Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos

Une vie démente

Anne Sirot et Raphaël Balboni mettent leur fantaisie au service d’une histoire dramatique, et traitent de l’accompagnement de nos aînés d’une façon douce et singulière. En compétition au Festival du film francophone de Namur

Alex et Noémie forment un jeune couple de trentenaires bruxellois pour qui tout semble rouler : ils sont installés dans un joli appartement, ont chacun un travail stable et projettent de faire un enfant. Leur cadre de vie respire la bohème, on sent le parfum artistique dans lequel ils baignent, indice d’une certaine délicatesse qu’on leur reconnaît directement, ne serait-ce qu’en aper-cevant les sourires complices qu’ils échangent, cette manière douce d’être ensemble. On comprend vite cet engouement pour les belles choses lorsqu’on ren-contre Suzanne, la mère d’Alex, sexagénaire classieuse, commissaire d’une galerie d’art contemporain, un rien excentrique, portant sur l’extérieur un regard pointilleux, y voyant de la beauté là où un œil naïf n’y verrait que du commun.

Mais depuis quelques temps, Suzanne a un comportement abrupt, elle bloque sur les mots, semble désorientée. Son naturel fantasque fait qu’on ne s’en alarme pas tout de suite, jusqu’à ce que ça devienne inquiétant…

Et puis, le diagnostic tombe : Suzanne souffre d’une démence sémantique, trouble mental proche de la maladie d’Alzheimer.

La projection sera suivie d’une rencontre avec l’équipe du film

Prix d’entrée habituels, places en prévente à partir du jeudi 1er octobre

 Tweet