Catalogue

Rechercher dans le catalogue :



Trouver

Nouveautés

Acheter

Le dossier ( 28 pages) sous sa forme imprimée est aujourd'hui épuisé mais vous pouvez acheter directement ce dossier au format PDF au prix de 5,60 € et le télécharger en cliquant ici.

Mode d'emploi à lire avant d'acheter

Partager


 

 

Grignews

Le journal

Vous êtes ici : Dossiers pédagogiques > Bach et Bottine > Extrait

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux et consacré au film
Bach et Bottine
d'André Melançon
Canada (Québec), 1986, 1h35

Le dossier pédagogique dont on trouvera un extrait ci-dessous s'adresse aux enseignants du primaire qui verront le film Bach et Bottine avec leurs élèves (entre neuf et douze ans ans environ). Il contient plusieurs animations qui pourront être rapidement mises en œuvre en classe après la vision du film.

Une question de point de vue

On pourrait dire que Bach et Bottine raconte l'histoire de personnages qui sont seuls et qui vont apprendre à vivre ensemble… Mais vivre ensemble, ce n'est pas toujours très facile! Les désirs de l'un (écouter de la musique fort) ne s'accordent pas toujours aux désirs de l'autre (lire au calme). Il arrive aussi qu'un événement n'ait pas le même sens pour l'un et pour l'autre: Fanny ajoute la photo de Jean-Claude sur son Rubik's cube[1] pour lui montrer combien elle l'aime et Jean-Claude est furieux qu'elle ait découpé une photo à laquelle il tenait énormément…

Dans ces situations, les personnages n'arrivent pas toujours à dire ce qu'ils ressentent. Mais les spectateurs comprennent quand même leurs réactions, parce qu'il y a d'autres signes que la parole qui traduisent (et parfois trahissent!) les pensées et les sentiments.

Dans le cadre scolaire, il est intéressant d'expliciter les comportements, les réactions et les sentiments des personnages.

Invitons les jeunes spectateurs à revenir sur un certain nombre de scènes (reprises dans l'encadré ci-dessous) et à dire ce que pensent ou ce que ressentent les personnages à ce moment-là.

Qu'est-ce que nous comprenons, nous spectateurs, que les personnages ne disent pas?


1.Le Rubik's Cube (on devrait dire en français le cube de Rubik) est un jeu, un casse-tête, inventé en 1974 par un architecte hongrois, Ern Rubik, et qui s'est rapidement répandu dans le monde au cours des années 1980. Après cet effet de mode, il est devenu sans doute moins populaire mais est encore largement répandu.

Ce que ne disent pas les personnages

  • Quand Fanny s'installe chez Jean-Claude, elle regarde les photos qu'elle a emportées avec elle. Jean-Claude va alors chercher son propre album. Ils regardent une photo où Jean-Claude se tient près de la maman de Fanny et la regarde.
  • Jean-Claude explique à Fanny qu'il prépare un concours d'orgue dont le premier prix est un grand voyage en Europe. Fanny, enthousiaste, lui demande: «On partirait quand?»
  • Fanny veut prouver qu'elle peut se débrouiller seule et prépare le petit déjeuner… qui tourne à la catastrophe.
  • Jean-Claude parle à monsieur Ménard, qui va s'occuper de l'adoption de Fanny. Il dit: «Fanny, c'est un prénom assez rare». Jean-Claude répond: «C'est une enfant assez rare». Jean-Claude dit ensuite qu'il ne veut pas qu'elle aille dans un orphelinat le temps qu'on lui trouve une famille.
  • Bérénice invite Jean-Claude pour le réveillon. Celui-ci refuse, alors qu'il avait sans doute envie d'y aller.
  • Au marché, Fanny se fait pincer par un homard. Jean-Claude se fâche très fort sur le marchand qui n'a pas bien attaché les pinces des homards.
  • À Noël, Fanny offre un dessin avec un gros cœur à Jean-Claude. Celui-ci lui offre une paire de gants de première qualité. Comme Fanny est un peu déçue, il dit: «Je n'ai jamais été bien fort dans le linge pour enfants».
  • Bérénice et Fanny prennent le goûter en ville, après avoir fait les magasins. Fanny demande à Bérénice si elle s'est déjà mariée. Bérénice dit que oui mais qu'elle a fini par quitter son mari. Elles parlent ensuite de Jean-Claude qui est «spécial» et Fanny demande «L'aimes-tu?»
  • Fanny a découpé une photo à laquelle Jean-Claude tenait beaucoup pour l'ajouter à son Rubik's cube.
  • Fanny s'est fait gronder parce qu'elle a découpé la photo de Jean-Claude. Bérénice prend sa défense et dit qu'elle voulait seulement montrer son affection. Jean-Claude répond qu'il n'a pas envie de jouer au père. Bérénice n'a plus envie de rester chez Jean-Claude et rentre chez elle.
  • Fanny a dit à Bérénice que Jean-Claude ne pourrait pas assister à la réunion de parents. Finalement, Jean-Claude et Bérénice se retrouvent à l'école.
  • Comme Jean-Claude a dit que la nuit allait être très froide, Fanny a fait rentrer tous les animaux dans la cuisine.
  • En voyant les dégâts que les animaux ont faits dans la cuisine, Jean-Claude demande à Fanny pourquoi elle a besoin de tant d'animaux. Elle répond: «Parce que je les aime! Parce qu'ils se laissent aimer, eux autres!»
  • Pendant que Fanny est en classe de neige, Jean-Claude regarde toutes les photos qu'elle a punaisées au mur dans l'appartement.
  • Pendant la classe de neige, Fanny écrit une lettre à Jean-Claude où elle dit qu'elle l'aime beaucoup et même qu'elle pourrait se débarrasser de Bottine.
  • Bérénice a dû beaucoup insister pour que Fanny l'accompagne au concours. Tant qu'elles sont dans le public, Jean-Claude joue très bien. Quand il voit que Fanny s'en va, il perd ses moyens.
  • Après sa prestation, Jean-Claude, fâché sur lui-même, rejoint Bérénice et déclare qu'il passe à côté de la vraie vie, qu'il court après des mirages.

Commentaire

En explicitant ce qui se joue dans les scènes reprises ici, on peut faire une sorte de portrait de chacun des personnages principaux. Voici, par exemple, ce que l'on pourrait dire de…

Jean-Claude

Jeune, il était amoureux de la maman de Fanny, comme le laisse croire le regard qu'il lui porte sur la précieuse photo. Il s'est donc sans doute disputé avec son frère en raison de cette rivalité amoureuse («Pourquoi vous vous êtes chicanés?» demande Fanny). Jean-Claude n'a jamais dit à la maman de Fanny qu'il l'aimait… et elle s'est mariée avec son frère. On peut penser que Jean-Claude s'est alors éloigné et n'a plus donné de nouvelles que de manière épisodique (comme le lui reproche gentiment la grand-mère).

Quand Fanny arrive chez lui, il est très vite partagé entre le désir de continuer sa vie de célibataire qui connaît peu de contraintes et la tendresse que lui inspire Fanny, parce qu'elle est une jeune fille adorable, mais aussi parce qu'elle est la fille de la femme qu'il a aimée. Cette contradiction se traduit en de nombreuses occasions: il veut faire adopter Fanny, mais il ne veut pas qu'elle aille dans un orphelinat; il se trompe complètement de cadeau de Noël mais se fâche de manière un peu disproportionnée sur le marchand qui n'a pas bien attaché les pinces des homards; quand Fanny est en classe de neige, il se rend compte qu'elle lui manque, mais il n'interrompt pas les démarches pour son adoption!

Peut-être échaudé par son échec amoureux, Jean-Claude s'est enfermé dans une vie de célibataire où il ne connaît pas de contrainte, pas de conflit, mais pas non plus le bonheur d'être ensemble. Ainsi, l'on comprend vite qu'il en pince pour Bérénice (il garde sa photo cachée dans un livre; il se dit très heureusement surpris par sa visite, etc) mais il n'a jamais cherché à nouer une relation amoureuse («Ce n'est pas l'autre qui aurait fait le premier pas» dit une de ses collègues en voyant Bérénice lui offrir un cadeau à l'occasion de son départ…) Jean-Claude a sans doute du mal à dire ses sentiments: il n'en a jamais fait part à la maman de Fanny, ni à Bérénice, ni à Fanny elle-même à laquelle il s'est profondément attaché…

Fanny

À onze ans, Fanny est une toute jeune fille charmante et pleine de vie. Orpheline, ses parents lui manquent, mais elle semble avoir accepté qu'ils ne sont plus là et ne reviendront plus. Elle porte alors toute son affection à ses proches: sa grand-mère, puis Jean-Claude, Bérénice, Charles, ainsi qu'à ses animaux. Sans doute recueille-t-elle tous les animaux abandonnés, parce qu'elle s'est trouvée elle-même abandonnée à la mort de ses parents.

Fanny est pleine de vie et d'enthousiasme et contrairement à Jean-Claude, elle parle! Elle dit à Jean-Claude qu'elle l'aime beaucoup, elle dessine de gros cœurs rouges à son intention, elle pose parfois des questions que l'on pourrait trouver indiscrètes si Fanny n'était pas aussi sincère et bienveillante: elle demande à Jean-Claude pourquoi il s'est disputé avec son propre frère (qui est donc le papa de Fanny), s'il a jamais dit qu'il l'aimait à la femme dont il était amoureux (qui est donc la maman de Fanny); elle demande aussi à Bérénice si elle a été mariée et si elle est amoureuse de Jean-Claude.

Fanny a beaucoup de caractère et elle refuse de se laisser faire. Quand elle est importunée par un garçon qui la drague, elle le remet à sa place en criant et en tirant la langue; elle n'accepte pas non plus les décisions que Jean-Claude prend et qui la concernent au premier chef; elle manifeste sa colère chaque fois qu'il est question de la faire adopter; elle quitte le concours d'orgue et se rend d'elle-même dans sa famille adoptive pour montrer à Jean-Claude combien elle est fâchée. Et quand celui-ci se rend dans cette famille pour parler avec elle, elle refuse le dialogue parce que celui-ci arrive trop tard. Impressionné, Jean-Claude se retire alors et c'est elle qui court pour le rejoindre.

Fanny voudrait que Jean-Claude délaisse un peu la musique et qu'il s'occupe un peu plus d'elle et de Bérénice…

Bérénice

Elle est amoureuse de Jean-Claude mais n'ose manifester son attachement que lors de son départ pour une année sabbatique. Peut-être est-elle un peu impressionnée par la passion exclusive de Jean-Claude pour la musique, qui semble ne laisser de place pour rien d'autre dans sa vie. Elle a déjà connu un échec amoureux et peut-être que cela aussi contribue à sa timidité envers Jean-Claude. C'est néanmoins elle qui fait le premier pas, en lui offrant un cadeau spécial et en lui rendant visite pour l'inviter au réveillon.

Bérénice prend petit-à-petit plus de place dans la vie de Jean-Claude et de Fanny: elle va faire des courses avec Fanny, échange des confidences avec elle et prend sa défense quand Jean-Claude la gronde injustement.

Il s'installe ainsi peu à peu des relations entre Jean-Claude, Bérénice et Fanny qui ressemblent aux liens qui existent dans une famille! Et cela se marque particulièrement quand Jean-Claude et Bérénice se retrouvent tous les deux à la réunion de parents dans l'école de Fanny!

Prolongement: écrire une lettre

Dans le film, Fanny écrit une belle lettre à Jean-Claude pendant qu'elle est en classe de neige. Malheureusement, elle déchirera cette lettre avant qu'il ait pu la lire parce qu'elle est furieuse qu'il veuille toujours la faire adopter par «une vraie famille» alors qu'elle désire seulement vivre avec lui.

Une lettre, c'est souvent un bon moyen de dire ses sentiments.

Invitons les enfants, par groupe de deux par exemple, à écrire une lettre qu'un des personnages aurait pu écrire à un autre. Par exemple, une lettre de Jean-Claude pour Fanny, ou une lettre de Bérénice pour Jean-Claude…

On peut choisir comme expéditeur et comme destinataire les personnages principaux du film (Fanny, Jean-Claude, Bérénice) mais aussi des personnages un peu moins importants, comme Charles ou la grand-mère ou même — pourquoi pas? — les parents décédés de Fanny. Dans cette lettre, le personnage pourrait évoquer une scène du film, revenir sur un événement qu'il a vécu et dire ce qu'il a ressenti.

Les lettres seraient ensuite lues à l'ensemble de la classe et commentées.