Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce

Julie (en 12 chapitres)

Le réalisateur d’Oslo, 31 août revient cet automne avec un film lumineux et mélancolique. En suivant Julie, jeune trentenaire qui semble avoir du mal à trouver le fil conducteur de sa vie, il nous invite à vivre le quotidien d’une jeunesse de plus en plus souvent indécise et déphasée face aux responsabilités qui surgissent à la trentaine. Le film révèle aussi la jeune actrice Renate Reinsve, superbe et solaire, qui a remporté le Prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes

Les films découpés en chapitres font parfois un peu peur. Surtout s’il y en a 12, ainsi qu’un prologue et un épilogue. Mais Julie (en 12 chapitres) fonctionne un peu comme un page-turner : une fois plongé dans l’histoire, on oublie le temps qui passe ; on veut juste connaître la suite. Julie est attachante. Jeune femme pleine de vie et d’envies, elle entre dans l’âge adulte avec une soif de découvertes. On la sent vorace, prête à tout essayer, prête à profiter de chaque moment, de chaque rencontre. Cet enthousiasme cache aussi une certaine indécision, une peur de l’engagement et du choix qu’il faut prendre lorsque, à un moment ou un autre, on se retrouve à la croisée des chemins. Une des premières séquences donne le ton : Julie entame des études de médecine avant de se rendre compte que l’âme l’intéresse plus que le corps. Soit, elle fera psycho. Mais au final, n’est-ce pas l’image plutôt que la nature de l’homme qu’elle souhaite analyser ? Elle étudiera donc la photographie…

Joachim Trier nous fait ainsi vivre cet exercice de la liberté et du temps qui passe en fragmentant le récit en 12 épisodes de durées inégales, et dont la narration est rythmée par une voix off et de réjouissants processus de mise en scène. Le tout est souligné par une bande originale composée d’un piano mélancolique et d’un ensemble d’interprètes qui vont de Billie Holiday à Art Garfunkel, en passant par Coucheron et Prins Thomas, renforçant ainsi cette impression d’éclatement, mais aussi de vitalité et de liberté.

Séance spéciale précédée d’une rencontre dans le cadre de la European Cinema Night

Projection gratuite, Places à retirer le jour même à la caisse du cinéma Caméo (2 places par personne maximum)
Lors des événements, merci de présenter spontanément votre Covid Safe Ticket

Une initiative d’Europe Creative-MEDIA, en collaboration avec Europa Cinemas

Fiche PDF de l'évènement

 Tweet