Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos Blog Grignews
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer l'extrait

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux et consacré au film
Beaumarchais l'insolent
d'Edouard Molinaro
France, 1996, 1h40

Ce dossier s'adresse aux enseignants qui verront le film avec leurs élèves. Les animations qui y sont décrites doivent avoir lieu rapidement après la vision du film alors que les souvenirs sont encore vifs dans les esprits. Ces animations sont destinées à des élèves âgés entre treize et seize ans environ.

Après la projection

Qu'est-ce que le film de Molinaro nous apprend sur Beaumarchais? Que faut-il en retenir? Est-il fidèle à la réalité ou n'est-ce qu'une fiction romancée? Qui sont les différents personnages mis en scène et que savons-nous d'eux en dehors de ce que le film nous rapporte à leur sujet?

La simple vision du film pose, on le voit, de multiples questions auxquelles il est important, dans une perspective pédagogique, de répondre. Mais plutôt que de donner ces réponses toutes faites aux élèves, nous proposerons qu'ils adoptent eux-mêmes une démarche de recherche active leur permettant de trouver une partie de ces réponses.

Objectifs

Trois objectifs principaux guideront cette recherche. Celle-ci devra d'abord permettre de clarifier, si c'est possible, les faits, événements et allusions du film qui auront été mal compris. Elle permettra également de voir dans quelle mesure le film est fidèle à la réalité et quelle est la part de l'invention. Enfin, l'on essaiera, grâce à l'information historique recueillie, de reconstituer les grandes étapes du scénario du film de Molinaro. Les souvenirs que nous gardons de la projection sont en effet flous et imprécis: la recherche historique fournira alors les instruments permettant de reconstituer le plus complètement possible la trame narrative du film.

Méthodes

Différentes méthodes de recherche sont possibles. Avec des élèves relativement expérimentés, l'on peut demander qu'ils effectuent une recherche bibliographique sur la vie de Beaumarchais (avec visite d'une bibliothèque), puis qu'ils sélectionnent les ouvrages les plus intéressants et qu'ils les utilisent comme instrument de comparaison avec le film de Molinaro. Le professeur peut bien sûr fournir de l'aide dans ces différentes démarches. A ce propos, il sera sans doute utile d'expliquer aux élèves, qu'il ne faut pas lire complètement les ouvrages qu'ils auront trouvés sur la vie de Beaumarchais: lire, c'est aussi savoir sélectionner ce qu'on lit, et, dans ce cas-ci, l'on peut par exemple se contenter de parcourir les notices biographiques que l'on trouve dans de nombreuses éditions courantes des pièces de Beaumarchais.

Avec des élèves moins familiers avec la recherche d'informations, l'on se contentera sans doute de donner une chronologie de la vie de Beaumarchais (comme celle reproduite ci-dessous). Ils souligneront alors avec des marqueurs fluorescents les événements qui sont mis en scène dans le film de Molinaro. L'on utilisera une couleur (par exemple le rouge) pour les événements repris tels quels, et une autre (le jaune) pour ceux qui sont évoqués indirectement ou transformés ou qui expliquent d'autres événements évoqués dans le film. En se servant de l'information extraite, on pourra résumer en quelques mots chaque étape du film et obtenir ainsi un résumé facilement manipulable.

En groupes

Ce travail peut être fait par groupes, chaque groupe travaillant par exemple sur une page de la chronologie pour reconstituer la trame du film et transmettant le résultat de son travail au reste de la classe.

Chronologie

  Vie de Beaumarchais Evénements politiques
1732 24 janvier : naissance de Pierre-Augustin Caron (le futur Beaumarchais) à Paris, fils d'un père horloger.  
1742 Après de courtes études à l'école des métiers d'Alfort, il travaille comme apprenti chez son père. La guerre de succession d'Autriche (1742-1748) oppose tous les état européens et en particulier la France et l'Angleterre. Elle provoqua un mécontentement de l'opinion publique française.
1745  Nommé contrôleur général des finances en 1745, Machault d'Arnouville tente de développer une fiscalité directe qui met en cause les privilèges de la noblesse et du clergé. Devant la violence des réactions de l'opinion, LouisXV renoncera à cette réforme (1754).
1753 Il invente un nouveau système d'échappement qui commande la détente du ressort de la montre. Il montre cette invention à Lepaute, horloger du roi, qui se l'approprie. Mais Pierre-Augustin va rédiger un mémoire qu'il soumettra à l'Académie des Sciences qui arbitrera l'année suivante en sa faveur. Cette première «affaire» attire l'attention du public sur lui; il sera en outre présenté au roi et à la reine et recevra des commandes de la Cour.  
1755 Il fait la connaissance de la famille Franquet. Le mari âgé lui vend une charge à la Cour de «contrôleur de la bouche». (Ces charges administratives se vendaient plus ou moins cher mais assuraient à leur détenteur des revenus réguliers.)  
1756 Après la mort de Franquet, Pierre-Augustin épouse sa veuve. Il prend alors le nom de Beaumarchais du nom d'une terre appartenant à sa femme. La guerre de Sept ans (1756-1763) opposa plusieurs pays européens, notamment la France (alliée à l'Autriche et à la Russie) et l'Angleterre (alliée à la Prusse). Cette guerre se déroula essentiellement en Europe centrale mais eut également des répercussions en Amérique où les Anglais s'emparèrent des colonies françaises au Canada (Québec) et en Inde.
1757 Sa femme meurt d'une «fièvre putride» avant que son contrat de mariage ne soit enregistré, ce qui entraînera un long procès avec les héritiers naturels de l'épouse. Attentat de Damiens contre Louis XV.
1759Il est introduit auprès de Mesdames, les filles du roi, dont il devient le professeur de harpe. Par ailleurs, il fait connaissance de Pâris-Duverney, un financier qui l'associe à ses affaires.  
1761 Il s'anoblit en achetant, grâce à Duverney, un titre de secrétaire du roi, ce qui lui permet de porter légalement le nom de Beaumarchais.  
1763 Il acquiert la charge royale de lieutenant général des chasses et présidera de ce fait le tribunal sanctionnant les infractions commises sur les terrains de chasse du roi.  
1764 Il part en Espagne régler des affaires financières et familiales. Ce séjour se prolongera jusqu'en mars 1765.  
1767 Il fait représenter Eugénie à la Comédie-Française (le plus célèbre des théâtres de France, héritier de la troupe de Molière). Cette pièce est un drame bourgeois, un genre défendu par Diderot et qui veut se situer entre la tragédie (qui ne met en scène que des rois et des princes affligés par le destin) et la comédie (où les gens du commun sont tournés en ridicule). La pièce de Beaumarchais est un honnête succès.  
1768 Beaumarchais épouse Madeleine Wattebled, une riche veuve qui mourra en 1770 mais dont il ne pourra pas recueillir l'héritage. 
1770 Il fait représenter un nouveau drame, Les Deux Amis ou le Négociant de Lyon qui est un échec. En avril, il arrête ses comptes avec Pâris-Duverney qui reconnaît lui devoir 15000 livres et s'engage à lui prêter sans intérêt 150000 livres pour huit ans. Le financier meurt en juillet, ayant légué ses biens au comte de La Blache qui conteste l'authenticité du document détenu par Beaumarchais. Un premier jugement donnera pourtant raison à celui-ci, mais La Blache fait aussitôt appel. C'est le début d'une longue procédure. En 1770, Maupeou est appelé au pouvoir par Louis XV. Autoritaire, il veut notamment réformer les parlements qui étaient des cours de justice pouvant adresser certaines remontrances au roi: défendant les privilèges contre les réformes royales, ceux-ci faisaient figures de défenseurs des libertés publiques contre le despotisme. Ils étaient constitués de magistrats propriétaires de leur charge et de ce fait souvent incompétents. À l'instigation de Maupeou, Louis XV va supprimer ces anciens parlements pour leur substituer des conseils de magistrats fonctionnaires (qu'on surnommera le Parlement Maupeou). Si certains philosophes comme Voltaire soutiennent cette réforme, la majorité de l'opinion publique est hostile à ce qui apparaît comme un excès de pouvoir de la part du roi. Cette tentative de réforme prit fin avec la mort de Louis XV.
1773 Le Barbier de Séville est reçu à la Comédie-Française, c'est-à-dire que les comédiens s'engagent à représenter la pièce. Mais le duc de Chaulnes, pair de France, se prend de querelle avec l'écrivain qu'il accuse de lui avoir volé sa maîtresse, Mlle Ménard, une actrice réputée de murs légères. Après un pugilat, le duc est incarcéré au fort de Vincennes et Beaumarchais à Fort-L'Evêque.

Pendant ce temps, le conseiller Goezman est nommé rapporteur du procès La Blache auprès du nouveau Parlement (qui, sous l'Ancien Régime, était une cour de justice et non une chambre de représentants élus). Or le Parlement suit généralement l'avis du rapporteur. Beaumarchais sollicite alors auprès de Mme Goezman une audience auprès de son mari et lui remet une somme de cent louis. Mais après cette audience, le conseiller remet un rapport défavorable à Beaumarchais. Celui-ci sollicite auprès de Mme Goezman une nouvelle audience contre une montre ornée de diamants et une somme de quinze louis destinée au secrétaire du conseiller. Mais, cette fois, l'audience est refusée, et les «cadeaux» sont rendus sauf la somme de quinze louis. Peu après, Beaumarchais est condamné et doit payer la somme de 56000 livres. Il est ruiné et ses biens sont saisis.

Beaumarchais contre-attaque en réclamant à Mme Goezman les quinze louis que le secrétaire ne lui a jamais rendus, ce qui revient à accuser publiquement le conseiller de s'être laissé corrompre. Il écrit alors plusieurs mémoires où il expose cette affaire compliquée et qui lui gagnent la sympathie du public hostile au nouveau Parlement Maupeou.

 
1774 Beaumarchais publie un quatrième mémoire sur cette affaire: sa popularité est à son comble, et il ne paraît plus possible de le condamner. Il sera «blâmé» (mais le blâme ne sera pas administré), tandis que Goezman est condamné et exclu du Parlement (celui-ci discrédité sera dissous à la fin de l'année). Mais pendant toute cette affaire, le Barbier de Séville est interdit de représentation.

C'est à ce moment également qu'il rencontre Marie-Thérèse de Willer-Mawlaz qui devient sa maîtresse et qu'il épousera finalement en 1786.

Beaumarchais se met alors au service du roi et devient agent secret (sous le nom de M. de Ronac). Il séjourne en Flandres puis à Londres où il arrache notamment à un certain Angelucci la promesse de détruire un pamphlet contre Louis XVI. Mais il sera obligé de poursuivre le pamphlétaire en Hollande puis à Vienne où il paraît suspect et se retrouve prisonnier. Il sera rapidement libéré. Les récits qu'il donne de ces aventures ne semblent pas très fiables, mais ne lui enlèvent pas son crédit auprès du roi.

Mort de Louis XV (10 mai 1774). Louis XVI monte sur le trône et rappelle les anciens Parlements.
1775 Le Barbier de Séville est enfin joué à la Comédie-Française, mais sans succès. Ramené à quatre actes (au lieu de cinq), il est rejoué quelques jours plus tard, cette fois avec succès. Par ailleurs, Beaumarchais est à nouveau chargé de mission en Angleterre: il négocie avec le chevalier d'Eon la restitution de plans d'invasion de l'Angleterre par la France. Il prend également contact avec des émissaires des Insurgents (c'est-à-dire les colons américains qui veulent se défaire de la tutelle britannique). Début de la guerre d'Indépendance des Etats-Unis: Washington prend la tête de l'armée des treize colonies insurgées.
1776 Revenu en France, Beaumarchais défend la cause des Insurgents auprès du roi et de son ministre Vergennes. Celui-ci met un million de livres à sa disposition pour organiser l'aide à l'insurrection américaine, auquel s'ajoutera un million du gouvernement espagnol. Beaumarchais crée la maison de commerce Rodrigue Hortalez et Cie, destinée à camoufler ses activités. Mort du prince de Conti (août 1776), protecteur de Beaumarchais.

Déclaration d'Indépendance des Etats-Unis.

1777 Beaumarchais parvient à faire partir la flotte qu'il a équipée malgré la protestation de l'ambassadeur d'Angleterre. Il envoie aux Insurgents des armes et des fournitures pour une somme de cinq millions de livres. Mais, sous des prétextes divers, les Américains ne paieront jamais cette somme à Beaumarchais.

Par ailleurs, Marie-Thérèse, sa compagne, lui donne une fille, Eugénie.

Benjamin Franklin, représentant des Insurgents américains, se rend en France où il reçoit un accueil enthousiaste. La Fayette et des volontaires français partent pour l'Amérique.
1778 Beaumarchais s'occupe notamment de mettre sur pied une Société des auteurs dramatiques dont il veut faire reconnaître les droits face à la Comédie-Française. Il continue par ailleurs son commerce avec les Insurgents mais éprouve de grandes difficultés pour se faire payer. Enfin, il termine la rédaction du Mariage de Figaro mais va devoir le remanier pendant les cinq années qui suivent pour échapper à la censure.  
1779 Beaumarchais entreprend l'édition des oeuvres complètes de Voltaire dont il est un grand admirateur. Ce sera finalement un échec financier.

La guerre ouverte avec l'Angleterre lui permet par ailleurs de commercer ouvertement avec les Etats-Unis et de se renflouer financièrement.

Vergennes, ministre de Louis XVI, entraîne la France dans la guerre contre l'Angleterre aux côtés des Insurgents.
1781 Beaumarchais présente à la Comédie-Française le Mariage de Figaro qui est accepté par les acteurs. Mais la pièce doit encore passer l'épreuve de la censure. Un premier censeur l'accepte, mais, alerté, le roi Louis XVI demande à l'entendre, et, choqué, la fait interdire. Un second censeur confirme l'interdiction.  
1782 Mais la Cour est divisée entre plusieurs factions, et le comte d'Artois, futur Charles X (règne : 1824-1830), souhaite que la pièce soit jouée essentiellement pour bafouer l'autorité de son frère, le roi. Une première représentation, après remaniements, est prévue sur la scène des Menus-Plaisirs (à la Cour!). Le matin même, le roi ordonne l'interdiction, provoquant une fronde de la haute noblesse qui décide d'offrir au comte d'Artois une fête au domaine privé de Gennevilliers où la pièce sera jouée. Beaumarchais réticent souhaite que la pièce soit à nouveau soumise à la censure qui rend cette fois un verdict favorable. Le Mariage de Figaro sera alors représenté sans scandale devant une trentaine de personnes issues de la haute noblesse.  
1783 Le roi hésite cependant, et la pièce repassera encore devant trois censeurs successifs avant d'être finalement autorisée. En 1783, le traité de Versailles met fin à la guerre d'Indépendance, l'Angleterre cédant aux Etats-Unis tous les territoires au sud du Canada.
1784 Le dernier de ces passages se déroulera devant un censeur, Breteuil, accompagné d'académiciens, de courtisans et de dames de la Cour dont la peintre madame Vigée-Lebrun. La première aura finalement lieu le 27 avril au nouveau théâtre de la Montagne-Sainte-Geneviève (avec la troupe de la Comédie-Française). Ce sera un véritable événement, la foule assiégeant le théâtre pour entrer, alors que les grands se sont installés dans des loges plusieurs heures à l'avance pour être sûrs d'obtenir une place. Beaumarchais lui-même assiste à la représentation caché dans une loge grillagée.  
1785 Mais les adversaires du Mariage n'ont pas désarmé et l'un d'eux, l'académicien Suard, publie des pamphlets dénonçant «l'immoralité» de la pièce. Beaumarchais réplique de manière cinglante, ce qui entraîne son emprisonnement sur ordre du roi. Mais celui-ci, toujours aussi versatile, le fait libérer après cinq jours à peine. Le Mariage, à nouveau interdit depuis le 7 mars, est autorisé, avec succès, à partir du 18 août. Au même moment, le Barbier est repris à la Cour avec la reine Marie-Antoinette dans le rôle de Rosine et le comte d'Artois dans celui de Figaro!  
1786 Les Noces de Figaro, opéra de Mozart inspiré de la pièce de Beaumarchais, est représenté au Burgtheater de Vienne. Mort de Vergennes, le soutien politique de Beaumarchais.
1787 Beaumarchais s'engage dans une nouvelle bataille judiciaire en faveur de Mme Kornman que son mari, un banquier alsacien, a fait enfermer dans une maison de force pour s'emparer de sa dot.

Par ailleurs, il se fait construire une superbe demeure près de la Bastille qui suscite bientôt les envieux.

Enfin, il fait représenter avec succès un opéra, Tarare.

 
1789 Le 2 avril, Kornman et son avocat Bergasse sont condamnés comme calomniateurs, mais Beaumarchais a cette fois perdu le soutien de l'opinion publique pour qui il est devenu le représentant d'un régime détesté. Il va rapidement devenir suspect aux yeux de la Révolution qui commence. 14 juillet 1789: prise de la Bastille.

4 août : l'Assemblée constituante abolit les privilèges.

26 août : Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

1791   Juin 1791 : fuite du roi arrêté à Varennes.
1792 Sa nouvelle pièce, la Mère coupable, est un échec.

Alors que la guerre s'annonce, Beaumarchais entreprend d'acheter pour le gouvernement français 60000 fusils déposés en Hollande. Mais l'affaire s'enlise, et il est bientôt dénoncé comme accapareur d'armes: le peuple envahit sa maison et la fouille vainement à la recherche des fusils disparus. Beaumarchais sera cependant arrêté mais libéré juste avant les massacres de Septembre.

20 avril 1792 : déclaration de guerre à l'Autriche et premiers revers militaires pour la France.

10 août: chute de la royauté.

2 septembre : la Convention nouvellement élue va proclamer la République.

2-6 septembre : dans la surexcitation causée par l'annonce des défaites militaires, la population parisienne massacre plus de douze cents détenus (aristocrates, prêtres réfractaires supposés anti-révolutionnaires) dans les prisons.

1793 Le sort de Beaumarchais est aussi incertain que cette époque troublée: parti en Hollande (à cause des fusils) puis en Angleterre, il est réputé émigré (ce qui signifie la mort) mais revient en France pour se justifier. Le Comité de Salut public suspend le décret d'accusation et le charge même de faire enfin parvenir les fusils en France. Beaumarchais repart en Hollande, Allemagne, Angleterre. 21 janvier 1793 : exécution de Louis XVI.

Mars: coalition de l'Angleterre, la Russie, l'Espagne contre la France.

2 juin: arrestation des Girondins opposés aux Montagnards et à Robespierre.

17 septembre: lois sur les suspects et début de la Terreur.

1794 Il est de nouveau inscrit sur la liste des émigrés, et sa femme, sa fille et sa soeur sont emprisonnées, n'échappant à la mort que grâce à la chute de Robespierre. Mars-avril1794: Robespierre élimine dantonistes et hébertistes, ses derniers opposants.

27 juillet: journée du 9 thermidor qui voit la chute de Robespierre et de ses partisans. Fin de la Terreur.

1796 Beaumarchais est rayé de la liste des émigrés et rentre à Paris.  
1799 Le 17 mai, il meurt subitement d'apoplexie.9 novembre 1799: journée du dix-huit brumaire et prise du pouvoir par Bonaparte.

La chronologie de la vie de Beaumarchais reproduite ci-dessus a été établie en se basant sur les ouvrages suivants:

  • Beaumarchais, La Folle Journée ou Le Mariage de Figaro. Edition de Françoise Bagot et Michel Kail. Paris, Gallimard (folio théâtre), 1996.
  • Beaumarchais, Le Barbier de Séville, Le Mariage de Figaro, La mère coupable. Préface et commentaires de Jean Delabroy. Paris, Presses Pocket, 1993.
  • Philippe Van Tieghem, Beaumarchais par lui-même. Paris, Seuil (Ecrivains de toujours), 1960.

L'utilisation de cette chronologie devrait permettre d'atteindre facilement les objectifs évoqués précédemment.

On constatera que Molinaro et ses scénaristes (Guitry puis Jean-Claude Brisville) sont relativement fidèles à l'histoire telle qu'on peut l'appréhender à travers la chronologie proposée. Ils condensent néanmoins (ou inversent) des événements qui se sont déroulés sur une longue période de temps (par exemple le délai qui sépare la première du Mariage de l'arrestation de Beaumarchais) ou qui se sont répétés plusieurs fois (Beaumarchais s'est rendu au moins deux fois à Londres; le Mariage est passé devant six censeurs successifs). L'on se contentera cependant de ce diagnostic sommaire sans chercher à préciser plus avant la part d'invention propre au film, ce qui nécessiterait une recherche approfondie sans grand intérêt pour des élèves du secondaire.

La chronologie permettra également d'éclairer un certain nombre de faits rapportés par le film, par exemple le procès compliqué qui a opposé Beaumarchais au comte de La Blache et au conseiller Goezman. Mais beaucoup de petits détails trouvent également une explication dans cette chronologie: ainsi, l'incident à la cour de Versailles où un importun demande à Beaumarchais de lui réparer sa montre rappelle le premier métier pratiqué par Beaumarchais, l'horlogerie, métier manuel méprisé par les aristocrates oisifs.

Enfin, l'utilisation, comme on l'a conseillé, de deux couleurs pour souligner les événements de cette chronologie facilitera la reconstitution du scénario: chaque groupe d'élèves (si l'on a travaillé en groupe) reprendra d'abord au tableau ou sur une grande feuille les événements soulignés en rouge (les événements repris tels quels) en laissant de larges espaces entre chacun d'eux. Une fois cette ossature terminée, on ajoutera les événements rapportés seulement par le film et dont on s'est souvenu, ainsi que ceux reliés indirectement à la chronologie et qui devront sans doute être replacés par inférence ou sur base du souvenir.

Certains événements du film trouveront peut-être difficilement leur place dans ce schéma à cause des incertitudes de notre mémoire. On les placera de manière approximative, accompagnés par exemple d'un point d'interrogation. Tout ce travail visant à compléter la première ossature pourra se faire collectivement au cours d'une discussion libre.

Le résultat de ce travail pourra se présenter de la manière suivante. Dans un tableau, les événements repris de la chronologie seront alignés à gauche, et les événements inventés par le film ou du moins non repris dans la chronologie seront alignés à droite.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier