.

Les images du Pornographe ont d’abord la saveur du documentaire, captant avec sérénité la vie grouillante en décors réels. Toutefois, nous sentons rapidement que cette observation va pousser Imamura à aller très loin. Les situations dérangeantes se multiplient par la libération des désirs humains. Cadrant la majorité des plans derrière des espaces vitrés, utilisant les fenêtres et les portes entrebâillées, Imamura déploie une mise en scène de voyeur, époustouflante par sa capacité à maintenir l’élan vital qui anime les protagonistes.

 Tweet