Catalogue

Rechercher dans le catalogue :



Trouver

Nouveautés

Acheter

Le dossier ( 20 pages) peut être commandé pour la somme de 4,80 € (plus les frais d'envoi par courrier postal ordinaire) aux Grignoux par e-mail : contact@grignoux.be


ou par courrier au:


Centre culturel Les Grignoux 9 rue Soeurs de Hasque B-4000 Liège (Belgique) à partir de la Belgique : 04 222 27 78 en dehors de la Belgique : +32 42 22 27 78


N'oubliez pas de préciser votre nom et vos coordonnées postales ainsi que le titre du dossier qui vous intéresse, pour que nous puissions vous l'envoyer par courrier.


Vous trouverez ici des indications sur les modes de paiement possibles de nos factures.

Partager


 

 

Grignews

Le journal

Vous êtes ici : Dossiers pédagogiques > Enfants du Hasard > Extrait

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par Les Grignoux et consacré au film
Enfants du Hasard
de Thierry Michel et Pascal Colson
Belgique, 2017, 1h38

On trouvera ici un extrait du dossier pédagogique consacré au film Enfants du Hasard. Ce dossier pédagogique s'adresse aux enseignants du primaire et du début du secondaire qui verront ce film avec des élèves entre 9 et 14 ans environ, ainsi qu'aux animateurs en éducation permanente qui s'adressent à un large public intéressé par les différentes problématiques évoquées.
Le dossier consacré à ce film en explore 3 aspects essentiels : le contexte sociohistorique dans lequel grandissent les enfants du film, le regard des jeunes spectateurs sur cette représentation de la vie scolaire, et les caractéristiques du documentaire. Enfin, une dernière animation est destinée aux futurs enseignants et souhaite exploiter le film comme matériau d’observation de la vie scolaire.
L'extrait ci-dessous propose de réaliser une « carte mentale » pour dégager les différentes thématiques du film et en reconstruire également la cohérence.

Réaliser une carte du film

Le film Enfants du Hasard présente plusieurs « dimensions », plusieurs thématiques, qui sont étroitement reliées. En effet, comme le titre l’indique, il s’agit donc d’enfants, des individus en devenir, dont l’histoire commence avec celle de leurs parents et grands-parents qui ont connu l’immigration, le travail dans la mine ; ils sont aussi les élèves d’une classe, la dernière de l’enseignement primaire dont la fin sera marquée par l’obtention (ou pas !) du CEB ; le « hasard » du titre est le nom du charbonnage où ont travaillé leurs grands-pères, venus de Turquie en quête d’un emploi, mais c’est aussi une sorte de hasard qui a amené ces familles à Cheratte plutôt qu’ailleurs. D’autre part, ce film n’est pas une fiction, mais un documentaire qui se définit notamment par le point de vue que les cinéastes ont porté sur la réalité qu’ils ont filmée. Enfin, la durée du film correspond à celle d’une année scolaire, avec un début (la rentrée), une fin (l’épreuve du CEB, le début des vacances), des événements attendus et d’autres non.

Pour aider les jeunes spectateurs à dégager par eux-mêmes ces différentes dimensions (et d’autres peut-être) et à définir lesquelles leur semblent les plus importantes, invitons-les à réaliser une carte du film, collectivement.

Au centre du tableau, on écrira « Enfants du Hasard ». Des mots « enfants » et « hasard », on fera partir des flèches vers d’autres mots que l’on définira en s’inspirant de la formule «  qui dit…dit… ». Par exemple, qui dit « enfants » dit « école », ou qui dit « hasard » dit « charbonnage »…

Bien entendu, les liens seront en relation avec le film : le lien entre école et enfant est pertinent puisque l’on voit essentiellement les enfants du film dans le cadre scolaire. Le lien entre hasard et charbonnage est pertinent dans le contexte du film, alors qu’il n’y a pas de lien entre ces deux mots, dans un autre contexte.

Qui dit «enfant» dit aussi «être en devenir» : l’enfance est un âge de la vie particulier, avec un passé et un avenir. Ces éléments ont une place dans le film puisque les enfants dessinent leur ligne de vie, leur arbre généalogique, qu’ils questionnent leurs grands-parents sur leur passé, qu’ils dessinent leur environnement, … et qu’ils ont des projets pour leur vie future.

Ainsi, de mot en mot (hasard —> charbonnage —> travail —> immigration…), on devrait obtenir une carte originale, qui représente les différentes dimensions du film. Voici le type de carte que l’on pourrait obtenir. Il ne s’agit pas d’un corrigé de l’exercice, mais bien d’un exemple… En réalité, l’important tient moins dans le résultat obtenu que dans l’élaboration de la carte.


Cliquez sur l'image pour obtenir une version agrandie

Commentaires

Dans l’exemple de carte proposé ici, trois grands axes sont définis.

L’un part du mot « hasard » et développe une dimension sociohistorique. Le Hasard, c’est le charbonnage, une exploitation minière qui a vécu, dans laquelle ont travaillé les grands-pères des enfants du film, travailleurs qui ont émigré de Turquie pour échapper à la misère et trouver en Belgique de meilleures conditions de vie, avec néanmoins la souffrance du déracinement et le danger inhérent au travail de la mine.

Un autre part du mot « enfants » et s’attache à une réalité plus proche des enfants : la vie scolaire, le prochain passage à l’école secondaire, les rêves pour l’avenir…

Un troisième, qui part du titre du film, évoque naturellement la dimension cinématographique : Enfants du Hasard est un film documentaire, qui porte un regard singulier sur une réalité particulière.

Chacune de ces dimensions peut être développée d’une manière originale avec les jeunes spectateurs du film.