Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Utoya, 22 juillet

Prochaines séances

Il n'y a plus de séances pour ce film actuellement dans nos salles

Utoya, 22 juillet

  • Choisissez une séance
  • Réalisé par
    Erik Poppe
  • Interprété par
    Aleksander Holmen, Sorosh Sadat
  • Distributeur
    September Film
  • Langue
    norvégien
  • Pays d'origine
    Norvège
  • Année
    2018
  • Durée
    1h33
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Public
    ⚠️INTERDIT AUX MINEURS DE MOINS DE 12 ANS ⚠️
  • Date de sortie
    2018-12-12

Le premier film sur le double attentat commis par Anders Breivik, le 22 juillet 2011, qui a fait 69 morts à Oslo et sur l’île d’Utoya. Une expérience sidérante vécue à partir du point de vue d’une victime

Le 22 juillet 2011, à 15 h 26, une bombe explose devant le siège du gouvernement à Oslo, tuant huit personnes. Erik Poppe ouvre son film sur des images des caméras de surveillance. Les vitrines volent en éclats. Les rues sont jonchées de débris. Puis direction Utoya. Ce petit bout de terre, dans le fjord d’Oslo, où se réunissent chaque été pendant une semaine les membres de la Ligue des jeunes travaillistes (AUF). « L’endroit le plus sûr au monde », assure Kaja (interprétée par Andrea Berntzen) à sa mère au téléphone. Tout est normal : Kaja se dispute avec sa sœur dans leur tente, mange des gaufres avec ses amis. Ils parlent de l’attentat survenu plus tôt, de la guerre en Afghanistan, du barbecue prévu le soir même. Le premier coup de feu éclate. Puis une série d’autres.

Des jeunes courent, se réfugient dans un bâtiment, d’autres dans les bois. La caméra ne lâche plus Kaja. Elle la suivra pendant 72 minutes. La durée exacte de la tuerie, qui fera 69 morts et plusieurs dizaines de blessés. Les cameramen ont filmé les cinq plans-séquences qui composent le film sur cinq jours, sans coupure. Erik Poppe a retenu le meilleur. Pas de musique. Pas d’effets spéciaux. Juste les balles qui claquent. Et la terreur des jeunes : près de la moitié des morts avait moins de 18 ans. Le terroriste n’est qu’une vague silhouette noire au loin. « Je ne voulais pas en faire un opéra, comme c’est souvent le cas quand il s’agit de choses extrêmes, a confié le réalisateur. Cette histoire doit être racontée de façon implacable et brutale. Ce sera douloureux à voir, mais si ce n’était pas le cas, ce ne serait pas réel. »

 Tweet