Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos Blog Grignews
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer l'extrait

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux et consacré au film
Chaos
de Coline Serreau
France, 2001, 1h56

Le dossier pédagogique dont on trouvera un court extrait ci-dessous s'adresse aux enseignants du secondaire qui verront le film Chaos avec leurs élèves (entre treize et dix-huit ans environ). Il contient plusieurs animations qui pourront être rapidement mises en oeuvre en classe après la vision du film.

Première animation
Chaos vu par les filles / Chaos vu par les garçons

Objectifs

  • Exprimer ses premières impressions
  • Confronter points de vue féminins et points de vue masculins

Méthode

  • Former deux groupes d'expression: les filles / les garçons
  • Au sein de chaque groupe, débattre du film: a-t-on aimé Chaos? se sent-on interpellé(e), choqué(e)? pourquoi?
  • Rédiger un argumentaire: pour ou contre le film?

Déroulement et commentaires

On l'a dit, les représentations de l'homme et de la femme sont tellement connotées qu'il faut s'attendre ici à des réactions à la fois très affectives et très différentes en fonction du sexe des jeunes spectateurs. De telles réactions émotionnelles risquent de cliver la classe en deux blocs et de paralyser un vrai travail de réflexion sur le film. Aussi nous paraît-il important de libérer au préalable ces pulsions d'adhésion ou de rejet en les recueillant au sein de deux groupes séparés, démarche qui devrait permettre d'éviter un affrontement de type passionnel. Ces réactions premières seront d'abord verbalisées et notées au fur et à mesure par un(e) élève au sein de chaque groupe. [1]

Dans un second temps, on demandera aux participants de reprendre cet inventaire pour rédiger un argumentaire. Cette deuxième phase aura pour objectif principal de favoriser le passage d'un climat émotionnel fort à un climat plus favorable à une approche rationnelle (ou du moins un tant soit peu dépassionnée) du film. L'enseignant pourra éventuellement préciser ce qu'est un argumentaire: un texte qui récapitule un ensemble d'arguments, pouvant être présentés sous forme de simple liste. Ce texte permet d'énoncer les raisons (objectives, morales, intellectuelles) qui expliquent tout simplement pourquoi l'on pense ce que l'on pense.

Au terme de l'exercice, on obtiendra ainsi deux argumentaires:

«Pourquoi nous défendons le film» et «Pourquoi nous rejetons le film».

Les deux textes seront ensuite photocopiés, distribués à tous les élèves de la classe, lus oralement et comparés. Dans cette perspective, un débat en grand groupe sera ouvert, cadré par un certain nombre de consignes. La principale sera l'interdiction de propos ouvertement sexistes. Ainsi, si l'on peut tolérer à ce stade de la réflexion l'expression de certains préjugés courants (par exemple, c'est aux femmes qu'il revient de faire le ménage), l'on ne pourra par contre pas accepter des réflexions telles que: «les femmes sont des boniches faites pour ça!». De même, des termes comme «putes», «salopes» ne pourront être utilisés en aucun cas pour désigner les filles. À l'inverse, l'on ne pourra accepter non plus que les filles utilisent des mots comme «PD», «mâles» pour parler des garçons.

On veillera donc à ce que le plus grand respect soit de mise dans la discussion, en se montrant très strict concernant l'emploi du vocabulaire. On fixera éventuellement une sanction en cas de non respect de cette règle, qui pourrait être par exemple l'exclusion pure et simple de la discussion. Une alternative moins «dure» pourrait consister à désigner un participant (représentant le groupe des garçons) et une participante (représentant le groupe des filles) pour consigner par écrit tous les termes dégradants utilisés au cours du débat. En fin de parcours, on reviendrait sur le vocabulaire employé et la notion d'injure sexiste, en mettant celle-ci en parallèle avec la notion aujourd'hui socialement reconnue et punie par la loi d'injure raciste.


[1] Il sera important ici de tenir compte des divergences éventuelles qui pourraient se manifester au sein de chaque groupe. On pourra donc éventuellement former des sous-groupes au sein du groupe des filles et de celui des garçons.


 

masculin/féminin
les clichés ont la vie dure...
quelques couvertures de magazines commentées
(Le fichier lié est au format pdf et nécessite une application comme Adobe Reader
disponible gratuitement sur le site d'Adobe)


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier