Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos Blog Grignews
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer l'extrait

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux et consacré au film d'animation
Les Contes de la nuit
de Michel Ocelot
France, 2011, 1h24

Le dossier pédagogique dont on trouvera un extrait ci-dessous s'adresse aux enseignants et aux animateurs qui verront le dessin animé Les Contes de la nuit avec un large public d'enfants (entre cinq et neuf) et éventuellement d'adultes (dans le cadre par exemple d'un dialogue intergénérationnel). Les animations proposées souhaitent aborder les multiples aspects de ce film, qu'il s'agisse des histoires racontées ‹ Michel Ocelot est un magnifique conteur ‹, du choix des décors et personnages, du graphisme de ces différents dessins animés ou encore des multiples références culturelles qui émaillent ces contes et qui méritent un détour ou une courte exploration.

Se souvenir du film

Le dessin animé de Michel Ocelot, Les Contes de la nuit se présente comme une suite d'histoires relativement indépendantes les unes des autres, même si elles sont reliées entre elles par un même «dispositif», à savoir les discussions d'un trio de personnages ‹ un jeune homme, une jeune fille et un vieux technicien ‹ réunis dans un cinéma où ils imaginent (ou sont censés imaginer) les histoires mises en scène. Après la vision de ce dessin animé, il est sans doute intéressant de revenir avec les jeunes spectateurs sur ces six histoires: un premier travail de remémoration est en effet indispensable avant toute réflexion plus approfondie sur l'ensemble du dessin animé.

Il ne s'agira pas de faire ici un résumé complet des différentes histoires mais plutôt de rappeler une série d'éléments significatifs comme les principaux personnages, les lieux évoqués, les événements remarquables ou significatifs, les péripéties les plus importantes ou encore des détails marquants, autant d'éléments qui méritent que l'on y revienne de façon un peu plus approfondie. Pour faciliter ce travail de remémoration, le plus simple est d'utiliser quelques images du film ‹ une par histoire ‹ et d'inviter les participants à décrire les éléments de chaque image puis de situer ces éléments dans leur contexte par simple association d'idées:

  • Ainsi, le décor de la première image suffit sans doute à nous rappeler que cette histoire se passe au Moyen Âge: la jeune femme porte notamment un hennin, une coiffure caractéristique de l'époque (composée d'un bonnet pointu surmonté de voiles transparents) et un garde (à gauche de l'image) est armé d'une hallebarde. Si l'image nous présente la fiancée et son père, on se souvient cependant facilement que la jeune femme a une s¦ur, rivale négligée, qui est venue en aide au jeune homme injustement emprisonné et à présent transformé en loup-garou. C'est lui que l'on voit à la droite de l'image alors qu'il a perdu le collier qui lui permettrait de redevenir humain: on sait que c'est la fiancée elle-même qui a jeté ce collier dans un puits profond!
  • La deuxième image met en scène Tijean, le héros de cette histoire antillaise, confronté à l'abeille géante. Le décor géométrique et très coloré nous signale que nous sommes dans un autre monde, le pays des morts. Et Tijean va y être confronté à trois animaux redoutables: une abeille, une mangouste et un iguane géants. Mais ces animaux, amadoués par la nourriture apportée par Tijean, vont lui venir en aide dans la seconde partie de l'histoire lorsque le roi le soumet à une triple épreuve pour pouvoir épouser sa fille: retrouver les douze tortues à carapace d'or, puis le diamant bleu, et enfin découvrir quelle est sa fille aînée parmi les trois princesses identiques…
  • Etc.

L'objectif de l'animation sera essentiellement de permettre l'expression orale des participants mais aussi de favoriser la remémoration d'un maximum d'éléments significatifs: comme on l'a dit, il ne s'agit pas de reconstituer le détail des histoires mais plutôt de repérer tous les éléments ‹ personnages principaux ou secondaires, décors, costumes, péripéties, détails graphiques ou autres, chants, musiques… ‹ que les spectateurs, jeunes ou moins jeunes, auront perçus comme marquants, spectaculaires, émouvants, admirables, impressionnants… Dans un premier temps, l'on pourra travailler par simple association d'idées. Mais ensuite, on pourra utiliser une petite grille d'analyse pour organiser les souvenirs des participants et, indirectement, révéler la «structure» ou l'organisation des différents contes. Cette grille portera notamment sur les deux ou trois personnages principaux mis en scène dans chaque histoire, sur les personnages secondaires, sur les costumes et coiffures des personnages, sur le lieu et/ou l'époque1 où se déroule l'histoire, sur les moments les plus importants dans chaque récit et enfin sur l'un ou l'autre détail perçu comme remarquable. On ajoutera également un élément purement esthétique, à savoir la couleur dominante des décors: les jeunes spectateurs auront en effet remarqué que les personnages apparaissent en noir sur des fonds très colorés. Or ceux-ci ont généralement une ou deux couleurs dominantes. S'en souviennent-ils?

Si les jeunes participants ne maîtrisent pas suffisamment l'écrit, l'enseignant ou l'animateur pourra procéder oralement en passant en revue les différents épisodes des Contes de la nuit (qui sont repris en ligne dans le tableau ci-dessous).


cliquez sur l'image pour obtenir une verson agrandie

On trouvera ci-dessous quelques exemples de réponses possibles. Les participants pourront bien sûr avoir des appréciations relativement différentes (notamment par rapport aux éléments perçus comme remarquables), et l'ensemble de cette grille doit essentiellement être utilisé comme un aide-mémoire et un soutien à la discussion.


cliquez sur l'image pour obtenir une verson agrandie

Prolongement

Les Contes de la nuit, avec la répétition du même dispositif ‹ un vieux projectionniste et deux jeunes gens imaginent le cadre de la nouvelle histoire qu'ils vont raconter ‹ est une invitation pour les spectateurs à une imitation créatrice: à leur tour d'imaginer une histoire à deux ou trois personnages qui se déroule dans un décor remarquable!

Bien entendu, le talent de conteur n'est pas donné à tout le monde, mais l'exercice permet de l'améliorer et parfois de le révéler chez des personnes qui s'en croyaient spontanément dépourvues!

Proposons ainsi aux jeunes participants d'inventer à leur tour un conte. Le plu simple sera de partir du tableau précédent en leur demandant d'imaginer les éléments suivants:

  • les deux ou trois personnages principaux
  • quelques personnages secondaires
  • des costumes et des coiffures
  • le lieu et/ou l'époque où se déroule le récit
  • quelques événements importants
  • quelques détails significatifs ou remarquables
  • une ambiance générale, une couleur dominante

On obtiendra ainsi des matériaux bruts qui pourront servir de base à la fabrication d'une histoire. Bien sûr, il ne s'agit encore là que d'une première étape, très sommaire, et il faudra sans doute plusieurs essais pour arriver à un récit construit. Mais l'objectif est ici avant tout de susciter le plaisir de raconter et de permettre à tous de s'essayer à cet exercice.

Vous pouvez également consulter sur ce site un extrait des dossiers pédagogiques que les Grignoux ont réalisés sur
Princes et Princesses
Kirikou et la sorcière
Kirikou et les bêtes sauvages
Azur et Asmar de Michel Ocelot.

Tous les dossiers - Choisir un autre dossier