Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos Blog Grignews
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer l'extrait

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux et consacré au dessin animé
Allez Raconte !
un film de Jean-Christophe Roger
France, 2010, 1h17

Ce dossier, destiné aux enseignants ou animateurs en charge d'enfants de 5 à 8 ans, propose plusieurs activités à réaliser en relation avec le film, pour sensibiliser le public à sa richesse graphique, à sa dimension caricaturale, voire satirique, aux portraits contrastés des personnages et aux valeurs qu'ils incarnent.

Chacun son styleŠ de personnalité !

Les personnages du film ne se différencient pas que par leur physique [un thème abordé dans l'animation précédente, non reproduite sur cette page web mais disponible dans le dossier imprimé] mais aussi par leur caractère, leur « style psychologique » pourrait-on dire. Invitons les participants à décrire certains personnages sur le plan psychologique.

  • image_filmLaurent
  • Brigitte
  • Éric
  • Hubert
  • Momo
  • Marion
  • Jean-Pierre
  • L'animateur
  • Monsieur Beauregard

Laissons les participants s'exprimer librement et prenons note sommairement des adjectifs qui permettent de qualifier ces personnages.

image_filmOn pourra demander par exemple pour nuancer les portraits si les participants se souviennent de la manière dont ces personnages (dans ce cas, les candidats au jeu) se comportent au début du film, quand ils se rendent au studio de télévision.

(Cette séquence est assez représentative pour certains personnages : Laurent est mort de trac, il trouve que sa femme roule trop vite, il a peurŠ

Jean-Pierre au volant de son taxi s'énerve sur les autres conducteurs, se fâche et crieŠ Hubert se lance dans une grande leçon concernant les dangers de ne pas boucler sa ceinture de sécuritéŠ Quant à Éric, il roule sur plusieurs voitures dans le parking avant de chiper in extremis la place convoitée par Jean- PierreŠ )

On pourra éventuellement fournir aux participants une série d'adjectifs qui permettent de qualifier les personnages et donc d'affiner les portraits. Si tous les mots ne sont pas connus, l'activité permettra d'améliorer le vocabulaire.

tricheur tendre doux
cultivé je-sais-tout féministe
timide solitaire sans scrupule
calme rêveur remuant
grossier idiot sensible
peureux menteur imaginatif
courageux égoïste vieux jeu
nerveux maladroit distrait
soupe-au-lait gentil fonceur
ambitieux responsable modeste
rebelle

Quand les spectateurs auront brossé le portrait psychologique des personnages, on pourra leur demander si certains traits de caractère les ont fait rire et pourquoi. Est-ce que certains traits sont exagérés ?

Commentaires

image filmSi certains personnages sont assez monolithiques, comme Éric qui est tricheur, menteur et de manière générale détestable, ou comme l'animateur qui est passablement idiot, beaucoup d'autres personnages ont plusieurs facettes. Par exemple, Jean-Pierre est grossier et soupe au lait, mais il est aussi sensible, courageux (c'est lui qui pense à mettre tout le monde à l'abri au moment de l'attaque des « Barons rouges ») et enthousiaste (il manifeste bruyamment sa joie lors de la victoire de Laurent). Marion réclame avec force les mêmes droits pour les femmes et les hommes et elle revendique une indépendance qui s'illustre également dans ses histoires ; pourtant, elle souffre aussi de solitude et voudrait bien rencontrer un amoureux. Momo est un gentil papa, modeste et discret, mais il est aussi un peu désabusé (il dit ne pas croire aux amours de contes de fée) et l'histoire qu'il raconte lors de la première épreuve laisse penser qu'il a vécu des épreuves difficiles dans sa vie. Quant à Laurent, s'il est peureux et maladroit, il a aussi beaucoup d'imagination, un talent pour la comédie et il est généreux et sincère.

image filmMais la description des personnages sur un plan psychologique permettra aussi de sensibiliser les jeunes spectateurs à la caricature. En effet, plusieurs traits de caractère sont accentués jusqu'à l'exagération, ce qui suscite le rire. Le manque de confiance de Laurent se traduit par sa maladresse, sa peur dans la voiture, ses suées, son refus des responsabilités, etc.

Par contre, Brigitte, elle, « prend les choses en main », elle veut à tout prix prévenir les agents de sécurité qu'il y a une tricherie en cours, elle n'hésite pas à monter elle-même dans les cintres pour intercepter la complice d'Éric, etc. Le caractère « sans scrupule » d'Éric s'illustre dans toutes ses tricheries et ses manques de respect (il vole la place de parking de Jean-Pierre en roulant sur d'autres voitures ; il marche sur les pieds de Laurent ; il se vante auprès de son patron pour dévaloriser Laurent ; il ment ; il piège les autres concurrents tout en feignant l'indignation, comme si lui-même était un champion de la morale !)

Marion est une féministe, qui réclame son droit à participer au jeu, normalement réservé aux papas, elle raconte une histoire où c'est la princesse qui cherche à délivrer le prince emprisonné et qui finalement choisit un autre fiancé parce que le premier ne lui plaît pas !

image filmLe caractère « grossier » de Jean-Pierre s'exprime dans son utilisation fréquente de gros mots et dans son incapacité à garder son calme.

Quant à Hubert, il a un côté « vieux jeu », cultivé, donneur de leçons, qui s'exprime par exemple quand il explique les dangers de ne pas boucler sa ceinture de sécurité (et, ce faisant, il ne regarde plus du tout la route !) ; ses références historiques et culturelles ne sont pas partagées par les autres qui ne le comprennent pas (la confusion sur les mots « dauphin », « serfs », etc. ; son évocation des poètes Verlaine et Lamartine, dont Éric n'a jamais entendu parlerŠ)

L'animateur du jeu est un peu idiot, il a un vocabulaire limité, il s'amuse des « humiliations » réservées aux perdants, il a en réalité très peur que le jeu ne soit pas un succès et qu'il soit à nouveau chargé de présenter la météo à la télévision.

Enfin, Monsieur Beauregard est le patron extrêmement nerveux, qui met la pression sur ses employés ; il est obsédé par son film. Comme il est tout petit et qu'il ne sait rien faire (il déclenche des catastrophes en essayant d'imprimer le scénario), alors qu'il a beaucoup de pouvoir, il constitue un exemple particulièrement évident de caricature.

Prolongement

image filmLa dimension satirique du film dépasse la description des personnages. Elle s'illustre également dans la description du monde du travail par exemple, ou du monde de la télévision.

Avec des spectateurs suffisamment mûrs, on pourra aborder cette dimension en confrontant leurs observations.

Parmi les scènes du film qui vous ont fait rire, lesquelles dénoncent certains travers de la société ?

Par exemple, la satire de la télévision passe notamment par le caractère un peu idiot de l'animateur du jeu : il rit bêtement de ses propres mots ; il ne dit que des banalités (notamment, il dit ce qu'il est en train de faire : « et maintenant, je tire un papier dans un bocal transparent ! ») ; son vocabulaire est très limité ; etc. Certaines épreuves sont assorties d'humiliations pour les perdants (tomber à l'eau, recevoir une tarte à la crème dans le visageŠ), ce qui est aussi cliché que bêteŠ Le prix que remportera le gagnant est faramineux quant à sa valeur financière, mais se révèle un cadeau empoisonné (comme on le verra en épilogue, Éric vit des aventures plutôt effrayantes et désagréables). L'émission consiste en un programme fractionné, que l'on peut abandonner et reprendre à tout moment : fractionné par les épreuves et par les intermèdes musicaux ou publicitaires.

image filmLe monde du travail n'est pas épargné par la satire. Dans l'entreprise où travaillent Laurent et Éric, les employés regardent la télévision quand ils ne sont pas « surveillés » par le patron, certains d'entre eux volent le matériel de bureau (comme l'insinue Laurent à propos d'Éric); la secrétaire attend que ses ongles qu'elle vient de vernir soient secs pour faire ce que le patron lui demande. Celui-ci est incapable de la plus simple tâche, comme imprimer un document. Il est aussi extrêmement nerveux et met une pression considérable sur son personnel. Les équipements (notamment informatiques) sont configurés en dépit du bon sens (la touche F13 déclenche des catastrophes !). Quant au personnel de sécurité du studio de télévision, il est inefficace pour repérer les tricheurs et leurs complices. Le monde du travail est aussi dépeint comme le lieu d'une terrible concurrence entre employés (comme Éric et Laurent, notamment).

Enfin, le regard porté sur le féminisme de certains personnages (Marion, Brigitte et même Jeanne) est mi-sérieux, mi-moqueur. Parfois les revendications des femmes sont présentées comme très pertinentes ( Jeanne demande pourquoi Zozo ne répare pas lui-même ses capes ; Marion réclame le droit de participer au jeu télévisé et dénonce la discrimination vis-à-vis des mamansŠ) mais d'autres fois, le caractère caricatural du portrait féminin (Marion qui drague maladroitement les hommes qu'elle rencontre; Brigitte qui s'en va affronter la complice d'Éric dans les cintresŠ) fait sourire.

image film image film

Tous les dossiers - Choisir un autre dossier