Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos Blog Grignews
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer l'extrait

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux et consacré au film
Les Contes de la mère poule
trois films d’animation de Farkhondeh Torabi, Morteza Ahadi Sarkani et Vajiolah Fard-e-Moghadam
Iran, 2001, 46 mn (13 mn, 17 mn, 16 mn)

Le dossier pédagogique dont on trouvera un extrait ci-dessous s'adresse aux enseignants du maternel qui verront le film Les contes de la mère poule avec leurs élèves (entre trois et cinq ans environ). Il contient plusieurs animations qui pourront être rapidement mises en œuvre en classe après la vision du film.

Distinguer les styles

Les trois histoires des Contes de la mère poule se différencient beaucoup par leur style. Cette caractéristique formelle qui fait la richesse du programme peut également être considérée comme un atout efficace pour aider les enfants à ne pas mélanger les contes vus en continuité sous ce même titre générique. Dans le cadre de l’activité, on se servira donc du critère graphique pour identifier et caractériser les univers de chaque histoire.

Concrètement on proposera aux enfants d’observer les images 22 à 27 (découpées au préalable) reproduites en page 13 et 16 du dossier imprimé [ces images ne sont pas reproduites sur cette page web], qui montrent deux par deux des motifs identiques. On reconnaîtra ainsi la chèvre de Shangoul et Mangoul, et celle qui bat le rassemblement dans Lili Hosak; les deux tortues, différentes selon le graphisme de ces mêmes contes, les poissons du Poisson Arc-en-ciel, et ceux qui tentent de porter secours au poussin en train de se noyer dans Lili Hosak.

Pour les tout-petits, qui reconnaîtront certainement sans difficulté les animaux représentés, ce sera l’occasion de mettre des mots sur ce qui différencie les personnages présentés par paire: est-ce que les deux chèvres qu’on voit sur les images sont tout à fait les mêmes? qu’est-ce qu’elles ont de différent? pourquoi peut-on dire que la première est tirée de Shangoul et Mangoul et la seconde de Lili Hosak? peut-on les décrire en deux ou trois mots (formes, contours, couleurs, matière...)?

Après avoir verbalisé quelques détails remarquables, on effectuera le même exercice de description avec les deux images montrant les poissons et les tortues. Les animaux reconnus et décrits seront rassemblés selon les histoires: celle avec les poissons, celle avec la chèvre et le loup, et celle avec le poussin tombé à l’eau.

Ces deux dernières, qui naissent au cœur d’un tapis persan, feront l’objet d’une attention particulière et d’un petit commentaire. Sans vouloir faire des enfants des spécialistes de l’art de la tapisserie, on pourra leur montrer les illustrations de quelques modèles de tapis rappelant l’univers de Shangoul et Mangoul et celui de Lili Hosak. On leur expliquera très simplement qu’en Iran, et en Orient de manière générale, l’art de la tapisserie est quelque chose de très important. Dans toutes les maisons, le sol est couvert d’épais tapis faits à la main, lourds mais souples et doux comme du velours, avec une grande richesse dans les couleurs et les dessins. Ces tapis sont de véritables œuvres d’art, dont la confection demande énormément de travail et de temps. Ces tapis ont un usage décoratif mais ils peuvent aussi avoir une fonction utile, comme celle d’isoler le sol du froid.

Enfin, par son dépouillement et la stylisation de ses motifs, le décor de Lili Hosak sera aisément mis en rapport avec les illustrations représentant des modèles de tapis Gabbeh (ci-dessous), autrement dit de tapis persans dont la particularité est d’être fabriqués par les populations nomades. Utilisés dans les tentes comme couvertures ou matelas, les tapis Gabbeh sont plus grossiers et plus légers que les tapis classiques. Leurs décors, moins chargés, se composent de motifs naïfs et géométriques d’une grande simplicité, pareils à ceux qu’on peut observer dans Lili Hosak.

Prolongements

Palper, verbaliser...

Par la grande diversité des matières utilisées pour créer les personnages et les décors des trois courts métrages, Les Contes de la mère poule mettent indirectement en éveil le sens du toucher. On se trouve donc face à une belle opportunité pour explorer en prolongement du film l’univers des textures et des matières, très simplement en palpant différentes sortes de tissus et de laines. L’objectif n’est pas d’élargir les connaissances des enfants dans le domaine textile mais bien de les amener à découvrir la grande variété de ces matières et des perceptions tactiles qui y sont associées.

L’expression autour des sensations procurées permettra par ailleurs d’enrichir le vocabulaire: certaines matières sont rêches au toucher, ou bien dures, raides, rudes, rugueuse, râpeuses...; d’autres par contre sont douces, moelleuses, soyeuses, lisses... Pour cette activité de découverte, l’enseignant veillera à apporter en classe un échantillon de bouts de tissus et de laines suffisamment diversifié: velours (lisse et côtelé), soie, satin, coton, lin, molleton, tulle, feutrine, éponge, jute, lambswool, mohair, angora, laine vierge, cachemire, matières synthétiques comme le nylon, etc.

Laine, tissu et Tangram

Le Tangram est un jeu chinois très ancien. Il se compose de sept pièces géométriques — 5 triangles de trois tailles différentes, un carré et un parallélogramme — qui peuvent se juxtaposer pour former un carré. Le but du jeu est de reproduire avec ces pièces une forme donnée, en respectant quelques règles simples : utiliser toujours toutes les pièces, et poser celles-ci à plat sans qu’elles se superposent.

Les modèles sont très nombreux; on en répertorie presque deux mille, dont certains sont extrêmement difficiles. Nous suggérons de reprendre le principe de ce jeu — élaborer plusieurs figures d’après un nombre limité de formes géométriques identiques: ici un triangle, deux carrés, deux trapèzes et un parallélogramme — pour jeter les bases d’une activité créative en rapport avec les procédés utilisés dans Les Contes de la mère poule. Cette activité consistera à agencer des papiers découpés de formes simples pour concevoir un personnage stylisé, que l’on personnalisera par la suite à l’aide de matières textiles à fixer sur les différentes parties de l’animal représenté.

Concrètement, l’enseignant photocopiera d’abord sur du papier cartonné, et en autant d’exemplaires qu’il y a d’élèves dans la classe, la page 17 du dossier où sont représentées les six formes géométriques. Il les découpera et les répartira entre les enfants, puis il leur montrera qu’avec ces six formes, il est possible de créer au moins trois animaux différents, qui ressemblent à ceux qu’on a vus dans le film: une chèvre, un coq et un poisson. Chaque enfant choisira alors celui qu’il préfère et assemblera les formes de manière à ce qu’on reconnaisse l’animal choisi.

Au cours de l’activité, le rôle de l’enseignant sera d’aider les élèves qui éprouvent des difficultés à assembler les morceaux, et ensuite de procéder au collage — sur une feuille de papier cartonné de couleur — de tous les animaux. Pour les plus petits, l’activité pourra se clôturer avec le coloriage des formes et l’ajout au feutre de quelques détails (bec, crête, yeux, barbichette, cornes, nageoires...).

Pour les plus grands, déjà initiés à la technique du collage, cette étape d’assemblage sera suivie d’une phase plus créative, qui nécessitera une courte préparation de la part de l’instituteur ou de l’institutrice. Il s’agira de rassembler le plus possible de matériaux susceptibles d’être utilisés par les élèves au cours de l’activité: petits bouts de laine et de tissu de différentes tailles et de différents calibres (pour les écailles, poils, plumes, barbichette, nageoires...), de différentes sortes et de différentes couleurs, mais aussi perles et boutons divers (pour les yeux, les écailles...), crayons de couleur pour ajouter des détails (cornes, crête, bec...). Chaque enfant pourra donner l’apparence qu’il souhaite à son animal, de façon à en faire un être unique et original.

Et un exemple de réalisation :


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier