Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos Blog Grignews
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer l'extrait

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux et consacré au film
4 mois, 3 semaines & 2 jours (4 luni, 3 săptămâni şi 2 zile)
de Cristian Mungiu
Roumanie, 2007, 1h53

Le dossier pédagogique dont on trouvera un extrait ci-dessous s'adresse aux enseignants du secondaire qui verront le film 4 mois, 3 semaines & 2 jours avec leurs élèves (entre quinze et dix-huit ans environ). Il contient plusieurs animations qui pourront être rapidement mises en œuvre en classe après la vision du film.

Comprendre les personnages

4 mois, 3 semaines & 2 jours de Cristian Mungiu pose apparemment peu de problèmes de compréhension. Mais son véritable propos réside sans doute moins dans les événements racontés que dans le portrait psychologique de ses personnages principaux. Or, à ce niveau, il est vraisemblable qu'un certain nombre de jeunes spectateurs et spectatrices pourront rester indifférents au drame vécu par Otilia et Gabita, soit à cause de préjugés idéologiques (en particulier contre l'avortement), soit par manque d'expérience humaine générale: des réactions adolescentes sommaires — comme «il fallait lui casser la figure», «elles n'avaient qu'à partir à l'étranger», «elles ont agi de façon stupide»... — témoignent ainsi facilement d'une incompréhension profonde de la réalité psychologique — avec ses multiples contraintes — que vivent les deux personnages du film.

Il est donc intéressant de revenir avec les jeunes spectateurs sur le comportement d'Otilia et de Gabita pour en éclairer certains aspects, même si, en ce domaine, une explication «rationnelle» reste nécessairement limitée et incertaine, ni ne peut surtout prétendre remplacer l'expérience vécue[1]. Il est par ailleurs difficile de prévoir quelles seront les incompréhensions éventuelles que suscitera le film de Cristian Mungiu.

L'on propose donc de procéder en deux étapes. On soumettra d'abord aux participants un questionnaire portant sur les réactions des deux jeunes femmes en leur demandant s'ils comprennent ces réactions et surtout si eux-mêmes auraient réagi de cette manière.

Comme certaines questions peuvent paraître très personnelles, on peut préférer le donner anonymement : l'enseignant ou l'animateur pourra ensuite recueillir les réponses et les dépouiller rapidement avec éventuellement l'aide d'un outil informatique permettant de dégager les grandes tendances (moyennes mais également écarts-types qui mesurent la dispersion des réponses) .

Les résultats de ce questionnaire permettront ainsi de repérer les points qui posent question et de lancer ensuite une discussion en grand groupe sur l'un ou l'autre de ces points. L'on trouvera dans les encadrés des pages suivantes [seul un de ces encadrés est reproduit sur cette page WEB] quelques réflexions dont l'enseignant ou l'animateur pourra se servir pour nourrir la discussion ou qu'il pourra soumettre directement aux participants.

Ces réflexions portent plus particulièrement sur les trois points suivants:

  • pourquoi Otilia cède-t-elle au chantage de M.Bebe?
  • pourquoi Gabita s'est-elle adressée à un inconnu pour avorter?
  • quel est l'objet de la dispute entre Otilia et son fiancé Adi?

photo du film

4 mois, 3 semaines & 2 jours: votre réaction...

Dans 4 mois, 3 semaines & 2 jours de Cristian Mungiu, Otilia et Gabita, les deux personnages principaux, sont amenées à faire une série de choix, parfois difficiles. Est-ce que vous comprenez leurs décisions et est-ce que vous-mêmes auriez réagi de cette manière? Voici une série d'événements du film sur lesquels vous pourrez donner votre opinion en la nuançant éventuellement grâce aux échelles d'évaluation.

1. Gabita s'adresse à une copine pour trouver quelqu'un qui puisse l'aider à avorter.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire
2. Otilia accepte d'aider Gabita.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire
3. Gabita se demande si elle doit prendre ses cours avec elle.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire
4. Otilia se rend au rendez-vous avec M.Bebe et monte dans son auto.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire
photo du film
5. À l'hôtel, Gabita propose des bonbons à M.Bebe.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire
6. Gabita a menti sur l'état d'avancement de sa grossesse.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire

photo du film

7. Otilia demande à M.Bebe ce qui peut arriver comme complication.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire
8. Otilia et Gabita acceptent les exigences de M.Bebe.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire
photo du film
9. Otilia demande calmement à Gabita pourquoi elle s'est adressée à ce M.Bebe.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire
10. Otilia se rend chez son fiancé et s'assied à table en écoutant la conversation.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire
photo du film
11. Otilia demande à son fiancé s'il l'aiderait si elle était enceinte.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire
12. Otilia veut prendre l'ascenseur mais s'énerve parce que son fiancé reste planté à côté d'elle: finalement, elle prend l'escalier.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire
13. À l'hôtel, Gabita demande à Otilia d'enterrer le fœtus.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire
photo du film
14. Dans la nuit, Otilia jette finalement le fœtus dans un vide-ordures comme l'avait dit M.Bebe.
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire
15. Revenue à l'hôtel, Otilia suggère à Gabita de ne «plus jamais parler de ça».
ça me paraît incompréhensible ça me paraît tout à fait compréhensible
je n'agirais jamais comme ça j'agirais de façon similaire

photo du film

Commentaire : point de vue masculin/féminin

Pourquoi, après la séquence à l'hôtel avec M.Bebe, Otilia se dispute-t-elle avec son fiancé dans sa chambre? On comprend bien sûr qu'elle reporte une partie de sa colère (provoquée par le chantage de M.Bebe) sur le jeune homme; on remarquera cependant qu'elle est beaucoup plus virulente avec lui qu'avec Gabita dont les maladresses paraissent pourtant être la première cause de son malheur.

On peut cependant interpréter la réaction d'Otilia de façon plus complexe et faire notamment l'hypothèse que ce qu'elle vient de vivre avec Gabita lui a «ouvert les yeux» sur sa relation avec Adi, son fiancé. À première vue, ce couple — comme n'importe quel couple — paraît égalitaire, mais un événement comme une grossesse non désirée révèle l'inégalité profonde entres les hommes et les femmes, inégalité bien sûr accentuée dans une société qui interdit l'avortement comme la Roumanie de Ceauescu.

En effet, Otilia sent bien qu'une telle grossesse implique intimement et totalement la femme dont la vie peut alors basculer: ainsi quand elle demande à Adi ce qu'il ferait dans une telle situation, il lui propose seulement de l'épouser, ce qui l'obligerait, dit-elle ironiquement, à finir sa vie en lui faisant de la purée! Otilia ne veut-elle pas d'enfant et fait-elle passer sa (future) carrière professionnelle avant toute chose? Peut-être pas, mais elle sent bien à ce moment qu'une grossesse lui imposerait un destin tracé d'avance et la mettrait en outre en situation de forte dépendance par rapport à son fiancé (ou futur mari). Celui-ci en revanche garderait, elle le sait bien, une réelle liberté de choix: l'épouser ou ne pas l'épouser, vivre avec elle ou l'abandonner...

La maternité révèle ainsi la situation dominée des femmes et la dépendance où cette situation les met par rapport aux hommes. On constate d'ailleurs qu'Adi reste beaucoup moins impliqué qu'Otilia, répondant de façon générale à ses questions (il est «contre l'avortement»...) sans percevoir l'urgence dramatique de sa question: «Est-ce que tu m'aiderais?». Cette question — qui est en même temps une exigence — est à la fois vague et absolue: il faut qu'elle puisse compter sur lui, totalement, sans réticence, sans contre-partie, sans qu'il n'exige rien en retour et quelle que soit sa décision... de la même manière qu'elle-même se comporte avec Gabita.

Mais ça, elle pressent ou elle redoute que ça ne soit pas le cas et que, dans une telle situation, elle se retrouverait d'une manière ou d'une autre à la merci d'Adi qui pourrait critiquer ses choix et la soumettre à l'une ou l'autre forme de chantage. À ce moment, d'ailleurs, bien loin de critiquer Gabita (ce qu'elle pourrait faire), elle affirme qu'elle doit aussitôt partir pour l'aider, même si cela doit choquer les parents du jeune homme, témoignant d'une solidarité entre femmes dont celui-ci ne semble pas capable. (On remarquera d'ailleurs que Gabita est seule et que le père de son enfant est complètement absent: pour Otilia, c'est sans doute un exemple du fait qu'une femme ne peut pas effectivement compter dans une telle situation sur l'homme qui est censé la soutenir.)

Enfin, dans la discussion, Adi évoque seulement les risques courus par un médecin avorteur sans tenir compte de ceux que prend physiquement une femme dans une telle situation: la grossesse reste pour le jeune homme quelque chose de tout à fait abstrait alors qu'elle est évidemment vécue de façon très intime par n'importe quelle jeune femme. Même si Otilia n'est vraisemblablement pas enceinte à ce moment-là, c'est dans son corps que se développe (ou pourrait se développer) peut-être un nouvel être (puisqu'Adi n'a pas voulu «se retirer» lors de leur dernier rapport). Même si chaque femme vit différemment sa grossesse éventuelle, il y a dans ce processus un sentiment de perte de maîtrise de son propre corps et donc de l'ensemble de son destin — surtout si la grossesse n'était pas désirée —, un sentiment de dépossession de soi, d'envahissement, d'étrangeté... difficile à partager avec autrui mais qui peut générer une très forte angoisse et qui explique ainsi l'exigence d'Otilia: «Est-ce que tu m'aiderais?»...


1. L'expérience subjective, surtout lorsqu'elle est exceptionnelle ou extrême, mettant en jeu la vie et l'identité profonde de l'individu, est évidemment intransmissible en tant que telle. Néanmoins, par analogie, par comparaison, mais aussi par réflexion, on peut sans doute arriver à une meilleure compréhension de telles expériences. Et le cinéma de fiction, notamment dans sa meilleure part, peut certainement y contribuer.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier